Nouvelle Societe

03-05-09

Du danger des pétards mouillés

Ceci sera ma dernière intervention sur le thème de cette grippe de cochons et j’invite tous ceux qui s’y intéressent – surtout les vieux sceptiques et cyniques qui ont soupçonné dès le départ qu’il s’agissait d’un pétard mouillé – à se réfugier aussi désormais dans un quant-à-soi  dont ils ne sortiront que quand ils auront une solution à proposer au problème.

 Je ne parle évidemment pas du problème que posent les épidémies et pandémies; il y a pour ça des ressources scientifiques qualifiées qui feront pour le mieux, si on veut bien les laisser faire leur boulot au lieu de les en distraire en les affectant prioritairement à promouvoir la vente des vaccins et pilules par des déclarations intempestives. Je parle du problème bien plus grave de l’avènement de la transparence dans la gouvernance

Le système, qui depuis toujours vit sur des mensonges, voit la vérité arriver de partout, comme une  intruse sans papiers, et est bien ennuyé de cette soudaine pugnacité de ses ouailles qui ne veulent plus avaler des couleuvres… Depuis le 911, des cohortes d’anticomplotistes ont donc été envoyées au front pour tenter de discréditer tous ceux qui se posent des questions.  Des questions sur les tours qui tombent, mais aussi sur l’Irak, l’Afghanistan, la valeur de l’argent, celle du travail, les medias, la démocratie… des questions sur TOUT. Plus rien de sacré et c’est dans ce contexte qu’arrive cette ubuesque histoire de pandémie qui aura finalement fait moins de victimes qu’une escarmouche dans l’une ou l’autre de ces contrées où l’on a semé la pagaille. Danger pour le système.

Danger pour système qui, ayant eu l’imprudence de s’en remettre à des menteurs amateurs a fait lui-même ici un travail d’amateurs. Si on a vite douté des évocations d’apocalypse diffusées par les medias, c’est en grande partie à cause des messages déroutants qui sont venus de ces experts appelés à la rescousse pour corroborer les incitations à la panique.  Sortis de leurs labos, ils se sont continuellement enfargés dans la vérité quand on leur a demandé de faire peur sans vraiment inquiéter

La performance des experts a été lamentable. Une incompétence prévisible, car on ne se sort pas un PH.D en chimie en maniant l’ambiguïté.  La prochaine fois, on enfermera les gens à chienne blanche dans leurs labos pour la durée de l’opération – comme les journalistes dans les bars à Bagdad durant “Desert Storm” – et on laissera les pros de Madison Avenue nous bâtir une vérité.

 Parler de la prochaine nous ramène au problème. Le vrai problème. L’industrie pharmaceutique va devenir au XXe siècle la première activité économique. Comment évitera-t-on  les assauts  périodiques de ces commerçants dont la raison de vivre ne peut être que de commercer et pour qui la santé et la vie ne sont donc que des variables à manipuler ? 

Ils ne sont ni meilleurs ni plus mauvais que les autres professionnels auxquels l’incontournable spécialisation d’une société d’abondance confère le dangereux pouvoir d’être les seuls à connaître, mais ils doivent faire leurs boniments dans un domaine qui nous tient littéralement bien à coeur.  Il va falloir surveiller ça de près.

La gérance et la surveillance de l’industrie pharmaceutique sont  à revoir et j’en parle ailleurs. Ce que je veux souligner ce matin, c’est uniquement  l’inopportunité de pousser trop loin dans la critique de cette opération médiatique assez mal léchée. On n’empêchera pas Quidam Lambda, qui a porté un masque mal ajusté et n’a pas envoyé ses enfants à l’école pendant des jours, de se demander si on a voulu le berner.   Il va comparer les énoncés douteux exprimés avec tant d’apparente sincérité par les medias sur cette ”terrible menace de pandémie”, avec les autres énoncés sur le même registre par les mêmes médias concernant tant d’autres menaces…

Q.L pourrait bien commencer à rigoler plus souvent. Ou ne plus rigoler du tout, ce qui est le niveau “6” de l’incrédulité. Cette affaire aura bien sans doute apporté quelques milliards aux Roche et Sanofi-Aventis de ce monde, mais au prix d’une spectaculaire perte de crédibilité du système et de ses medias.   En valait-ce la peine ?  Danger pour le système.

Danger aussi pour nous.  Ne soulignez pas trop cette bavure, car si les fausses pandémies savamment orchestrées commencent à faire rigoler, le risque est bien réel, qu’une vraie n’apparaisse nécessaire…. Et si elle est NECESSAIRE, elle viendra.

 

Pierre JC Allard

4 commentaires »

  1. Je signale, au sujet du passage du « géopolitique » au « psychopolitique », un excellent article paru sur le site « dedefensa.org »
    ICI: http://www.dedefensa.org/article-politique_d_epoque_l_ere_psychopolitique_rubrique_analyse_volume_22_n07_du_10_decembre_2006_25_12_2006.html

    Commentaire par pierrot123 — 03-05-09 @ 4:19

  2. @Pierrot123. Le « faith-based reality » – qui définira sans doute un jour l’ère bushiste – est un sujet passionnant et je recommande à tous de lire le texte auquel vous référez. Le lien avec cet article, toutefois, est bien tenu… Je vous suggère de faire un article sur cette question et de le publier d’abord dans notre section ‘Babillard », d’où il pourra être repris par Centpapiers avec qui nous avons des « garants d’amitié. »

    PJCA

    Commentaire par pierrejcallard — 03-05-09 @ 5:51

  3. Moi qui n’avais jamais voulu admettre que le mal puisse exister. Croyant que ceux qui agissaient mal ne pouvaient êtres que des esprits tourmentés par des abus et/ou des drames de l’enfance…

    Je dois me rendre à l’évidence, à 40 ans, même si c’est très douloureux à affronter, que le mal existe vraiment.

    Lorsque j’ai appris dernièrement que monsieur Amherst de l’Angleterre, avait, au Québec, envoyé, voilà plus d’un siècle, des couvertures infectées au virus de la petite variole pour génocider cruellement des peuples Autochtones, question de leur volé leurs terres et leurs ressources naturelles…

    Force est d’admettre que le mal existe et que si certains esprits crapuleux ont pu faire ça, voilà plus d’un siècle, ils sont encore capables de le faire aujourd’hui et de manière plus subtile…

    Mais comment le peuple quebécois au bois dormant se réveillant d’un long sommeil pourrait embrasser le pouvoir à l’Assemblée nationale en contournant leurs méthodes anti-démocratiques de contrôle de l’ascension au pouvoir ???

    Comment être élu sans passer par la corruption ?

    Comment être élu sans l’aide d’un lobby quelconque et en restant libre de pensée ?

    Comment pourrait-on avoir un parti politique du peuple et pour le peuple à l’Assemblée nationale ?

    Jeanne du Lys

    Commentaire par Sylvie R. Tremblay — 09-11-09 @ 11:17

  4. @ Sylvie R. Tremblay

    Eh oui… Mais on a soupçonné aussi nos missionnaires d’avoir fait la même chose, ce qui explique qu’ils aient été parfois massacrés. Comme tous les missionnaires ont espionné dans toute l’Afrique. On a soupçonné aussi Dollard et ses gens d’avoir surtout voulu intercepter les Indiens qui rentraient après la saison de chasse avec une fortune en fourrures..

    De même les razzias sur les colonies de la Nouvelle Angleterre de nos aieux ne donnent pas objectivement à ceux-ci le beau rôle… Courageux, oui, comme les conquistadors espagnols – à 1 contre 10, NOUS les avons terrorisés pendant des générations ! – mais porteurs de la civilisation, ça se discute…

    PJCA

    Commentaire par pierrejcallard — 09-11-09 @ 12:21


RSS feed for comments on this post.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

%d blogueurs aiment cette page :