Nouvelle Societe

05-07-09

276 Régler la crise financière

La crise actuelle suit son cours, avec une dissociation progressive entre l’économie réelle en voie de reconstruction et une économie monétaire qui continue son rêve-cauchemar éveillé. Plus de 9% de chômeurs déjà, aux USA, les autres pays à l’avenant et aucune raison pour que ca s’améliore, avant qu’une nouvelle structure du travail ne soit mise en place dont la pierre d’assise devra être une couverture de revenu-travail garanti.

Pendant que la crise du travail prend de l’ampleur dans le monde réel, à mesure que ferment les industries dont les modes de production ne sont plus adéquats et les entreprises de services qui en dépendent, la crise financière qui est là depuis 9 mois arrive à maturité. Tandis que les emplois disparaissent, les indices boursiers fluctuent selon les rumeurs que laissent filtrer le Tresor américain et autres autorités et l’on commence à estimer avec plus de précision le volume de cette masse monétaire qui ne vaut plus rien.

Il faut régler maintenant cette crise financière, car on ne peut maintenir une économie globale basée sur des échanges commerciaux sans une monnaie qui inspire confiance. On verra à l’automne comment le système s’y prendra pour régler cette question, mais il n’est pas interdit de voir comment il DEVRAIT s’y prendre, s’il existait un pouvoir mondial pouvant agir sans contraintes et ne pensant à rien d’autre qu’au bien de la population. On pourrait procéder alors selon les huit (8) règles suivantes.

1. Une monnaie, appelons la « V », est créée et émise sous l’autorité du FMI avec l’accord de tous les États membres.

2. Cette monnaie V a cours légal et est en circulation libre partout. À partir d’une valeur initiale de consensus, son taux de change aux diverses devises fluctue librement.

3. Les États, les institutions financières et les personnes physiques ou morales (corporations) peuvent se procurer un crédit en V à la hauteur des BIENS RÉELS dont ils transportent la propriété au FMI. Ils conservent l’usage de ces biens réels, mais perdent le droit de les aliéner.

4. Les États et entités paraétatiques sont invités à rembourser leur dette publique en l’imputant à leurs contribuables au prorata des actifs de chacun. Ainsi les États élargiront la masse des biens réels dont ils pourront transporter la propriété au FMI.

5. Les contribuables de chaque pays doivent acquitter immédiatement cette dette correspondant à une partie de la dette publique qui leur échoit. Ils pourront le faire, à la discrétion de leur État, en V, en monnaie nationale ou partie en V et partie en monnaie nationale et en transportant à l’État la propriété de biens réels dont ils conserveront l’usage.

6. À partir d’une date convenue, dans tous les pays, tous les salaires jusqu’à la hauteur de 5 fois le revenu moyen per capita et tous les paiements d’assistanat, incluant les pensions de vieillesse et les allocations de chômage, sont effectués exclusivement en V.

7. En sus des autres paiements en V qu’il peut recevoir, tout individu majeur a le droit, chaque jour ouvrable, d’obtenir de l’État la conversion en V d’une somme en monnaie nationale déterminée pas l’État présumée équivaloir à 1/250 du revenu annuel national moyen. Il n’y a pas de contrainte à la conversion de V en monnaies nationales

8. Toutes les autres obligations maintenant en vigueur et les futures transactions demeurent libellées et peuvent être acquitées en monnaies nationales, jusqu’à ce qu’en décide autrement l’Etat qui a juridiction sur leur exécution.

Je suis conscient que cette opération nécessite des changements au rôle du FMI et aux accords internationaux ; elle n’est pas facile à accepter ni à réaliser. 😐 Je suis conscient qu’elle exigerait un complément de détails et peut susciter des interrogations 🙂 Il est évident qu’il est impossible de fournir ce détails et de répondre à ces interrogations dans le cadre de cet article. Je suggère au lecteur de simplement y réfléchir. On en reparlera plus tard.

Tous droits réservés ©
Pierre JC Allard

15 commentaires »

  1. A la solution monétariste je préfere une solution socialiste. On s’en est rapproché tendanciellement de par la force de crise, mais ce n’est pas encore pour cette fois-ci… mauvais renflouage…

    http://ysengrimus.wordpress.com/2009/04/15/renflouer-l%E2%80%99%C2%ABeconomie%C2%BB-ou-simplement%E2%80%A6-maintenir-l%E2%80%99accapareur-prive-en-selle/

    Pourtant, un jour viendra…
    Paul Laurendeau

    Commentaire par ysengrimus — 05-07-09 @ 6:39

  2. @pierre Est ce que ca règle le problème « politique/économique » « démocratie/tyrannie » des entités non démocratiques ayant autant sinon plus de pouvoir politique et économique et plus de droit, qu’un individu, qu’un politique (finalement), et qu’un état.

    ‘La démocratie se porte bien.’

    Je veux le voir de mes yeux : ceux qui ont le pouvoir le rendre à la démocratie, mais ca n’arrivera jamais , de cette manière là.

    Le chômage n’est pas un problème, la ‘criminalité’ qui résulte de cet état social, n’est pas un problème – tant qu’ils pourront contrôler : ils ne redonneront aucune miette – si ils perdent du terrain – ils donneront des miettes et tout le monde se calmera.

    Le changement PROFOND n’arrivera pas, au mieux il y aura un bretton woods favorisant les pays du nord – avec un « nouvel espoir » « star wars » direction les étoiles ?

    Le livre de kaszynsky est intéressant, il contient plus que le « manifeste » retravaillé. On peut noter quelques lacunes sur les notions de politique et de géopolitique, sinon les idées et ces études sont de qualités – ce qui remet en question des idéaux actuelles sur l’humain et la politique.

    http://www.unabomberbook.com/fr/index.html

    Commentaire par Eric — 05-07-09 @ 6:40

  3. @ Paul Laurendeau:

    Je ne crois pas que la « solution monétariste » que je propose soit un obstacle à la solution « socialiste » – qui, à mon avis ne viendra qu’après un intermède dictatorial – mais, au contraire, est un passage obligé. Comme vous le dites, d’ailleurs, ce qu’il faudra faire pour implanter une solution monétariste, celle que je propose ou autre chose du genre, forcera une avancée vers une collectivisation.

    PJCA

    Commentaire par pierrejcallard — 05-07-09 @ 11:31

  4. Je suis content qu’on reparle de sujet importants apres le show business et les utopies.

    crise bancaire avec le crédit immobilier, instabilité monétaire avec le dollar US, crise financière et crise économique.

    Il faut faire une distinction et comprendre les interactions tout en comprenant l’autonomie de chaque domaine.

    A travers le web, je lis les articles de financier, banquier, sociologue et économistes. C’est avec une vision globale, qu’on peut mieux comprendre le processus global sinon on est comme l’ouvrier qui serre un boulon dans une grande chaine de montage. il ne comprend qu’une partie du long processus de fabrication de l’avion.
    De ce que j’ai lu, la crise bancaire est derriere nous. Le bourse investit à 6 mois. Les hausses sont la pour pieger les petits pigeons investisseurs. La crise économique est là pour plusieurs années.

    L’Euro peut devenir cette monnaie de référence à la place du dollar us.

    “Je voudrais dire au gouvernement américain : ‘ne soyez pas complaisants en pensant qu’il n’y a aucune alternative pour la Chine à l’achat de vos obligations… L’euro est une alternative. Et il y a beaucoup de matières premières que nous pouvons encore acheter’.”
    http://www.la-chronique-agora.com/articles/20090627-1926.html

    Commentaire par Paul de Montreal — 05-07-09 @ 12:01

  5. @ Eric

    Je dis partout que la démocratie sera la victime des mesures qu’il faudra prendre pour résoudre la crise. Quelles que soient ces mesures. Ma foi en un retour de la démocratie repose sur l’heureuse inévitabilité d’un consensus dans un monde technologique où tout le monde devient peut à peu indispensable à tous les autres. On a ainsi le bien commun dans la trajectoire du bien individuel, ce qui, considérant l’égoïsme naturel à l’homme, est la seule chance du bien commun… Je suis persuadé que cette idée me survivra, longtemps après qu’on aura oublié que c’est moi qui l’ai énoncée à la fin des années « 60 !

    Voyant la technologie comme génératrice d’interdépendance puis de solidarité, mes conclusions sont aux antipodes de celles de Kaczynski, même si je pense que son apport au diagnostic de la situation présente est considérable. Au palier des moyens, il ne faut pas confondre l’assassinat exemplaire qu’utilise K. avec le simple constat du désordre et son instrumentalisation de « l’Insurrection qui vient, » mais il y a des similitudes évidentes.

    Si vous voulez savoir comment je pense que nous nous sommes rendus là où nous en sommes, voyez cette série de textes
    https://nouvellesociete.wordpress.com/historique-69/. Pour savoir vers quoi que pense que nous allons, voyez ceux-ci
    https://nouvellesociete.wordpress.com/production/

    PJCA

    Commentaire par pierrejcallard — 05-07-09 @ 12:33

  6. @ P de M.

    Pour les Chinois le pouvoir de la gouvernance y est assez fort pour pouvoir imposer un réajustement vers le marché interne, qui est bien pour eux la meilleure solution https://nouvellesociete.wordpress.com/historique-69/ (voir les articles 48 à 52 inclusivement)

    Pour les USA, dès qu’on y aura complété la mise en place d’un gouvernement autoritaire, on passera à « l’inflation programmée » dont j’expliquais l’utilité et le fonctionnement il y a déjà une quinzaine d’années https://nouvellesociete.wordpress.com/finance/

    PJCA

    Commentaire par pierrejcallard — 05-07-09 @ 12:54

  7. Je n’aime ni votre analyse (très partielle et partial), ni vos solutions.

    Une dictature « éclairée » pour améliorer notre monde… est-ce vraiment ça votre « solution » ? Vous ne travaillez vraiment pas pour MES intérêts et ceux de tous ceux qui m’entourent

    Ceux qui contrôlent la monnaie, contrôlent TOUT, en avez-vous conscience?

    Je propose donc une démocratie directe et une monnaie libre à la place…

    Commentaire par Sébas — 04-02-10 @ 11:48

  8. @ Sebas:

    Ambiguité, car je ne sais pas si c’est la solution d’une nouvelle monnaie qui ne vous plait pas ou seulement l’allusion à ce qui me semble une inévitable période d’autoritarisme. Concernant la monnaie, je suis tout-ouie. J’écouterai avec plaisir vos explications sur la nature précise d’une monnaie libre et les modalités concrètes de mise en place d’une démocratie directe.

    Sur la phase autoritariste, ce n’est pas « ma » solution, c’est le triste constat d’une réalité que je regrette. Voyez ci-haut  » Ma foi en un retour de la démocratie repose sur l’heureuse inévitabilité d’un consensus dans un monde technologique où tout le monde devient peut à peu indispensable à tous les autres » et le texte en lien.

    https://nouvellesociete.wordpress.com/2009/06/15/un-mauvais-moment/

    PJCA.

    Commentaire par pierrejcallard — 05-02-10 @ 6:43

  9. Discutons un peu de vos points.

    – Vous mettez en avant le FMI, ce cheval de troie anglo-saxon qui a ruiné tant de peuple, en particulier les Africains (qui n’ont plus eu le droit de faire de la culture vivrière), l’Amérique du Sud avec son champion Pinochet, se trouve tout ceci très osé de votre part.

    – point 1 : Cette monnaie que vous appelez « V » est déjà dans les cartons de cette oligarchie d’escroc que vous appelez des financiers, eux l’appelle le « phoenix », en gros c’est la destruction de toutes les autres monnaies pour n’en faire qu’une via la renaissance comme nia nia nia …
    Cette monnaie sera entièrement électronique, plus de billet, plus de monnaie papier, en gros l’esclavagisme totale.

    – point 2 : Vous voulez dans un premier temps qu’elle soit fluctuante par rapport aux autres monnaies souveraines avant leurs disparitions j’imagine, ainsi vous êtes pour les spéculateurs, qui pourront attaquer les monnaies qui ne rentrent pas dans les rangs !!!

    – point 3 : En gros vous voulez que le FMI est la nue propriété de la planète, et nous autres l’usufruit, bref un loyer viagé pour le FMI ?

    – point 6 : « tous les paiements d’assistanat », qui est assisté selon vous ? le citoyen lambda ou le bourgeois qui se fait dorlotter par son armé d’homme de main ?

    etc …

    Dites moi PJCA, seriez-vous franc-maçon ?

    Depuis votre pamphlet sur les « musulmans », votre discours a autant de valeur qu’un anglo-saxon sur les français et c’est bien dommage …

    Commentaire par FYI — 30-05-10 @ 1:00

  10. @ FYI

    Pourquoi voyez vous un voeu dans ce qui n’est qu’une prévision ? Je partage totalement votre vision du FMI comme une institution abjecte qui a fait un mal inouï et qui a été la courroie de transmission entre l’oligarchie dominante des banquiers et les gouvernements civils. Je vous dis seulemnt ici que c’est ce qui arrivera, parce qu’il n’y a pas d’autre solution. En fait, je ne fais que vous prévenir. Je suis prêt à lutter contre le systeme actuel, mais cette lutte ne peut pas se faire AVANT que la crise actuelle n’ait été contrôlée.

    Vos points 4 et 5 semblent avoir sauté

    Ce sont les salaires et l’assistanat pour les défavoriés qui doivent être indexés – et qui le seront, maintenant- parce que l’élite financière a accaparé tout ce qu’elle pouvait prendre sans que le systeme de production-consommation qui exige une demande effective ne s’éffondre. Pas de pitié, strictly business…

    Maçon ? Je doute que les frères me considèreraientt comme tel…. 🙂

    Quant à mon article sur les Musulmans, je vous souligne que j’ai vécu de longs séjours totalisant des années en pays musulman, heureux et y ayant des amis… Je réitère simplement cette évidence que les cultures islamique et européenne sont incompatibles. Choisissez votre coupe, mais ne jonglez pas avec la verrerie…

    PJCA

    Commentaire par pierrejcallard — 30-05-10 @ 10:04

  11. VOUS « Je réitère simplement cette évidence que les cultures islamique et européenne sont incompatibles. »

    MOI: Ok mais c’est comme si vous me disiez : « La culture anglo-saxonne est-elle compatible avec la culture française ? » Pourquoi enfoncer des portes ouvertes et toujours sur les mêmes groupes de personnes ? Vous cherchiez de l’audience, de l’intermat ?
    Par ailleurs nombres de pays européens sont musulmans ou l’étaient (Malte, Sicile, Andalousie etc …, Bulgarie, une bonne partie de l’ex Yougoslavie en ce moment etc …)

    Maintenant vous mettez en avant vos séjours dans les pays musulmans, qu’est-ce que cela prouve ? Il y a bien des expatriés en nombres et qui ne les supportent pas (cf les anciens de l’algérie française par ex., je veux dire c’est comme le sentiment d’un anglois face aux québecois …), il n’y a pas d’objectivité.

    Commentaire par FYI — 31-05-10 @ 8:41

  12. @FYI:

    J’explique dans mon article POURQUOI un bon Musulman ne peut être un bon citoyen d’un pays de culture occidentale. Vous n’êtes pas tenu d’adhérer à ma vision, ni moi à la vôtre, mais j’ai terminé ma plaidoirie et je m’en remets ici au jugement citoyen qui tot ou tard s’imposera.

    Je ne dis pas seulement que j’ai vécu au Maroc, en Algérie, en Tunisie, en Indonésie, au Pakistan, etc..; je dis que j’y ai vécu heureux et y ai eu des amis. J’ai respecté en chaque cas les coutume locales. Je n’ai jamais été tenté de cependant de m’y fixer en permanence ni d’en demander la nationalité, ni de devenir musulman, convaincu qu’il aurait été ridicule de me l’accorder sans exiger de moi une adhésion à des principes qui ne sont pas les miens. Complétez donc mon énoncé ci-haut en y ajoutant la réciproque: un bon Occidental ne peut être un bon citoyen d’un pays de culture Musulmane où l’on pratique la chari’a.

    PJCA

    Commentaire par pierrejcallard — 31-05-10 @ 5:46

  13. @ Pierre JC Allard

    Votre approche mettra fin à la souveraineté de chaque pays. Vous allez droit vers un Nouvel Ordre Mondial. Et comme nous savons tous qu’elle est l’oligarchi derrière ce but ultime…

    La mondialisation que l’ont nous vends depuis 20 ans est tout simplement une façon à grande Vitesse de s’accaparer les richesses du monde au détriment de la population. Ce n’est nullement les pays qui ont gagné, seulement les grandes entreprises, l’oligarchie.

    Les pays ont besoin d’une monnaie pour les échanges commerciaux,soit. Qu’ils s’entendent sur un panier de devises ou élaborent une nouvelle monnaie qui servira qu’aux tels échanges et uniquement pour, mais de grâce, ne pas impooser une devise commune mondialement. Déjà qu’aux É.U., et cela depuis 1913, le dollar est émis par une Banque Privée appelée la FED… imaginez la suite.

    Pierre Bourdon

    Commentaire par Pierre Bourdon — 21-10-10 @ 6:25

  14. @ Pierre Bourdon

    Ai-je dit que cette conclusion me plaisait ? Je me battais déjà contre l’AMI il a des années ! Il n’y a a simplement plus d’alternative. Le système DOIT être radicalement transfromé. Il serai mieux, toutefois, de le laisser d’abord terminer cette opération qui est désormais incontournable que d’en laisser l’odieux a une nouvelle gouvernance.

    PJCA

    Commentaire par pierrejcallard — 21-10-10 @ 8:08

  15. Vous auriez dû présenter votre projet tel qu’il est:

    Supprimer toutes les monnaies nationales et les remplacer par une nouvelle monnaie mondiale : le Dollar.

    En effet, le FMI est une création américaine, donc une créature de la FED.

    Il a été créée pour imposer la politique américaine de mondialisation du commerce aux anciens pays décolonisés en les endettant et en augmentant leur dépendance du commerce international. Son but est de développer la division internationale du travail, de spécialiser les pays économiquement, d’augmenter leur dépendance du marché international. Son principe est de favoriser dans ces pays la production destinée à l’exportation (pour augmenter les entrées de devises étrangères servant à payer le FMI) au détriment des productions vivrières (productions d’un pays pour lui-même).

    L’augmentation du volume d’échanges commerciaux augmente les profits commerciaux, l’augmentation de l’endettement augmente les profits des banques.

    Donc votre projet est de renforcer toutes les tendances actuelles, alors qu’il faudrait au contraire redonner de l’indépendance aux monnaies nationales, interdire absolument aux États de s’endetter.

    Dans tous les pays du tiers monde, il faut favoriser la production vivrière, revenir à une politique mercantiliste dont le principe est: on ne doit importer que ce que l’on est incapable de produire soi-même, même si c’est plus cher.

    Lorsqu’un pays a sa propre monnaie: si il a un déficit de sa balance commerciale, sa monnaie se dévalue, ses importations deviennent plus chères (d’où leur diminution), ses exportations deviennent moins chères (d’où leur augmentation), et la balance commerciale redevient positive. Lorsqu’il n’a pas sa propre monnaie, ce déséquilibre se traduit par un endettement qui s’accumule.

    Commentaire par PL — 19-10-15 @ 4:29


RSS feed for comments on this post.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.