Nouvelle Societe

22-07-11

Mettre à l’écart Turcotte, le fou qui a tué ses enfants

Filed under: Actualité,Auteur — pierrejcallard @ 2:01


Presque tout le monde au Québec a donné son avis sur l’affaire Turcotte. Presque tout le monde, car ne pas le donner était aussi une façon de le faire et de prendre parti. Simple exercice de défoulement, car ce qui a été fait par le tribunal l’a été et il est illusoire de penser qu’un appel désavouerait le juge de premier instance, seule façon de remettre en cause la décision des jurés. Cet épisode est clos.

Fini l’affaire Turcotte ? Pas encore. Le plus grave reste à venir. C’est maintenant au tour de la société québécoise de s’exprimer et c’est comme citoyens que chacun doit faire des représentations, car il est minuit moins une. Très bientôt, le Tribunal administratif du Québec, section des affaires sociales – désigné aux fins du Code criminel comme la Commission d’examen des troubles mentaux – va juger de l’opportunité de remettre en liberté Guy Turcotte

Turcotte, le chirurgien qui a tué ses deux enfants de 49 coups de couteaux et qui a prétendu vouloir se suicider, mais qui, plutôt que de se porter un 50e coup, à lui-même cette fois – là où sa formation lui a enseigné qu’il lui aurait été fatal- a curieusement choisi d’ingurgiter une espèce de Windex… dont on lui a évidemment administré l’antidote. Il a coopéré à son traitement; il le connaissait bien.

Je suis tout a fait préjugé en cette affaire et je ne prétends pas ne pas l’être. Je crois que Turcotte a prémédité avec intelligence sa défense en même temps que le meurtre. Je crois que l’avocat de la défense a fait un bon boulot et que les procureures pour l’accusation ont été roulées dans la farine.

Cela, toutefois, n’est qu’une opinion pêrsonnelle et n’a plus d’importance. L’important, c’est le vrai jugement qui intéresse toute la société et est encore à venir. C’est celui qui décidera de la présence de Turcotte parmi nous au cours des années qui viennent et c’est un tribunal administratif qui en décidera.

Or, il faut comprendre qu’un tribunal administratif, même dans le meilleur des cas, est toujours une bête curieuse au sein du dispositif judiciaire et parajudiciaire. Ceux qui vont décider du sort de Turcotte et indirectement du nôtre – car c’est nous qui devront marcher devant lui sur les trottoirs – ne sont pas des juristes chevronnés. Ils peuvent être, mais ne sont pas nécessairement, des sommités dans leurs domaines respectifs. Ils peuvent très bien n’y entendre goutte. Ils ont été nommés là par la volonté discrétionnaire d’un gouvernement dont il n’y a plus a faire la preuve qu’il nomme de préférence ses copains et ses souteneurs.

Un tribunal administratif s’en remet généralement à l’opinions d’experts – ce qui est très bien – mais, comme le choix des jurés n’est pas sans importance sur la décision rendue dans un procès par jury, de même le choix des experts n’est pas sans conséquences sur la décision d’un tribunal administratif. Souhaitons que les experts choisis soient les meilleurs.

Espérons que les experts examineront avec soin l’hypothèse que, même si Turcotte était vraiment temporairement fou au moment du crime, il serait bien téméraire d’affirmer que la petite mécanique dans sa tête qui lui sert à être conscient de ses actes et a discerner le bien du mal – et qui se serait temporairement détraquée au moment du crime – n’est pas irrémédiablent tarée et ne se détraquera plus jamais.

La psychiatrie n’est pas une science exacte. Un expert aura-t-il la témérité de venir jurer que Turcotte ne se détraquera plus jamais ? Si personne ne peut en jurer, la Commission d’examen des troubles mentaux a le devoir envers la population du Québec de ne JAMAIS remettre Turcotte en liberté.

Si la Commission décidait d’élargir Turcotte et qu’il y avait récidive, ses membres doivent être bien conscients que ce n’est pas seulement la compétence et le bon sens des commissaires et de leurs experts qui serait contestée, mais le sérieux de toute la profession de psychiatre qui serait remis en cause.

Beaucoup de citoyens leur colleraient au cul comme les Erynnies et mèneraient campagne pour que la valeut thérapeutique objective des prestations professionnelles des psychiatres ne soit plus prises pour acquis au-dela du rôle principal qui est le leur  comme distributeurs de pilules. On exigera que le régime de Santé du Québec fasse l’économie de leurs heures de spéculations et que celles-ci ne leur soient plus remboursées. Du moins pas avant qu’on ne donne aussi un revenu garanti aux poètes, aux philosophes et aux humoristes.

Je serais des premiers à mener cette charge, car je me reproche encore de ne pas avoir gueulé plus fort dans une affaire précédente.

https://nouvellesociete.wordpress.com/2008/03/10/087-en-sursis/

S’il y avait récidive, il faudrait aussi remettre en question le processus de nomination par le gouvernement de ces gens qui siègent bien peinards et payés comme des sénateurs sur les tribunaux administratifs, ainsi que le processus du choix des gens qui y comparaissent comme experts.

Si Turcotte se rendait une autre fois coupable de violence, on serait dans la trajectoire des doutes qu’a suscités l’affaire Bastarache, mais en bien plus grave pour le gouvernement.

En bien plus grave, parce que, sur ce vêtement sale qu’est la gouvernance partisane au Québec, les taches de la corruption ou du favoritisme ne ressortent pas vraiment. Mais les taches du sang de ces deux enfants, elles, on ne les oubliera pas si facilement.

Pierre JC Allard

https://nouvellesociete.wordpress.com/2007/10/15/25-les-violents-recidivistes/

https://nouvellesociete.wordpress.com/2008/03/07/la-liberte-des-autres/

Publicités

13 commentaires »

  1. Bonjour,

    Un beau frère avec des problèmes mentaux et maltraitant, est aujourd’hui en dépression et arretté de travailler,
    Un cousin c’est fait tabassé par des types avec des battes

    les autres sont sous calmant et illusions

    La société se meurt

    il y a t’il un docteur ?

    ou un exterminateur ?

    ce n’est pas humain de faire souffrir autant

    Commentaire par cousciouness — 24-07-11 @ 8:16

  2. Tout ce qu’on demande c’est la paix, celle qu’on pourra surement pas avoir ? sauf dans la mort ?

    Non, je vous le demande

    Commentaire par cousciouness — 24-07-11 @ 8:18

  3. Quand des millions de familles ne vivent plus des allocs en faisant des gosses …

    ou est ce que cela nous mène ?

    Commentaire par cousciouness — 24-07-11 @ 8:30

  4. Une amie s’est fait jeter à 5 mois de grossesse

    Oh des petits rien, toujours des petits rien : mais une drole d’image globale

    Commentaire par cousciouness — 24-07-11 @ 8:35

  5. Comment voyez vous l’avenir pour le peuple , cette masse désormais inutile

    Meme pas un petit rien comme moi, « un brave type » comme on dit

    Commentaire par cousciouness — 24-07-11 @ 8:38

  6. Par exemple est ce que vous seriez pour le controle totale le plus bas pour les individus, tant et si bien qu’il est peut être inéluctable en partie

    Est ce qu’on a seulement le DROIT d’en parler ?

    Un code : juste à temps extrinsèque

    ou la programmation des cerveaux ? un peu plus intrinsèque.

    Commentaire par cousciouness — 24-07-11 @ 8:44

  7. Il y a t’il seulement un bout du tunnel ?

    Ca fait longtemps que le coureur court dans la marche à la mort : marche ou crève

    Plus il remue moins ca change quelque chose et plus l’enlisement continue

    Commentaire par cousciouness — 24-07-11 @ 8:45

  8. Garder la tete au dessus de la mer de merde, surnager

    Garder de la dignité, transmettre meme pas pour soi , pour un idéal de société

    Est ce que ca change quelque chose ?

    Commentaire par cousciouness — 24-07-11 @ 8:47

  9. La Montagne morte de la vie

    Au terme d’une nuit de beuverie, le narrateur, un jeune homme de dix-huit ans, signe un engagement d’un an comme mousse sur un galion à destination du Pérou. Cruellement chahuté par l’équipage, il est défendu par Toine, le cuisinier du bord, qui le prend finalement sous son aile. Le voyage se poursuit tranquillement jusqu’au drame : alors que le galion atteint l’équateur, les vents tombent soudain, immobilisant complètement le vaisseau loin de toute terre. C’est alors l’angoissante attente qui commence : les jours et les semaines s’écoulent dans une inaction forcée qui plonge l’équipage dans le désarroi le plus total, au fur et à mesure que les vivres et les réserves d’eau douce s’épuisent. Le scorbut se propage, et bientôt une mutinerie éclate pour la mise en perce des tonneaux de rhum que transporte le bateau. Rendus fous par la faim et l’alcool, les marins se comportent bientôt comme des bêtes, tandis que Toine tente de préserver le narrateur des épouvantables scènes de violence qui se succèdent à bord. Le cuisinier au grand cœur arrive par la ruse à se faire remettre le commandement du galion au moment où, enfin, les vents se lèvent et gonflent les voiles. Mais le soulagement sera de courte durée : un cyclone s’abat sur le bateau dont le naufrage jette Toine et le narrateur, seuls rescapés, sur une île à la végétation étrange, dominée par une haute et sombre montagne…

    Lorsqu’ils furent l’un et l’autre au pied de la montagne, ils virent, accrochés par grappes à ses flancs, d’innombrables silhouettes d’êtres de tous genres qui semblaient pétrifiés, les yeux dirigés vers le sommet.

    Alors ils se dévisagèrent et ils virent qu’ils étaient eux aussi devenus horribles.
    Leur masque était fait de boue déjà solidifiée et leurs traits donnaient l’aspect d’un visage en gestation.
    La seule preuve de vie de leur figure n’était plus que la flamme ardente du regard…

    Commentaire par cousciouness — 24-07-11 @ 8:48

  10. m bernanos, mort suicidé 41, fils de george bernanos et de la guerre humaine ou inhumaine

    Commentaire par cousciouness — 24-07-11 @ 9:07

  11. Il n’y a déjà plus beaucoup d’êtres humains sur cette planète

    Commentaire par cousciouness — 24-07-11 @ 9:07

  12. Qui va bouffer qui, quand va t’on se décider à nullifier totalement l’individu ? ( ou en tout cas inventer une jolie fiction pour se le justifier )

    Est ce qu’il y a des cas ou on en a stoppé des gens pour des fictions, des simulacres : à l’échelle planétaire ?

    Je vais faire un tour dans les bois,

    Commentaire par cousciouness — 24-07-11 @ 9:17

  13. Le procureur vient de décider d’aller en appel de la décision. Je ne crois malheureusement pas au succès de cet appel et j’ai bien peur qu’on ne fasse que retarder la décision de la Commission jusqu’à ce que la population ait oublié, après quoi on relâchera Turcotte et le risque n’est pas négligeable que quelqu’un alors exécute Turcotte. Les périodes d’injustice font naître des justiciers, ce qui détruit l’État de droit.

    https://nouvellesociete.wordpress.com/2008/03/10/090-le-duce-en-trois-temps/

    pjca

    Commentaire par pierrejcallard — 28-07-11 @ 7:05


RSS feed for comments on this post.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.