Nouvelle Societe

03-06-09

Les élections européennes

Entre les 4 et 7 juin prochain (2009), les 27 Etats membres de l’Union Européenne vont voter au suffrage universel par circonscriptions et se choisir 736 représentants.  En principe, les élus au Parlement de Strasbourg – qui siègent la plupart du temps à Bruxelles – constitueront le volet démocratique de la gouvernance de l’Union Européenne.  Les trois quarts au moins des lois adoptées par les États nationaux devant se conformer aux directives de l’Union, on pourrait penser que ce qui se discute dans ce Parlement n’est pas sans intérêt.    Et pourtant….

Pourtant, les élections européennes n’intéressent pas beaucoup les Français, ni les Allemands et les Anglais encore moins. Les Belges oui, mais c’est chez eux…  Généralement la moitié des Européens ne votent pas à ces élections et il semble que cette fois ce sera pire. Pourquoi ce manque d’intérêt?   Parce que le Parlement européen n’a ni vrai pouvoir ni autorité.

Pas de pouvoir, parce que, même si on lui demande bien son avis et qu’il a un droit de censure, il n’a pas l’initiative législative. Il ne propose pas des lois; il est le tampon sur des lois qu’on lui soumet.  Les lois, c’est la Commission Européenne qui les propose, la Commission, qui est une création des États et non des peuples de l’Europe.

Le Parlement peut bien se prononcer sur ces lois qu’on lui propose, mais sur quelle base ?  Les dossiers sont nombreux, complexes et leur technicité en rend la maitrise ardue.  Les membres de la Commission ont derrière eux chacun une armée de fonctionnaires nationaux pour étudier les dossiers, les députés européens n’ont que des opinions.  Ce sont donc ceux de la Commission qui ont, non seulement l’initiative des lois, mais aussi tous les atouts pour en discuter. Ils ont le haut du pavé, car ils parlent le langage des Eurocrates de Bruxelles et personne ne doute que ce soient eux qui aient le vrai pouvoir.

Les députés au parlement européen n’ont pas le pouvoir, soit, mais pourquoi leur en faire grief ?  Le député au Luxembourg en a-t-il davantage ?  C’est l’expertise, désormais, qui mène le monde et elle est a Bruxelles.  On leur en fait grief, parce qu’ils n’ont pas non plus l’AUTORITÉ.  Si un Président de l’Europe était élu au suffrage universel et devait rendre des comptes à ce Parlement européen, ce Président aurait l’autorité de la légitimité de son mandat populaire et le parlement celle de son mandat de surveillance des gestes de ce Président.

Même sans pouvoir exécutif, le Parlement européen aurait la force de cette autorité. On ne le contredirait pas à la légère, ni à la Commission, ni à Bruxelles.  La population se sentirait REPRÉSENTÉE et elle s’impliquerait dans le choix de ses représentants. Impliquée, elle voterait davantage, augmentant d’autant  la crédibilité des députés européens… et on serait sur la voie de bâtir une appartenance à l’Europe

Une vraie appartenance, car ces députés, responsables d’une politique européenne, ne suivraient que de très haut les méandres de la réglementation; les Eurocrates de Bruxelles peuvent le faire sans un suivi quotidien. Il se consacreraient à imaginer un avenir pour l’Europe et à en concevoir les grandes politiques.  Ils ne se rangeraient plus ipso facto sous les  bannières, Droite (PPE), Centre (ADLE) ou Gauche (PSE) qui font du parlement européen une projection caricaturale des clivages politiques nationaux. Ils se regrouperaient selon des critères pertinents à leur mission.

Les députés européens seraient utiles. Ils seraient intéressants. On voterait aux élections européennes avec passion, plutôt que de souhaiter qu’après 30 ans de leurs inepties, quelque Cromwell vienne enjoindre à ces notables en probation ou en préretraite – au nom du Christ ou du simple bon sens ! – de ramasser leur maroquins en rodage et de rentrer chez eux.

La semaine prochaine, on voudra nous dire ce que signifent les résultats de ces élections.  Une autre démarche inutile, car nous savons déjà ce que signifie l’abstention qui en sera le résultat le plus marquant;  elle  signifie la profonde désaffection des Europens pour une démocratie reduite à un rideau de scène derrière lequel le vrai pouvoir s’agite.

L’attitude envers les élections européennes est emblématique de cette désaffection. On a rendu la démocratie inutile. On l’a rendue rididule et il n’en reste qu’une image de corruption et de non-signifiance. Il faut rebâtir la démocratie. On pourrait commencer à Strasbourg.

Pierre JC Allard

Publicités

3 commentaires »

  1. J’ai voté par courrier il y a qq semaines pour l’Election à l’Assemblée des Français de l’étranger mais on peut voter par internet (jusqu’au 4 juin)
    http://www.consulfrance-montreal.org/spip.php?article1175

    Le vote par courrier ou internet devrait améliorer la participation plutôt que faire la queue debout.
    Au Quebec, je vote par anticipation mais en France ils ont pas cela.

    Les américains ont du mérite de s’être autant mobiliser à voter en voyant les longues files d’attentes en 2008.

    Commentaire par Paul de Montreal — 03-06-09 @ 10:15

  2. @ P de M.

    On pourrait voter à peu de frais et sans ennuis avec le meilleur controle des résultats en réquisitionnant pour les besoins l’utilisation du systeme interbancaire.

    https://nouvellesociete.wordpress.com/2007/06/17/sondages-et-referendums/

    PJCA

    Commentaire par pierrejcallard — 03-06-09 @ 10:39

  3. EUROPE ET PAIX

    Ci-dessous, courrier envoyé à Nicolas Sarkozy lorsque la France a eu a gérer en 2008 la Présidence de l’U.E.

    Monsieur le Président de l’Union Européenne.
    Deux mots pour me présenter : Mon arrière grand-mère avait banni un mot de son vocabulaire, « allemand ». Elle parlait, avec un regard alors aussi luisant qu’une baïonnette, des « boches » et on peut la comprendre puisqu’elle les a vu trois fois -ayant toujours vécu à Guise dans l’Aisne- en 1870, 1914 et 1939….
    Comment sommes nous sortis de cette chronique d’une haine séculaire ? Par l’ « Europe »… Et avec sincérité je remercie les femmes et les hommes politiques, de gauche comme de droite, de ce côté du Rhin comme de l’autre qui depuis maintenant 60 ans œuvrent en ce sens. 60 ans de paix à l’intérieur de l’hexagone… A partir de Vespasien, au premier siècle de N.E., la Gaule, en s’engageant profondément dans le monde romain a connu un siècle de paix. Qui pourrait ne pas souhaiter la même chose aujourd’hui ?
    Il me semble que trop nombreux sont ceux qui oublient cet apport énorme et positif ! La paix ! Aussi, dans une démarche citoyenne, j’aurais deux propositions à vous soumettre, propositions visant au développement d’une conscience européenne chez les membres du vieux continent.
    • Quels sont les deux fléaux qui ont assombris et endeuillés l’Europe (et le monde) au XX° siècle ? Le nazisme et le communisme. Si l’anéantissement du premier est commémoré (en France) le 8 mai, rien n’est fait pour l’anéantissement du second. Aussi, la création d’un jour férié européen institué le 9 novembre, date de la chute du « mur de Berlin », permettrait ce combler cette lacune en unissant tous les habitants de l’U.E. (Si le 8 mai devenait également férié dans l’UE, avec ces deux dates l’Europe affirmerait sa volonté d’être fer de lance dans la promotion des Droits de l’Homme…) Cela n’est certes guère compatible avec la notion du « travailler plus »… Et bien supprimons le 11 novembre en mettant en avant la disparition du dernier « poilu ». En quel lieu « unique » -symbolique- (avec des déclinaisons nationales) se réunir en cette occasion ? Suite au pacte germano-soviétique, la Pologne a été dépecée par Hitler et Staline. Ce pays, me semble t-il, conviendrait donc… Quelle ville ? A voir, mais pas Gdańsk afin d’éviter toute récupération politico-religieuse… Ce jour ne devrait pas être uniquement tourné vers le passé. En plus de rappeler la valeur de l’Europe comme instrument de paix entre les peuples la constituant, il devrait aussi revêtir un aspect pédagogique et formateur tourné vers l’avenir : qui aujourd’hui, comme les nazis et les communistes d’hier, n’éprouvent que haine pour la démocratie, considèrent l’assassinat comme une arme politique et réclament « ici pour eux » la liberté au nom de nos principes libéraux pour la refuser en instaurant une dictature lorsqu’ils sont au pouvoir au nom de leur principes ? Les islamistes… Aussi, ce nouveau jour férié, en plus de rappeler aux européens leur Histoire récente, devrait -par un symbolisme à définir- mettre en exergue la laïcité. Une laïcité certes tolérante et respectueuse du fait religieux, mais qui souligne aussi que Etat et religions (valeur symbolique du « s » à religions) doivent être séparés (J’ai bien conscience que cette séparation n’est pas (encore ?) une réalité partout en Europe…).
    • En France, une action revêtant un éclat particulier peut offrir à son auteur une reconnaissance qui se manifeste par l’obtention de la Légion d’honneur ou de la médaille de l’Ordre National du Mérite. Ne serait-il pas avisé d’instituer une décoration européenne (également avec plusieurs degrés) ouverte à tous les citoyens des pays membres de l’U.E. pour action effectuée en faveur de l’Europe ?
    Recevez, Monsieur le Président de l’Union Européenne, mes respectueuses salutations.

    COLPIN Didier

    La réponse, en date du 19 août 2008 et émanant de Cédric Goubet, Chef de Cabinet du Président de la République, est de pure forme et sans aucun intérêt…

    Commentaire par COLPIN Didier — 06-06-09 @ 3:15


RSS feed for comments on this post.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.