Nouvelle Societe

22-06-09

263 Montréal: de la corruption à l’extorsion

Encore une odeur de soufre qui se dégage des officines de l’administration de la Ville de Montreal. Il n’y a pas si longtemps qu’on a parlé de scandales à la Société d’Habitation et de Développement de Montréal, privatisée dans des circonstances qui ont soulevé des questions, puis utilisée pour des transactions qui en suggèrent encore plus et sur lesquelles la police enquête. Pas bien longtemps, non plus, que l’auditeur-général a lancé la sienne, sur une transaction de 355 millions de dollars pour des compteurs d’eau. Beaucoup d’argent et pas très clair. Maintenant, c’est le toît de l’Hotel de Ville…!

Corruption ? On parle de 10 000 000 $. Une bagatelle. A-t-on une minute a perdre sur ces dix millions ? Surtout, qu’il ne s’agit pas vraiment de ces 10 millions, mais d’une somme de 40 000 $ qu’aurait réclamé un sieur qu’il serait prématuré de nommer, pour s’assurer le complaisance de deux (2) conseillers municipaux sur lesquels je demeurerai tout aussi discret, même si leurs noms sont partout, puisque qui ils sont est ici sans importance.

On parle de bien peu d’argent, cette fois. Un des conseillers d’opposition dit bien haut que le Maire n’a plus l’autorité morale de gouverner, mais, dans le contexte des scandales en cours c’est un platitude. Un autre y va dans la casuistique, en soulignant que ce scandale est moins grave que les autres, puisqu’il n’implique pas des gens nommés par le Maire lui-même et qu’on n’a pas cette fois, comme pour l’affaire de la SHDM, perverti le systeme en privatisant ce qui n’aurait pas dû l’être… Ah bon… vous êtes soulagés ? Ce n’est pas la peste, braves gens, ce n’est que le choléra …

Une toute petite corruption… Pourquoi s’énerver ? On en a vu d’autres, n’est-ce pas ? Je m’énerve parce qu’il y a ici une circonstance aggravante. Ces 40 000 dollars, on ne les a pas demandés poliment. Le contracteur a recu des menaces. Pas des paroles en l’air, puisqu’on s’en est pris à ses équipements. Une grue de 500 000 $ a éte brulée. Kaput. Détruite.

On peut dire qu’il est assuré, mais ca ne regle rien. On l’a aussi menacé de mort… La corruption est une chose, l’extorsion sous menace de mort en est une autre. Bien sûr, il a averti la Sureté du Québec, qui elle aussi enquête, mais on n’est jamais trop prudent. Le contracteur nous dit donc, bien candidement, qu’il aussi demandé à un Hells Angel du chapitre de Trois Rivières d’intervenir pour faciliter – ( « smooth out », dit The Gazette ) – ses relations avec l’industrie de la construction.

On peut présumer qu’il se sent plus tranquille. Tant mieux pour lui, mais quand il faut aller chercher protection ailleurs qu’auprès des corps policiers dont c’est la tâche de protéger les citoyens, on a quitté la corruption et l’on est à un tout autre niveau. On est au niveau où ce sont les gangs qui font la loi et où il n’y a plus d’État de droit.

Le Ministre de la sécurité publique du Québec, Jacques Dupuis, nous dit qu’il serait « prématuré » de faire une enquête publique sur les allégations de corruption dans l’industrie de la construction. Vraiment ? N’est-ce pas plutôt qu’on ne sait plus du tout à qui se fier, que la frontiére devient floue entre accusateurs et accusés, que personne n’est à l’abri des menaces et que l’on se rend compte que le droit n’a plus la force pour lui ? Comment remet-on la force au service du droit quand elle ne l’est plus ?

Cette situation n’est pas propre au Québec. Dans la moitié du monde, c’est la force qui prime, le vrai pouvoir change de côté et l’extorsion remplace peu peu la corruption. On ne quémande plus, on exige. Comment remet-on la force au service du droit quand elle ne l’est plus ? Il faut qu’une éthique l’impose. Si une société ne génère pas cette éthique, elle meurt.

Pierre JC Allard

Publicités

14 commentaires »

  1. Encore ce matin un magnifique papier. Oui M. Allard, quand l’extorsion remplace la corruption, mondialement, c’est que la pourriture a gagné tous les niveaux et que le fruit est mûr pour rejoindre les détritus.
    J’ai terminé, tard hier soir, la lecture de votre roman L’Évangile de l’Autre; après avoir fini la lecture de Le Printemps de Libertad, dans l’après midi.
    À part quelques fils blanc, vite oubliés, Le Printemps de Libertad, est un magnifique ouvrage où, en plus d’une histoire bien ficelée, toute votre connaissance des méandres de la politique nous ouvre les yeux sur les stratégies du milieu interlope, en haut comme en bas de la société.
    Prophétique à plus d’un sens, le gang d’Hochelaga ne nous renvoie-t-il pas à cette violence et à l’extorsion dont vous parliez dans le billet d’aujourd’hui. Moi, grand naïf, c’est la crise qui m’a ouvert les yeux sur toute cette manipulation, que j’intuitionnais, mais qui est tellement pire que tout ce que je pouvais imaginer. Je conseille ce livre à tous les naïfs du monde, la majorité. Une fois éveillés peut-être pourrons-nous changer le monde???
    Pour ce qui est du livre L’Insurrection qui vient, je l’avais déjà lu, recommandé par un blogueur d’un des sites contestataires que je fréquente.
    Mais je dois vous dire, M Allard, que je ne crois pas que l’anarchie où un immense Mai 68 soit la solution à nos problèmes contemporains. Arracher des pavés et briser des vitrines, ça défoule, j’en conviens, mais nous avons besoin d’une organisation meilleure, si nous voulons un meilleur monde.
    Je ne crois pas qu’une bonne société apparaisse subitement, comme l’on croyait encore au XIXᵉ siècle, à la génération spontanée (une souris nait d’un tas de chiffon). Le pire n’engendre pas le mieux. Pour moi, une bonne société n’est possible que si les hommes qui la composent sont bons.
    Pour ce faire, il faut apprendre à désamorcer le tueur, le fraudeur et le manipulateur en nous. Nous avons tous un esti de pourri de capitaliste qui sommeille dans notre inconscient. Pour cette raison, la prochaine révolution sera intérieure, avant tout, puis extérieure.
    La vie affective, intérieure, psychique, spirituelle, qui a été balancée en même temps qu’une Église méprisable, doit refaire surface : belle, franche, noble, débarrassée des scories du temps, des peurs et des superstitions. La psychologie qualitative, car il y a aussi la psychologie quantitative, a fait des progrès incroyables en ce sens ces dernières décennies. Il y a des techniques pour être à l’affut du lanceur de pierre, du fourbe en nous, et l’empêcher d’agir. C’est là la grande révolution et le seul chemin du bonheur.
    Ensuite, une organisation de type, incontrôlable, cellulaire, où chacun devient un organisateur de sa petite pyramide, où chaque personne ne connait qu’un contact… etc., etc., vous savez de quoi je parle et connaissez sûrement mieux que moi comment un tel mécanisme pourrait s’organiser.
    Sur le Net, dans un site protégé de type Freenet, où celui dont parlait Éric la semaine dernière, de la véritable information circulerait : comment devenir bon, comment boycotter honnêtement ce système pourri. Il n’y a qu’une fraternité qui peut instaurer la Grande Fraternité. Il y a plein de monde, dans tous les pays, qui sont prêts à prendre le bateau si l’on propose quelque chose d’honnête.
    Je suis un rêveur… Et s’il revenait.

    Commentaire par Redg — 22-06-09 @ 2:26

  2. @ Redg: l’extorsion montre la tête parce que l’on est en phase terminale de civilisation. Les gangs ont toujours été là, et il y a bien 30 ans que Alvin Toffler est sorti du placard pour parler des Yakuza et dire ouvertement ce que tout ce qui compte savait, qu’on ne fait rien de sérieux sur cette terre si on n’a pas accès quelques part à un « bras » qui va jeter son glaive dans la balance, pour au moins équilibrer les « bras » de vos adversaires. Dans un État de droit, l’équilibre s’établit entre ‘yakuzas’ et la loi arbitre. En fin de civilisation, ce que peut apporter la loi ne modifie plus de façon déterminante le rapport des forces et le plus gros bras fait la loi. Dans la plupart des pays sous-developpés, aujourd’hui, la loi du plus gros bras s’applique.

    http://nouvellesociete.org/A58.html

    PJCA

    Commentaire par pierrejcallard — 22-06-09 @ 2:44

  3. Pour vous et vos lecteurs,

    Une lettre pour son Altesse Royale…

    http://lequebecois.actifforum.com/ici-on-parle-d-actualite-f1/besoin-de-signatures-contre-la-venue-du-prince-t11989.htm

    Jeanne du Lys

    Commentaire par Sylvie R. Tremblay — 16-10-09 @ 7:58

  4. […] refusant une enquête dans la construction, on a associé syndicalisme et mafia dans l’esprit de la population et cela ne changera que quand tout le mouvement syndical aura montré patte blanche et aura […]

    Ping par Legault: « celui qui doit venir » ? | Les 7 du Québec — 13-02-12 @ 12:02

  5. […] refusant une enquête dans la construction, on a associé syndicalisme et mafia dans l’esprit de la population et cela ne changera que quand tout le mouvement syndical aura montré patte blanche et aura […]

    Ping par Legault: « celui qui doit venir » ? | CentPapiers — 13-02-12 @ 5:53

  6. […] refusant une enquête dans la construction, on a associé syndicalisme et mafia dans l’esprit de la population et cela ne changera que quand tout le mouvement syndical aura montré patte blanche et aura […]

    Ping par Legault: « celui qui doit venir » ? | Syn09 — 12-07-12 @ 5:52

  7. […] refusant une enquête dans la construction, on a associé syndicalisme et mafia dans l’esprit de la population et cela ne changera que quand tout le mouvement syndical aura montré patte blanche et aura […]

    Ping par Legault: « celui qui doit venir » ? | Les 7 du Québec — 17-05-13 @ 4:45

  8. […] Le peuple dit « bavure », quand le droit ou les décisions des tribunaux ne correspondent pas à son sens de la justice et de l’équité. Entre les affaires Turcotte, Lacroix, Robinson et les cas de quelques innocents qui au contraire ont écopé – comme Michel Dumont et le désormais célèbre Monsieur Hinse – la confiance du citoyen est devenue bien mince. Quand on préfère faire appel à des « justiciers » plutôt qu’à la justice, la societe a un problè… […]

    Ping par Un « juriste de famille » … et enfin la justice au Québec | CentPapiers — 10-06-13 @ 1:28

  9. […] Le peuple dit « bavure », quand le droit ou les décisions des tribunaux ne correspondent pas à son sens de la justice et de l’équité. Entre les affaires Turcotte, Lacroix, Robinson et les cas de quelques innocents qui au contraire ont écopé – comme Michel Dumont et le désormais célèbre Monsieur Hinse – la confiance du citoyen est devenue bien mince. Quand on préfère faire appel à des « justiciers » plutôt qu’à la justice, la societe a un probl… […]

    Ping par Comment faciliter un accès équitable à la justice au Québec? - IDEOZMAG (ex forumdesforums.com) — 14-10-13 @ 3:08

  10. il faut aussi savoir admettre que tout ca est utile et pris en compte car sinon le déficit public serait encore pire !!!

    Commentaire par Luc Chevalier — 23-04-14 @ 10:07

  11. […] Je dis bien : “Si quelqu’un veut vraiment suivre cette affaire”. Je ne le veux pas. Je doute fort que quelqu’un le veuille. La corruption, qui est le péché de Judas et qui a gangrené la gouvernance dans tous les pays qui sont ou se prétendent des démocraties, frôle malheureusement maintenant son niveau d’incompétence : le seuil de désordre où elle doit céder la place à la simple extorsion. […]

    Ping par LE SENS DES FAITS – Volume 3 | Pierre JC Allard — 16-06-14 @ 11:40


RSS feed for comments on this post. TrackBack URI

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.