Nouvelle Societe

15-05-09

Et alors, les subprimes, ça va ?

Depuis qu’Obama a lancé en mars son plan Making Home Affordable pour venir en aide aux propriétaires catastrophés – et à leurs créanciers, bien sûr – des prêteurs hypothécaires représentant 75% du marché ont accepté d’y souscrire, ce qui devrait permettre à 9 millions de proprios menacés de ne pas être expulsés et de sauver leur mise. Bonne initiative, qui évitera bien des larmes et peut-être du sang dans les rues.

Les créancier vont empocher USD 50 milliards de compensation pour refinancer les prêts et réduire les taux… Il semble qu’aujourd’hui même, Timothy Geithner, Secrétaire au Trésor et Shaun Donovan de l’Habitat (Housing and Urban Development) vont annoncer conjointement qu’on en rallonge encore un peu.

Il est temps. 340 000 avis de défaut de paiement en mars, 342 000 en avril… tout semble se stabiliser, mais, comme la résistance de l’air peut freiner la chute d’un corps en chute libre sans remettre en question les lois de la physique, il semble bien que le marché immobilier aux USA s’effondre aussi vite et pas plus que ce que permet le nombre de huissiers et de sheriffs. Ce qui rappelle l’horrifiante phrase de ce témoin, dans le film « Judgment at Nuremberg » : « tuer est facile, c’est disposer des cadavres qui est le défi… »

On va allonger quelques milliards de plus, ce qui est bon, mais pourquoi le faire si bêtement ? La solution raisonnable ne serait-elle pas que l’État ou un organisme parastatal ad hoc désigné par l’État – comme Fannie Mae ou Freddie Mac, par exemple – deviennent simplement propriétaires des maisons saisies et les LOUENT à leur ex-propriétaire occupant ?

Qu’ils les louent, mais avec la clause que la propriété en sera transportée à ce dernier quand la somme de ses loyers mensuels atteindra la valeur du marché établie aujourd’hui pour l’immeuble, majorée d’un intérêt raisonnable, disons celui du « prime rate » ou du LIBOR, par exemple.

A quel loyer mensuel les louer ? Au prix des paiements mensuels le plus élevé auquel l’ex-proprio a consenti lorsqu’il a obtenu son hypothèque initiale, mais plafonné à 30% de son revenu disponible actuel. Ce loyer demeurera inchangé, car il sera assimilé à un versement sur une vente à terme.

La charge réelle que ce loyer représente pour l’ex-propriétaire devenu locataire-acheteur diminuera donc avec l’inflation. Il n’y a vraiment là rien d’inusité. On fait seulement bénéficier de cet effet une strate de la population que jusqu’ici on ne voulait pas voir, parce qu’elle vit sous le naseau du cheval capitaliste.

Si le paiement est plafonné, il faut introduire une variable, puisque garantir le revenu est un tout autre projet.. ! Cette variable, c’est le temps. Le locataire payerait 10 ans, 30 ans, 50 ans… jusqu’à ce que le prix ait été acquitté. Au pire, il payerait peut être indéfiniment… ce qui ne serait encore que le maintien de sa condition initiale de locataire et sans augmentation de loyer.

On en viendra sans doute à cette approche, dès qu’on aura apprivoisé les Américains à cette intervention – ingérence – de l’État sur le marché. De ce marché de l’immobilier, on passera aux autres; nous entrons dans une nouvelle économie. Le capitalisme est mort, puisque l’argent ne vaut plus rien. On se demande seulement s’il est moins troublant de l’embaumer pour un temps ou de l’enterrer tout de suite.

Pierre JC Allard

Publicités

3 commentaires »

  1. Je me suis un peu déconnecté de ce thème là.

    Si le prix des maisons US continuent de baisser, j’imagine que certains propriétaires en grande difficulté financière ont plus interet à se mettre en faillite qu’a payer presque deux fois le prix du marché actuel ou futur proche.

    La solution proposée est un peu hybride et tient compte des mentalités et opinions américaines. Le politique doit composer aussi avec l’opinion dans une démocratie et pas prendre nécessairement les meilleures solutions mais ce qui apparait comme le meilleur pour la majorité des électeurs.

    Je suis surpris qu’au Quebec, les prix n’ont pas baissé. Je me vois mal mettre autant d’argent pour 6 mois d’hiver. 😆

    Commentaire par Paul de Montreal — 15-05-09 @ 7:19

  2. Votre solution est parfaite… mas elle suppose que l’argent ne vaut vraiment plus rien et que le système capitaliste est mort. C’est donc une proposition logique dans le cadre de vos derniers articles, mais ça n’en fait pas la preuve.

    Commentaire par beauregar — 15-05-09 @ 5:48

  3. Pour l’endettement des étasuniens et certains taux de crédit…
    http://www.cyberpresse.ca/international/etats-unis/200905/16/01-857148-les-abus-des-agences-de-credit-choquent-les-americains.php
    Dette totale des cartes de crédit aux États-Unis: 963 milliards.

    > Les dettes de cartes de crédit ont grimpé de 25% depuis 10 ans.

    > Un détenteur de carte sur cinq paie un taux d’intérêt de plus de 20%.

    En 2008, les consommateurs ont déboursé 17 milliards en pénalités.

    Commentaire par gaetanpelletier — 16-05-09 @ 8:52


RSS feed for comments on this post. TrackBack URI

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.