Nouvelle Societe

18-04-11

Cuba, vue sur place

Filed under: Actualité,Auteur — pierrejcallard @ 12:00

Le 16 avril 2011 marque le 50e anniversaire de la tentative avortée d’invasion de Cuba par les mercenaires à la solde des USA et du ralliement du régime castriste au clan socialiste. Il es symbolique que débute aussi  ce même jour le 6e Congres du Parti communiste de Cuba. Il y a des bilans à faire, des leçons à en tirer et des virages à prendre:  le monde n’est plus ce qu’il était.

Les médias occidentaux veulent naturellement présenter tout changement au modèle cubain comme un acte de repentance et la preuve d’une reconnaissance de la supériorité de la vision du monde made in USA.  Rien n’est plus faux.   La plus grossière fausseté est de faire abstraction du processus démocratique qui a présidé à élaboration des changements proposés.  J’étais présent a Cuba pendant que s’y déroulait un processus de consultation populaire quasi référendaire de novembre 2010 à février 2011, avec 8 000 000 d’opinions diverses exprimées sur des centaines de sujets touchant tous les aspects du fonctionnement de l’État.  Aucun exercice de cette nature ni de cette envergure n’a été tenté aux USA ni dans aucun pays occidental.   Ce qui va changer à Cuba sera ce que la population souhaite qu’il soit changé.

La part sera faite plus belle à l’entreprise privée et donc à l’initiative, sans sacrifier la sécurité, ce qui me réjouit:  il y a trente ans que je dis que l’avenir ne sera ni capitaliste ni socialiste, mais sous le signe de l’entrepreneuriat, avec comme filet sous le trapèze un régime de travail-revenu garanti.  Cuba n’y arrivera pas demain, mais prend la bonne direction… ce qui n’est pas le cas de nos régime dits « démocratiques », avec des inégalités qui augmentent et un processus électoral si manipulé et corrompu qu’il ne vaut plus qu’on y participe

L’autre grand mensonge est celui de la « faillite » de l’expérience cubaine, laquelle au contraire, malgré l’incessant sabotage de son économie par l’embargo américain et le lavage de cerveau de sa population par une propagande incessante, a marqué des points de match dans les cinq (5) dossiers qui sont aujourd’hui les grands défis des sociétés contemporaines.  1. LA NUTRITION – 2. L’EDUCATION  –  3. LA SANTÉ – 4. L’HABITAT – 5. LA SÉCURITÉ

1. Quand le régime castriste a pris le pouvoir, un rationnement  et des centres de distributions des produits essentiels à prix subsidiés ont vu à ce que tous puissent manger. Aujourd’hui le problème est si résolu que ces mesures sont devenues désuètes et que l’un des changements proposés au présent congrès est qu’elles soient supprimées. ( J’étais personnellement un peu mal à l’aise d’acheter des pains à 2 centimes (0,02$)

2. Tous les Cubains on accès à une éducation gratuite à la mesure de leur talent et de leur ambition. Le taux d’alphabétisation est plus élevé qu’aux USA et la moindre conversation avec qui que ce soit, dans n’importe quel village de l’Ile. indique que le citoyen moyen y a une culture plus large et une compréhension du monde incomparablement supérieure à cette de l’Américain moyen.

3.  J’ai eu quelques problèmes de santé à Cuba. Je témoigne que l’accès a un spécialiste comme a un omnipraticien, pour un diagnostic ou des traitements, y est infiniment plus rapide qu’au Québec et j’ai vérifié discrètement qu’un Cubain décrivant les mêmes symptômes était reçu dans les mêmes dèlais – 24 heures – qui m’avaient été fixés comme étranger.   Les soins reçus étaient de première qualité, tel que l’ont constaté des médecins québécois qui en ont fait le suivi a mon retour.  Cela n’a rien de surprenant, si on comprend que ses ressources médicales, éducatives et d’ingénierie sont pour Cuba UN PRODUIT D’EXPORTATION.  L’apport de Cuba à l’éducation et a la santé du Venezuela ne sont pas sans liens avec le pétrole que Cuba reçoit du gouvernement Chavez.

4.  Il n’y a pas d’itinérants a Cuba.  Cela ne veut pas dire que la question du logement soit résolue: on trouverait preneurs pour 100 000 logements à Cuba et quiconque investirait quelques milliards de dollars à en bâtir ferait une extraordinaire affaire.  Mais  jouer la carte de la solidarité a permis d’éviter le pire: personne ne dort sous les ponts … alors que le pire est la réalité quotidienne dans TOUS les autres pays d’Amérique … incluant, depuis la crise financière, les USA eux-mêmes où depuis des mois des familles vivent ….dans leur voiture !

5. J’ai déambulé systématiquement dans tous les quartiers de La Havane, non seulement sans être agressé, mais sans même y éprouver la moindre crainte.   Il y a des pickpockets à Cuba et je ne laisserais pas mes valises sans surveillance comme on peut souvent le faire au Japon, mais le crime de violence est rarissime, même si la présence policière est discrète et en fait, invisible.  Pour une comparaison avec le El Salvador, le Mexique ou le Honduras où j’ai aussi résidé, lisez quelques journaux…

La vérité, c’est que les cinq problèmes les plus graves qui confrontent le tiers-monde ont trouvé une solution à Cuba.

Il faut donc remettre en perspective la « pauvreté » de Cuba… Je suis loin d’être convaincu que, connaissant les faits réels, une majorité des latino-américains ne préfèreraient pas une société « a la cubaine » à celle qu’on leur a créée, avec une démocratie qui n’est qu’un leurre, des projets de société qui sont des pièges à cons et une dislocation sociale  qui ne peut qu’aller de mal en pis.   En fermant la porte et ses volets sur Cuba, il semble bien que ce soit sa propre turpitude que l’Amérique veuille cacher.

Cuba n’est pas une société idéale; il y manque l’initiative. Mais si l’on considère toutes les variables, il serait plus facile et bien plus rapide de bâtir un monde meilleur en corrigeant les imperfections du modèle cubain qu’en cherchant à rafistoler le nôtre.

Pierre JC Allard

Publicités

6 commentaires »

  1. Il reste que tout cà, à quel prix en retour?
    Que les USA ont fais des choses vraiment salopes, oui il est idiot de nier, mais est-ce que cà excuse les ‘erreurs’ du régime en retour?
    Castro veut-il vraiment par example la fin de l’embargo US, qui sert sa réthorique et justifie son pouvoir? Parce que la politique est un grand jeu des fois, l’image et tout; avoir un ‘ennemi’ sous la main est toujours utile pour unir le peuple sous vos ordres..

    Je m’excuse, mais… Pourquoi une certaine gauche justifie les ‘erreurs’ des régimes comme Castro, juste entres autres parce qu’ils ‘résistent à Washington’? Et les raports des organismes comme Aministie Internationalle (accusé toujours à gauche ET à droite) sont-ils toujours ‘biaisés’?

    Commentaire par the Ubbergeek — 19-04-11 @ 3:51

  2. monsieur allard ou etes vous aller a cuba ? a lhotel cohiba,au tropicana,et varadero,le pain a 2ou 3cts est pourri les cubains des qu il le peuve achete le pain a 10pesos cubain, 0$50 c est comme un ouvrier en france acheter une baguette a 50 euro ou bouffer dans un resto chinois a la havane barrio chino un repas avec ca nana 1500euros,ou acheter une btlles ron a 500 euro ,,car le salaire moyen a cuba est a 10euros,,,,il y a plus de flic a la havane que d habitants,,vous avez mal vue ,,les consultations si vous donner pas le pourboire de 1 a 5$ vous attendrez des heures a l hosto,,,et l education a cuba vous dite Le taux d’alphabétisation est plus élevé qu’aux USA oui car les enfant des l ages de 4ans subissent des lavages de cerveaux dans les acoles en boucle l histoire de la revolution ,la grama,enfon toute une histoire fausse romancé,,,donc on formate des le plus jeune age,,,, dans les ecoles,,,ils sont tous endoctrines

    Commentaire par Anonyme — 08-08-11 @ 8:23

  3. @ Ubbergeeks

    Je répète que le régime n’est pas parfait, mais en voie de constante amélioration. Je crois personnellement que le chemin vers « l’idéal » serait plus court a partir de celui de Cuba qu’a partir du système libéral dit démocratique que nous avons présentant un peu partout en Occident.

    pjca

    Commentaire par pierrejcallard — 08-08-11 @ 10:44

  4. Anonyme:

    J’avais une chambre meublée spacieuse et confortable dans une maison privée sur Colon à 20 mètres du Prado, 10 minutes de marche de la Cathédrale. Tout ce que vous dites est faux. Si vous voulez commenter, il faut que vous choisissiez au moins un pseudo autre qu’Anonyme, car Il peut y en avoir plusieurs et ça créerait une confusion.

    pjca

    Commentaire par pierrejcallard — 08-08-11 @ 10:52

  5. J’ai vécu à Cuba durant les années ’90, dites les années ‘del periodo especial’ et je ne peux qu’approuver vos commentaires. En ajouter ne ferait que confirmer ce que vous dites déjà.

    J’aime particulièrement cette phrase qui en dit long sur le blocus: ‘En fermant la porte et ses volets sur Cuba, il semble bien que ce soit sa propre turpitude que l’Amérique veuille cacher.’

    Commentaire par Micheline Lafleur — 22-12-15 @ 10:59

  6. Merci. Venceremos….

    Commentaire par Pierre JC Allard — 13-01-16 @ 2:24


RSS feed for comments on this post.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.