Nouvelle Societe

21-05-09

La Jaggernauth pharmaceutique

La malice du système capitaliste qui nous gouverne se manifeste évidemment au niveau des grands dossiers qui nous mobilisent tous : les guerres impérialistes, la démocratie sous le talon de la corruption, les inégalités scandaleuses de rémunération, le contrôle et la manipulation de l’information…   Elle ne s’arrête pas là, toutefois. Elle est présente aussi au quotidien et s’acharne encore plus cruellement sur des individus qui n’ont d’autre importance que celle que leur vie revêt pour eux.

Pourquoi dire « plus cruellement » ? Parce que si vous, moi ou quiconque à son heure, tombe seul, par simple déveine, sous les roues de la Jaggernauth pharmaceutique issue du capitalisme, il ne peut pas alors compter sur un grand mouvement de solidarité. Il devient un « dommage collatéral ». Il est seul et il est broyé. Il en sera ainsi aussi longtemps qu’un mouvement ne naitra pas qui fera SYSTEMATIQUENENT sienne la cause de tous ceux que les intérêts du systéme sacrifient sans même y prêter attention.

Cette industrie pharmaceutique qui nous tient tous en otages doit être la première réappropriée et mise au service de l’humanité. Exemple ? Joshua Thompson souffre, depuis 3 ans, d’une maladie dégénérative incurable. ( Voyez, ici, tous les détails de l’affaire). Pour lui, une lueur d’espoir est apparue avec un nouveau médicament: IPLEX. Les tests sont extrêmement prometteurs, mais l’usage n’en est pas encore autorisé. Lui en donnera-t-on ? C’est sa vie, elle s’achève, ce devrait être son risque et sa décision. Mais on ne lui en donne pas…

Principe de précaution ?… Tout dépend des principes qu’on a… et de ce pour quoi on veut prendre tant de précautions… Quand on va au fond des choses du cas Joshua, on trouve une querelle entre deux sociétés pharmaceutiques défendant leur royalties. Pendant qu’elles défendent leurs intérêts financiers, la maladie n’a pas d’adversaires. Les malades dégénèrent et meurent.

Joshua a lutté et finalement obtenu le médicament, après des années d’efforts, presque trop tard… Trop tard, en tout cas, pour lui éviter toutes les séquelles qui auraient pu l’être, si la compassion avait été là au départ. Est-ce que cette attitude est tolérable ? La saga de Joshua Thompson est emblématique d’une attitude sordide de l’industrie pharmaceutique.

Et il y a encore plus révoltant que le cas Joshua. Prenez celui de Frederick Baron. On ne parle plus ici de IPLEX mais de TYSABRI, contre le myelome multipe, même scénario, toutefois, de NE PAS fournir le traitement. Ils sont légions… Pour que Frederick Baron ait son TYSABRI, à quelques heures de son décès annoncé, il a fallu faire appel a Lance Armsrong, à Bill Clinton et ameuter tous les médias. Il a fallu y mettre des sous, ce que tout le monde n’a pas. On a finalement attendri in extremis le responsable … S’il eut été pauvre et sans appuis, Frederick Baron serait mort. Voyez le dossier. Vous pensez quoi de James C. Mullen, PDG de Biogen ?

On parle d’exceptions de compassion… mais la compassion ne devrait elle pas être la norme ? Est-ce qu’il est raisonnable que la vie des gens dépende des humeurs des PDG des fabriques de pilules et de vaccins ? Et quand on gratte un peu, ces gens qui meurent parce que les remèdes pour le Sida sont si chers, est-ce vraiment la fabrication du medicatent qui est onéreuse, ou le coût de la recherche qu’il faut bien amortir ? Ne devrait-on pas structurer la recherche et motiver les chercheurs autrement qu’en gardant la lumière sous le boisseau ?

Il y a quelque chose de pourri dans cette gestion de la santé en fonctions des dividendes des actionnaires. Il est temps que l’État fasse son boulot pour la collectivité. Vite, avant que n’arrive des choses regrettables.

Pensez à ces études largement diffusées de Global Dominance qui disaient sans émotion, juste avant le 911, que seule une catastrophe de l’envergure de Pearl Harbour « éveillerait l’Amérique a ses responsabilités ». Combien de temps avant qu’un simple quidam – conjoint, père, mère, sœur frère ou ami d’un malade à qui l’on refuse le traitement dont dépend sa vie – ne décide d’eveiller à sa façon l’Amerique, en allant chercher le remède qu’il veut manu militari ? Avec un pistolet sur la tempe d’un PDG récalcitrant… ou en prenant les propres enfants de ce dernier en otage ?

On tente le diable. Il faut que la société intervienne et s’assure que l’industrie pharmaceutique réponde aux besoins, sans se laisser détourner de sa mission par des intérêts financiers, ni opposer son veto à ce que réclame l’individu dont la vie en dépend. C’est SA vie. Son choix doit être éclairé, mais doit demeurer SON choix

Pierre JC Allard

Publicités

6 commentaires »

  1. Je vous vois sur Agora Vox, sur les 7 du québec et sur ce site pourri Rue89.
    Vous m’avez une fois répondu en n’étant pas d’accord avec moi, je ne sais plus sur quel sujet et depuis j’ai du mal à vous cerner. Je vous signale que j’ai été viré du site pro-atlantiste masqué Rue 89 sous prétexte homophobie. Je ne comprends pas bien vos positions qui ont l’air bien frileuses

    Commentaire par extralucide — 22-08-09 @ 7:18

  2. @ extralucide:

    Je ne vois rien de frileux a demander la collectivisation de l’industrie pharmaceutique… En fait, c’est ma relative insignifiance de francophone qui me protège: si je disais la même chose en anglais et avais donc 10 fois plus de lecteurs, je pourrais avoir de sérieux ennuis…
    Pour me « cerner » partez de l’hypothèse que je veux proposer un VRAI projet de société qui ne soit pas une récrimination mais une option réaliste. Cela exige de faire la part des choses et de viser à de larges consensus. je ne propose pas des solutions idéales, mais des solutions qui ont une chance d’être retenues. preons l’exemple de ce texte. Quelle serait VOTRE proposition moins « frileuse » ?

    PJCA

    Commentaire par pierrejcallard — 22-08-09 @ 1:51

  3. Bonjour,
    je m’adresse à Monsieur Pierre JC ALLARD;
    Je découvre seulement sur AGORAVOX vos interventions Mr. ALLARD, je ne suis qu’un tout petit mouton de PANURGE car c’est bien ce que nous sommes… (et quoi faire d’autre?… à notre tout petit niveau, en tout cas le mien) si ce n’est suivre et décortiquer les infos qui nous sembles le plus crédibles.
    Pour ma part je suis maintenant suspendue à vos lèvres, continuez de bien nous informer et je vous en remercie mille fois.
    Je suis Asthmatique, problèmes cardiaques et autre; je me suis faite aussi une oppinion depuis bien longtemps sur presque?… tous les médecins ,nous ne sommes qu’une feuille maladie à remplir pour le reste ils nous traite par dessous la jambe.
    Le plus triste c’est que j’ai pu constater à différentes reprises des conséquences désatreuses rapport à des interactions médicamenteuses.Quand aux lobbis pharmaceutiques ils sont bien servis par eux, ne serais(ce que mon médecin qui se payait régulièrement des voyages aux Seychelles…non comment.Je suis obligées de passer par eux mais croyez bien que je ne leur fait que très PEU confiance, heureusement qu’il y a Internet pour avoir des infos qu’ils se gardent bien de nous donner.MERCI de m’avoir lu moi, je continuerai de le faire pour vos articles.
    Mme Roupié
    PS: s’il le faut faire transmettre à Mr. Pierre JC ALLARD.

    Commentaire par Roupié — 11-09-09 @ 6:16

  4. @ Mme Roupié. Merci pour votre commentaire. N’étant pas médecin, je n’ai pas le droit de vous donner des conseils touchant votre santé. Je ne puis, comme citoyen, que regretter que le système lui-même ne nous donne pas à tous entière satisfaction. Je vous souhaite la meilleure des chances et le bon jugement pour prendre les décisions qui vous sembleront adéquates.

    PJCA

    Commentaire par pierrejcallard — 11-09-09 @ 2:53

  5. Monsieur Callard
    Je vous réponds avec retard.Veuillez m’excuser.
    Premier point :
    Je pense que vos écrits ne sont pas accessibles au « quidam lambda » comme vous dîtes et vous devriez utiliser un langage plus populaire, naturellement pas celui de Sarkozy qui n’est que le langage d’un sot et d’un inculte, populiste en plus. Ainsi que d’éviter de trop nombreux renvois et liens qui rendent les articles indigestes.
    Deuxième point :
    Dire que la société est pourrie est juste. Mais combattre honnêtement cette société ne marchera jamais. La société ne changera jamais en disant : il faudrait. L’emploi du conditionnel est « frileux ». Les gens ont besoin de quelqu’un qui a la volonté et non de suppositions. La société est pourrie parce qu’il y a trop de gens honnêtes qui laissent faire par naïveté ou par peur de la contradiction. Ce sont des « moutons ». Mieux vaut dire  » Je suis certain… »
    Il est désolant de voir, en France et probablement ailleurs, tous les politiques mis en examen et non-lieusée évidemment, être réélus systématiquement. Seule une guerre ou une révolution changera les choses, ce qui amènera une dictature. Et si il n’y a ni révolution, ni guerre, la dictature, déjà en marche, arrivera également.

    Commentaire par extralucide — 13-09-09 @ 2:13

  6. Extralucide:

    Le niveau de vocabulaire et de style est un choix. Je vise là où je crois que le nombre de ceux qui comprennent, pondéré par leur capacité d’intervention efficace, est optimal. Si je vulgarisais davantage, j’aurais peur de perdre la crédibilité minimale pour inciter à agir ceux qui ont le pouvoir de changer les choses.

    Evidemment je puis me tromper, mais c’est mon choix de bonne foi et j’ai eu de bonnes raisons de penser que je n’écrivais pas en vain. De même, j’utiliserais un style plus ‘impératif’ si je prévoyais passer personnellement à l’action… mais je n’ai pas l’âge de le faire. Il ne faut pas négliger l’importance de « faire comprendre » la situation à ceux qui peuvent agir et qui sont souvent plus inconscients que méchants. … Or, le style de Beaumarchais n’est pas celui de Bonaparte :-)) Voyez au lien ci-dessous ce que j’écrivais il y a 12 ans…

    https://nouvellesociete.wordpress.com/2008/03/10/067-resolution/

    PJCA

    Commentaire par pierrejcallard — 13-09-09 @ 10:05


RSS feed for comments on this post.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.