Nouvelle Societe

15-02-16

Trump, Sanders… la politique USA expliquée aux Français

Filed under: Auteur — Pierre JC Allard @ 10:25

images

 

Peut-on, aux USA, gagner une élection présidentielle sans offrir un véritable choix ni même aborder de front une seule question sérieuse ? Ne ricanez pas. Bien sûr, on le peut. Et pas seulement aux USA. PARTOUT ! Vous n’avez pas compris que c’est ce qu’on fait toujours, dès qu’on parle de démocratie ?

Il est pourtant bien évident que le citoyen lambda n’a ni les connaissances ni la sagacité de comprendre comment fonctionne la société ni sa gouvernance. Il n’a pas davantage celle de prévoir les conséquences des gestes qu’on posera en son nom après l’avoir convaincu que c’est lui qui les a éxigés…. On ne parle donc jamais des questions sérieuses à Quidam Lambda….

Quand les observateurs politiques européens constatent, aujourd’hui, que Donald Trump ne propose RIEN d’autre aux Américains que la foi aveugle en leur prédestination – et REFUSE le débat sur quoi que ce soit, gardant la discussion au palier des insultes et des pitreries – ils manifestent un ébahissement incrédule… mais hypocrite. Les analystes subtils qui pérorent sur les malheurs de l’U.E n’ont-ils donc jamais comparé les programmes aux réalisations des divers partis des divers États européens depuis que l’U.E est là ? N’ont-ils jamais fait le constat que la même vacuité est à Bruxelles comme à Washington … et que les choses ne seraient pas différentes, si tous ces gens, pendant tout ce temps, s’étaient simplement crachés au visage et traités de noms d’oiseaux à la manière Trump ?

On rigole en France, parce qu’on voit les Américains se voir refuser l’occasion de débattre….. Mais où est la surprise ? Y a-t-il eu UN SEUL vrai débat politique en Occident, depuis sept (7) décennies, un débat sur la seule vraie question politique sérieuse – qui est le partage de la richesse ? Cette question est taboue partout

http://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/d-abord-passez-le-fric-156448

La surprise de 2016, aux USA, n’est pas que le débat politique soit escamoté : il l’a toujours toujours été ! La vraie question, c’est POURQUOI l’est-il maintenant de cette façon inusitée, dissimulé malhabilement sous une épaisse couche OSTENTATOIRE d’insignifiance et de vulgarité qui et un appel du pied à regarder sous la couverture ? Au lieu de se demander naïvement ce qu’on veut encore nous cacher aux USA, il faudrait plutôt se demander ce qu’on veut tellement aujourd’hui nous faire voir de ce qu’auparavant le système ne jugeait pas opportun de nous informer…. !

Je vais poser une hypothèse sur ce que ce magicien-illusionniste qu’est le système américain feint de cacher dans sa manche cette année…. en s’assurant de bien nous le montrer. Mais, avant, je dois résumer ce qu’est le régime américain

La caste des nantis

Les USA sont gouvernés et administrés par une caste de nantis, essentiellement héréditaire, mais ouverte à l’adjonction des compétences par le biais d’un système d’éducation méritocratique et férocement élitiste. Le pouvoir réel est exercé par le contrôle de l’argent et de l’information, s’exerçant via un processus dit démocratique qui est ainsi totalement manipulé.

Ce pouvoir manipulé est toujours aux mains de cette même caste de nantis, assistée des mêmes experts qui font vraiment tourner les roues, mais aussi, en alternance, par des équipes de politiciens – se disant « Démocrates » ou « Républicains » – mais en fait interchangeables. Ces derniers ne participent pas à la vraie gouvernance, mais apportent une image de participation populaire et de dynamisme, tout en jouant un rôle actif dans la corruption locale quotidienne qui sert de motivation universelle à toute démocratie.

Cette alternance entre Démocrates et Républicains, qui rappelle les Bleus et les Verts à Byzance, maintient aux USA un suspense électoral ininterrompu qui est là pour distraire des vraies questions. On n’arrête de voter aux USA que le temps de reprendre son souffle ! Les résultats électoraux aux plus hauts paliers – Présidence, Senat, Congrès – sont pourtant sans importance sur les décisions, car on ne tient même pas compte des palabres de ces instances. La caste dominante a ses mandarins qui appliquent sa politique… et elle n’en a qu’une seule : celle que ses experts lui montrent comme la plus efficace pour atteindre ses objectifs. Le bavardage des élus ne change pas les décisions.

Le hiatus entre politique et gouvernance

Le bavardage des élus ne change pas les décisions, sauf pour faire ajoutter quelques gratification pour ces élus. Le processus électoral américain, est néanmoins d’une extrême importance : ll est, en fait, un SONDAGE CONTINU DES OPINIONS ET DE L’ÉTAT D’ESPRIT DE LA POPULATION qui permet que les politiques mises en places aux USA soient toujours largement CONSENSUELLES

Le génie des USA en effet, depuis la crise du Vietnam, a été de dissocier la politique de la vraie gouvernance. Le régime américain a compris qu’on peut TOUT faire accepter à la population, si on le lui propose sans la brusquer et selon les termes qui lui conviennent. Il suffit de choisir les bons mots… et de maitriser totalement les médias. On a ainsi réussi, à amener les USA en Afghanistan, en Iraq, en Libye…. et à les garder à Guantanamo, sans même que le citoyen s’aperçoive que ce n’était pas ça qu’il voulait ! Il a été convaincu, habilement, mais contre toute vraisemblance, que c’est une majorité démocratique qui chaque fois s’est imposée et qui lui a donné tort… !

Le résultat pratique de ce consensualisme patient est que les USA sont sous l’égide d’une sorte de fascisme collégial relativement bienveillant qui est sans doute le mode de gouvernance pragmatique le plus efficace qu’on ait connu. C’est le type de pouvoir dont Sun Tsu disait qu’il est incontesté, car on ne voit pas qu’il s’exerce… La caste dirigeante américaine réussit ce tour de force en étant parfaitement flexible et conciliante sur tout ce qui n’est pas l’essentiel. Depuis le Vietnam, la gouvernance aux USA ne s’est jamais opposée au peuple : elle le séduit et le berne à quia, avec la grâce d’un Manolete qui, à genoux, offre une rose au Miura avant le coup d’estoc .

Un nouveau consensus

Aussi récemment qu’en 2008, il existait aux USA un très large consensus pour l’individualisme. On en était encore à voir toute redistribution de la richesse comme blasphématoire du Plan Divin…. C’était çà, l’essentiel. Un « socialiste » était un sale type, un stalinien… Infréquentable. Barack était à la toute limite du possible.

https://nouvellesociete.wordpress.com/2009/07/12/barack-le-rouge/

Mais cette année, tout semble faséyer. Que s’est-il passé depuis 2008 ?. Bien des choses. L’Amérique est ruinée de crédit comme de réputation, avec le tiers de la population qui courtise la pauvreté, une base industrielle redevenue en friches, une monnaie dont la valeur n’est plus que ce qu’on veut bien en croire… et une puissance militaire si mésadaptée aux réalités présentes qu’elle n’a plus de menace crédible à faire valoir que celle de se suicider au nucléaire avec toute la planète…. ! Le discours est donc à changer…. Mais le plus grave n’est pas là

Le plus grave, c’est l’inversion survenue du rapport de force entre le Pouvoir et Argent. Car avec l’information qui domine tout – et toute richesse significative devenue symbolique et virtuelle – la mainmise de l’argent sur le pouvoir politique a disparu. La richesse n’est plus vraiment une source directe du Pouvoir…. Mais un de ses outils… car c’est le Pouvoir qui crée l’argent et le donne à qui il veut… …Il n’y a plus que le Pouvoir (politique) qui soit essentiel.

C’est une nouvelle problématique, et c’est dans cette optique du rôle diminué de la richesse, je crois, qu’il faut voir ce qui se passe maintenant aux USA. Parce que la richesse dans le sens traditionnel n’étant plus l’essentiel….. – son accumulation devenant triviale à côté du Pouvoir qui permet d’en acquérir à discrétion – on peut désormais parler avec plus de désinvolture de partage, de solidarité et DE REDISTRIBUTION DE LA RICHESSE … Le consensus auparavant était pour l’individualisme. On parle désormais un autre langage.

Le langage de Sanders, par exemple, qui est celui de la Gauche française d’avant Mitterrand. Perçu il y a peu comme gentiment maboul sauf dans son bled, Sanders, un candidat sorti de nulle part, mais qui semble CARICATURALEMENT, honnête, intègre, digne d’une absolue confiance …. se présente comme un « socialiste démocrate  »…. Et tous les médias l’encensent. Il inspire la confiance comme Obama inspirait l’enthousiasme. Il est parfait. Naturellement. Depuis Nixon, on ne fait plus d’erreurs de casting en politique américaine : la démocratie est une science exacte

NON, Sanders ne sera pas élu. Il a 74 ans et il est là pour qu’on apprivoise l’idée du partage ; il deviendra directement une légende. On en parlera…. et aux Présidentielles de 2020, l’idée de la redistribution de la richesse aura été reformulée et fera consensus autour d’un candidat jeune et charismatique

C’est une grande volte-face…. Mais attention ! Gardons en mémoire que la caste des Tres Très Riches (TTR) – celle du 0,0001@ qui a TOUT le pouvoir et la majorité de la richesse – n’entend pas en perdre une parcelle. Elle est seulement ouverte à tout nouveau consensus qui ne remettra pas sa domination en question. …. Un accord, par exemple, pour que le fric du « Petit Riche » Américain moyen aisé, repus et obèse – qui vaut entre 500 000 et 3 millions de dollarse et est dépouvu de tout de vrai pouvoir – soit redistribué au profit des défavorisés. …

Cet accord sera facile, puisqu’une vaste majorité des citoyens y gagneront…. Ils seront heureux qu’on leur dise qu’il est maintenant « juste et bon » de « « redistribuer »… et les perdants accepteront l’austérité relative d’une Amérique où le partage sera devenu une vertu.  Il suffira de leur dire quil en est bien ainsi… Du consensus est née l’obéissance. Quant aux TTR, ce ne sera pour eux qu’un jeu d’écritures ; Ils ne perdront rien puisque ce sont eux qui gèreront l’opération.

On la fera comment cette redistribution ? La première phase est déjà annoncée. D’abord, par la mise en place d’un système de santé qui èlevera les USA au niveau des autres pays civilisés. On insinue déjà qu’il faudra 14 000 milliards de dollars pour doter les USA d’un système de santé gratuit et universel, mais on sait bien qu’il en faudra le triple… C’est sans importance. Il faut un peu plus d’argent aux mains des pauvres pour relancer la consommation. On ajustera sur 4,8 ou 12 ans pour que l’effet de redistribution soit EXACTEMENT au rythme où on le souhaitera…. Et il y aura ensuite l’éducation gratuite qui attend son tour….

En quelques anéées et sans désordre, on aura changé le consensus essentiel de la société américaine…. sans que ne se brise le consensus. On pose le premier geste cette annéee…

Trump ? Sanders est pour le nécessaire ; Trump est pour le rêve…. L’Amérique en a assez de ses politiciens minables, corrompus et sans éclats. Pionniers et cowboys en esprit se rebiffent contre des hierarchies syrupeuses… Allez hop ! On profite du changement utile pour s’offrir l’agréable et on met tout ça aux ordures.

Il serait TRES surprenant que Trump soit élu, mais ce n’est pas exclu…. Les primaires seront là pour en décider, mais surtout pour juger du soutien populaire à la remise a en question de certaines idées devenues désuètes.

Il y a une demande forte pour en finir avec le syndicalisme, par exemple, qui n’a plus d’utilité dans une économie tertiaire entrepreneuriale. Aussi, pour Briser le monopole terrifiant de l’industrie des médicaments et des autres drogues. Ou encore, pour arrêter l’antagonisme Russie-USA, vestige de rivalités idéologique et économiques fossiles, et qui est délétère pour un Occident… qui a maintenant de vrais rivaux et devrat être uni.

Pour poser de tels gestes symboliquement audacieux, quoi de mieux qu’un président imprévisible qui se situe hors de toute continuité partisane ? Si l’Amérique veut les poser, elle choisira Trump….. Improbable, mais même si elle ne va pas jusqu’au bout de cette démarche, l’Amérique par son soutien à Trump, donnera la mesure de son désir de non conformisme….. et ce ne sera pas en vain..

 

Pierre JC Allard

 

2 commentaires »

  1. Bonjour Pierre, Votre billet explique bien la différence d’approche des Américains et de Européens. Les States ont les moyens de leur politique dans le monde puisque c’est de là, que tout part… jusqu’à présent. La confiance dans leur future est assurée puisque le dollar est encore la monnaie de référence la plus crue (je n’ai pas dit crédible) dans le monde. Comme je l’ai dit, tout est basé sur ce billet vert. Sans lui, rien n’est possible, alors quand il n’y en a plus, on déséquilibre le système par des dettes virtuelles qui reposent sur du vent. Google est devenu la plus grande force financière sur de l’intelligence et pas sur du matériel. Il y a tant de choses à dire sur le sujet. J’en ai fait partie pendant 30 ans de ce milieu américain. Mon job était totalement en ligne avec les ingrédients nécessaires pour réussir ce pari. Car c’est un pari. dont on ne connait pas l’issue sans trouver un paradigme qui y répondrait. Comme je le dis tellement souvent, l’homme n’est pas fait pour travailler mais pour réfléchir avec ses quelques neurones en plus que les autres êtres vivants. Quand le savoir dépassera les forces du pouvoir, cela sans communisme, sans socialisme, sans capitalisme, mais en rationalisant les buts naturels qui sont dans l’évolution « que le meilleur gagne et puisse continuer ou non le même chemin » alors peut-être, on sortira de cette ornière.

    Commentaire par L'enfoiré — 02-03-16 @ 6:45

  2. Merci pour votre commentaire qui ajoute des éléments intéressants.

    PJCA

    Commentaire par Pierre JC Allard — 11-03-16 @ 9:15


RSS feed for comments on this post.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.