Nouvelle Societe

19-06-10

De Merdre à Gidouille, 137 E.P

Filed under: Auteur — pierrejcallard @ 3:57

 

 

A moins d’une prise de conscience qu’à cette heure rien ne laisse prévoir, nous nous dirons bien demain le « 15 juin 2010 ». Nous ajouterons cette journée à la séquence de ceux d’une Ère Chrétienne qui n’est plus chrétienne que de nom…, mais ce dont la paresse nous aura dissuadés un jour de plus de prendre acte.

Dommage.. Ce serait autrement plus marrant si nous avions la lucidité et le courage de passer ce soir au calendrier des pataphysiciens. Dans le calendrier de l’Ère Pataphysique, nous sortons ce soir du mois de Merdre. Il serait juste et bon de dire haut et fort : « Jarry, nous t’avons compris ! » et de proclamer que demain sera le 1er du mois de Gidouille de l’an 137 E.P.

Ce serait un hommage bien mérité au père de la pataphysique, lequel a été le précurseur de la pensée-action dominante de notre époque : l’absurdité. Parce que Freud et Lacan, Sartre et Derrida et les autres sont bien venus pour nous expliquer qu’à défaut d’un dieu et d’une âme immortelle – ou au moins d’un projet et d’une valeur transcendantale à mettre en référence – notre vie est absurde et que le monde ne l’est pas moins… Mais ces penseurs parlaient beaucoup. Alfred Jarry, lui, c’est du solide presque taciturne. Ubu Roi, c’est l’absurde incarné dans l’action.

Rassurant. Mais il faut bien voir que le parcours chaotique de notre société, de notre civilisation et de l’Homo Sapiens lui-meme, dans son dernier happening, n’est pas une incartade, mais une conséquence inéluctable de la décision que nous avons prise de ne plus avoir d’absolu. On l’a voulu: Ubu règne…

Je viens de lire un article de Olivier Cabanel qui montre comment les grandes corporations se fichent de la vie des gens, puis un autre de Monolecte qui explique comment ceux qui ont le pouvoir pillent à quia les maigres ressources de ceux qui ne l’ont pas…

L’absurde est partout. L’absurde, c’est – quand notre société atteint l’abondance et que nos besoins matériels sont satisfaits – de ne pas produire moins ou autre chose, mais de produire plus du même, puisque c’est ainsi que s’enrichiront davantage ceux qui possèdent les équipement et qui au départ en ont tiré leur pouvoir.

L’absurde, c’est – quand les machines rendent possible de produire avec moins de travail – de ne pas choisir de travailler moins en rémunérant mieux le travail, mais d’exporter le travail là où il sera fait au plus bas prix, même si le revenu distribué ne permet plus d’acquérir ce qui a été produit.

L’absurde, c’est de créer de la monnaie en telle quantité qu’elle n’a plus de valeur, puis de refiler cette monnaie aux gens contre des biens réels, sans que l’État n’intervienne pour stopper cette arnaque, mais s’en faisant au contraire le complice. Et tout le reste à l’avenant…

Absurde. Il faut appliquer la grille d’analyse ubuesque du monde aux événements du quotidien, car, dans le foutoir où se débat aujourd’hui l’humanité, il s’agit surtout de ne respecter aucune valeur et ne pas regarder plus loin que le bout de son nez. Il n’y a pas de meilleur guide-modèle qu’Ubu pour y circuler.

Comment y arriver ? D’abord, lisez les « Textes Sacrés ». Pas nécessairement les originaux ; un bon résumé de Ubu Roi sur Wikipedia fera l’affaire. (http://fr.wikipedia.org/wiki/Ubu_roi / ) Ensuite, en toutes circonstances, voyez comment notre société fait toujours ce qu’aurait fait le Pere Ubu. Ça permet de prévoir…

Ubu a tous les trucs . Tenez, on n’apprécie pas assez cette volonté innovatrice de Ubu de tout laisser pour devenir « maître des phynances à Paris…  » . N’est-ce pas la situation actuelle d’un monde où ceux qui ont l’argent gardent le vrai pouvoir ? Un monde où Ubu reste roi et où les autres gouvernants sont ses vassaux ? Un monde où l’Absurde est maître…

Pour s’en sortir, il n’y a pas non plus de meilleur fil d’Ariane que de suivre Ubu. Quand il est ubuesque, le pouvoir devient prévisible : le choix que fera le pouvoir investi dans l’absurde sera toujours le plus méchant et le plus bête…On peut donc réfléchir et le piéger

A tous, un bon mois de Gidouille . Un mois de réflexion. C’est le plus long, celui qui nous mène à ce jour où l’on a pris la Bastille… On peut toujours rêver

Pierre JC Allard

Publicités

2 commentaires »

  1. De la merdre à la place du cerveau.

    Ils sont prévenu de tous les tenants et aboutissants : je ne peux rien faire de plus à leur place

    A la prochaine

    Commentaire par K. — 07-09-10 @ 8:06

  2. @K

    :-))

    Commentaire par pierrejcallard — 07-09-10 @ 4:49


RSS feed for comments on this post.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.