Nouvelle Societe

14-06-09

Mexique, drogue et corruption

Filed under: Actualité,Auteur,lesensdesfaits — pierrejcallard @ 12:21
Tags: , , , , , ,

pistolet

L’Amérique est en travail.  Changer le systéme financier, changer le structure industrielle, mettre en place une gouvernance plus paternaliste, avec un couverture sociale digne d’un pays riche civilisé, tout en maintenant le développement de l’entrepreneuriat qui doit être la formule de l’avenir dans une économie tertiaire… Il y a du pain sur la planche.

Tout ca en réhabilitant l’image de l’Amérique dans le monde, en assurant la paix et en mettant fin aux relents de racismes qui alimentent la menace d’un communautarisme que favorise l’immigration en provenance des pays d’Amérique latine.   11 millions d’immigrés illégaux aux USA, dont la grande majorité de culture hispanoaméricaine. Un gros morceau à assimiler.

Surtout que ces Latinos ne sont pas vraiment des orphelins. Ils ont avec eux aux USA  30 millions  d’autres immigrants déjà citoyens ou en passe de le devenir et, surtout, derriere eux, le poids de bientôt 500 millions  d’autres Bresiliens, Mexicains, Colombiens, etc qui ont fait de l’Americain anglo-saxon un minoritaire sur ce qu’il croyait bien être « son » continent, en attendant qu’il le devienne aussi bientôt aux USA.

Cette transformation des USA en un territoire latin au sein d’un continent latin, oblige à gérer comme des problémes domestiques ce qu’on aurait encore vu, il y a 10 ans à peine, comme des dossiers étrangers.  Parmi ces dossiers en voie d’être internalisés, le plus grave est celui de la drogue.   Pas la drogue comme vice ou assuétude ; la drogue comme cause de violence.

Les USA sont à se rendre compte qu’ils ne peuvent pas vivre confortablement chez-eux, si entre en anarchie ou en guerre civile un pays qui les côtoie sur 3 000 kilometres de frontières, est l’un de leurs principaux partenaires commerciaux… et est par surcroit le lieu d’origine d’une part importante et croissante de leur population !

La situation  au Mexique se détériore rapidement. Des douzaines de morts, chaque jour, illustrent l’emprise croissante du narcotrafic sur l’économie et donc sur la société mexicaine et il est évident, pour quiconque a une certaine connaissance des faits et de l’histoire, que la situation ne peut qu’aller de mal en pis.

On feint de voir le phénoméne comme marginal, alors qu’il est l’expression emblématique du naufrage de la société mexicaine, lui-même prémonitoire de la désagrégation sociale de TOUS les pays du tiers-monde.   La problématique se résume en trois (3) phrases.

1) Dans une société pauvre où l’industrie et le commerce ne bénéficient qu’aux détenteurs de capitaux, c’est la criminalité qui est devenue la seule source raisonnable d’enrichissement pour les classes défavorisées.

2) Pour les classes aisées, la voie royale vers plus de richesse est la corruption.  À tous les niveaux et sous toutes ses formes.

3) Quand la criminalité et la corruption sont les activités les plus rentables, le lien entre gouvernants et gouvernés se brise et le désordre s’installe… jusqu’à ce que des factions se créent qui batailleront pour le pouvoir.

C’est la situation au Mexique et, si les USA n’interviennent pas, ils auront l’anarchie à leur frontière.  Des douzaines de Pancho Villa, mais sans romantisme et dont la plupart auront un cousin aux USA, peut-être même dans l’administration américaine…  La gangrène.

S’ils se font inviter à intervenir, pour des actions policières, ils seront eux, les éléments étrangers, les seuls éléments loyaux à l’État.  Il se créera contre eux un antagonisme des forces nationales, certaines sincèrement opposées à ce qui semblera une invasion américaine … d’autres simplement corrompues par les cartels de trafiquants. De ces actions policières à des actions militaires, le passage est facile et tient uniquement l’envergure des opérations. Si les USA interviennent ainsi au Mexique, ils y recréeront peu à peu un autre Irak.

La seule façon d’échapper à ce dilemme serait de saboter la corruption au Mexique en la privant de ses fonds. La priver de ses fonds, c’est la légalisation de la consomation de la drogue aux USA. Une mesure qui demanderait à Obama plus de courage qu’aucune des nombreuses autres décisions qu’il a à prendre…

Pierre JC Allard

Publicités

17-05-09

ABROGEZ HADOPI

La France vient de créer une Haute Autorité pour la Diffusion des Œuvres et la Protection des Droits sur Internet ( HADOPI ) C’est une mesure liberticide dont on peut en conscience refuser de participer à l’application. Pourquoi ?

Parce que sous couvert de protéger les droits des créateurs – un prétexte fallacieux, car il y a de bien meilleures façons de le faire – on instaure un système permettant à l’État de s’immiscer dans la vie privée des citoyens et de s’arroger l’accès à leurs documents domestiques.

Non seulement cette perquisition en continu est elle odieuse par nature, mais elle pose obstacle à la libre expression de la pensée et fait peser une menace sur toute opinion que le pouvoir en place pourrait declarer illégale. Une menace totalement inacceptable, dans un état de droit, puisque la sanction est l’interruption d’un service de communication qui est aujourd’hui le seul rempart contre la manipulation de l’opinion publique par les medias traditionnels tout entier sous contrôle du pouvoir en place.

D’autant plus inacceptable que l’interruption est décidée et appliquée par simple decision administrative, sans intervention préalable du judiciaire, sans référence à des critères spécifiques au cas lui-même et sans autre recours qu’une demande en justice à posteriori où c’est le sanctioné qui aura le fardeau de la preuve.

Hadopi est une mesure antidémocratique. Une aggression caractérisée dans cette guerre dont Orwell, dans 1984, nous prevenait que tous les gouvernements allaient l’entreprendre contre leur propre population.
“The war is waged by each ruling group against its own subjects”

Cette attaque de notre “ruling group” doit être repoussée. Elle le sera, si chaque citoyen, en son âme et conscience, juge que cette mesure est inique, compromet notre avenir comme peuple voulant vivre en démocratie et doit donc être bloquée à toutes les étapes de sa mise en application.

Tous les moyens légaux, au fond ou à la forme – ou dilatoires – doivent être utilisés, pour ne pas s’en rendre complices, par tous ceux dont l’État veut faire les instruments de cette atteinte à la liberté.

De même, ceux à qui l’on demandera de poser les gestes nécessaires pour en assurer le fonctionnement technique peuvent, s’ils mettent en doute la légitimité morale d’Hadopi, en contrecarrer indefiniment l’application en s’abstenant de le faire. Les avis mal adressés, les fils mal branchés… Hadopi ne fonctionnera pas si le peuple ne veut pas qu’Hadopi fonctionne.

Ce ne sont pas les mots d’ordre syndicaux qui vont sauver la démocratie ; ce sera l’obéissance de chacun aux diktats de sa propre conscience, appuyée sur la compréhension tranquille du pouvoir invincible qui est le sien dans une société d’interdépendance.

GAGNONS CETTE BATAILLE AUJOURD’HUI…

Pierre JC Allard

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.