Nouvelle Societe

07-05-09

Jardin généalogique du Québec

Filed under: Auteur — pierrejcallard @ 8:26

 

Parfois, il me vient des idées.  Ainsi, la venue prochaine de l’automne et l’évolution de la société québcoise m’ont suggéré la création d’un jardin. Un symbole visible de notre mutation et un appel à la concorde qui doit y présider.

Il faudrait se faire une « jardin généalogique »

Nous sommes environ 7 millions de Québécois. Une large majorité d’entre nous descendons des quelques milliers de Français qui colonisèrent la vallée du Saint-Laurent au XVII et au XVIII ème siècle, de telle sorte que le Québec, plus peut-être que tout autre pays occidental moderne, constitue aujourd’hui une grande famille élargie. Une grande famille dont les liens de parenté ont été exceptionnellement bien préservés, grâce à l’omniprésence de l’encadrement  religieux à toutes les étapes de la vie de nos ancêtres et à la conservation de registres qu’aucune guerre ni révolution n’ont détruits

A cette “famille” naturelle, sont cependant venus se greffer, dès le départ, des Québécois d’autres souches: Autochtones, bien sûr, mais aussi Italiens, Anglais, puis, plus récemment, tout un arc-en-ciel d’immigrants de toutes races et ethnies accueillis et adoptés par la Famille Québec et que nous souhaitons voir s’y intégrer harmonieusement

Il serait hautement souhaitable que TOUS les Québécois participent à la réalisation d’une oeuvre commune qui puisse être à la fois le symbole de cette commune origine de la majorité d’entre eux, de l’ouverture de cette majorité à l’accueil des autres et de la volonté ferme de ces derniers de s’intégrer à la Famille Québec.

Je propose le concept motivant et rassembleur d’un “Jardin Généalogique”, lieu de mémoire et espace ludique.  Il s’agit que quiconque est né ou est mort au Québec depuis Jacques Cartier — ou y a joué un rôle significatif — ait son nom gravé dans la pierre ou le métal et que soient commémorés les événements qui ont fait notre histoire. Il s’agit que soient clairement définis, non seulement les liens qui font que nous, Québécois de souche française, sommes tous cousins, mais aussi les filiations et les innombrables apparentements entre nous et entre nous et les enfants adoptifs du Québec qui montrent comment, peu à peu, ceux-ci se sont intégrés au Québec et deviennent eux aussi des membres de la “famille”.

Le Jardin généalogique est essentiellement un parc paysagé qui constitue un espace ludique sur une terrain de taille adéquate, facilement accessible, à moins de 45 minutes de Montréal.  Quel serait le plan de ce jardin ?

Au centre, la Place de la Nation. Elles  est bordée des monuments à Jacques Cartier et aux précurseurs : Olier, La Dauversiere… etc., d’une salle de spectacle avec podium pour spectacle en plein air et de trois (3) pavillons thématiques (“Cultures autochtones”, “Histoire de la nation québécoise”, “Avenir du Québec”) ainsi que de quatre (4) jardins séparant ces édifices, avec retaurants/bars terrasses en bordure de la Place, les jardins se prolongeant jusqu’à la « Ronde des Fondateurs ».

Le développement du parc, en effet, se fait en suivant une spirale continue (Chemin des Ancêtres) partant de cette Place de la Nation) et représentant en ordre chronologique les événements de l’histoire du Québec. La première crconvolution du Chemin des Ancêtres autour de la Place de la Nation est dénommée Ronde des Fondateurs.  Elle est bordée, du coté opposé à la Place de la Nation, d’édifices commémoratifs  — ou de simples stèles ou statues  — des personnages illustres et événements marquants de l’histoire du Québec avant la Conquête.

Ces édifices abritent des mini-musées et offrent accès par ordinateurs à des banques de données, vidéos, etc, pertinentes aux retombées de l’oeuvre du personnage que veut honorer l’édifice.  (Jeanne Mance = santé, Marguerite Bourgeois = éducation, Jean Talon = administration publique, etc.).

A partir de la deuxième circonvolution, le Chemin des Ancêtres rappelle, en ordre strictement chronologique de leur date de naissance, la mémoire de tous les Québécois nés ou morts au Québec.  Au départ, de petits édifices en bordure du Chemin, largement distancés les uns des autres, représentent chacun deux décennies de notre histoire. Chacun  indique les événements  ainsi que les noms des Québécois qui sont nés au cours de cette période.

À partir d’ordinateurs sur place, en entrant le nom d’un événement, il est possible d’en obtenir plus de détails. En entrant le nom de l’un de ceux qui y sont commémorés, on doit obtenir les noms (par génération) de tous ses ascendants et descendants  connus ainsi que, pour chacun de ceux-ci, la localisation sur le terrain du parc de l’édifice ou du monument où l’on rappelle sa mémoire. Chacun pourra faire un périple visitant tous ses ascendants.

A ces édifices s’ajoutent sur le terrain — formant parfois des ronds-points et des places —  des monuments rappelant les faits saillants de notre histoire après la conquête et la mémoire de ceux dont la vie a été mêlée à ces événements.  Accès aussi, par ordinateurs, aux détails pertinents à ces événements ou à ces personnages.

Est particulièrement mis en évidence le premier arrivant au Québec de chaque ethnie. Il a son monument, qui donne accès par ordinateur à l’information relative à l’expansion et au rôle de cette ethnie au Québec.

Même en tenant compte  de ces monuments, la plus grande partie la surface du terrain – et de loin – devrait restée inoccupée au départ, consistant essentiellement en un parc paysagé, aires réservées aux pique-niques, jeux, spectacles, etc.  Par la suite, des lots, dont la superficie totale pourra atteindre 50% du terrain, pourront être mis à la disposition d’initiatives privées.

Des familles ou des groupes voulant ériger un monument en l’honneur d’un personnage ou d’un événement. On aura ainsi un monument des Tremblay, des Gauthier, des Roy, etc  Aussi un monument des médecins, des agriculteurs, des avocats, des artisans, des ouvriers,des architectes, etc, etc… et toujours sous l’égide d’un représentant emblématique de ce métier ou de cette profession.

Il faudra que ce qui est commémoré soit conforme à l’esprit des lieux et que l’apparence  de la construction se marie à l’ensemble du site. Un Le Nôtre québécois en aura la responsabilité et ne rendra de compte qu’à l’Assemblée Nationale.

Le but ? Se rassembler entre Québécois.  Mais j’aimerais bien aussi que ce soit un hybride du Père-Lachaise et de Versailles… et le plus beau parc du monde.

Qu’en pensez-vous ?

Pierre JC Allard

Advertisements

Un commentaire »

  1. Je trouve ce blog génial ! Il y a une atmoshpère particulière qui s’en dégage !

    Commentaire par wrlzveya@live.com — 17-03-14 @ 5:20


RSS feed for comments on this post.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.