Nouvelle Societe

26-04-09

Le précipité Taliban.

Filed under: Actualité,Auteur,lesensdesfaits — pierrejcallard @ 12:01
Tags: , ,

Précipité: Corps insoluble formé par réaction entre deux ou plusieurs substances en solution  ou par une action physique sur une substance en solution (Man.Man. Méd. 1977).

Un peu tout le monde – et surtout les USA, premiers concernés – ont semblé pris au dépourvu, il y a quelques  jours, quand les milices taliban sont descendues tranquillement et sans coup férir de la frontière afghane vers Islamabad.  On se demande bien pourquoi.  Il n’y a pas un mois que le gouvernement du Pakistan a capitulé sans conditions, pour s’acheter un peu de paix pour un peu de temps, en livrant aux dits Taliban une province du nord du pays où ils font désormais la loi.

Leur loi. Avec la fermeture des écoles pour filles, la justice de la charyia – avec la menace de lapidation et d’amputation – et des femmes fouettées sur video pour avoit été vues publiquement aux côtés d’un homme qui n’était pas leur propriétaire en titre…  Leur loi.  Les  taliban n”ont pas conquis cette province, on la leur a cédée. Le gouvernement du Pakistan a accepté que s’installe sur son territoire un pouvoir qui ne lui est pas soumis.  

Aucun État ne peut tolérer cette situation et se pretendre encore l’État. De fait, cette province n’est plus le Pakistan. Elle est un État tampon qui n’attend pour se joindre à l’Afghanistan que le retour des Taliban au pouvoir à Kabul. Croit-on que le gouvernement d’Islamabad l’aurait accepté s’il avait eu la moindre chance de l’empêcher ?

Pourquoi s’étonner qu’il ne réagisse pas à l’avancée suivante des Taliban ? Est-ce qu’on va longtemps feindre de croire qu’il suffirait d’une décision politique pour que l’armée pakistanaise reprenne la situation en main ?  La réalité, c’est que  le nationalisme exacerbé qu’on y cultivait depuis 60 ans  et le fanatisme religieux  qui est revenu en force avec le soutien des USA  à ceux qui luttaient en Afghanistan contre la presence soviétique faisait du Pakistan un précipitant. Maintenant il y a eu condensation:  les Talban.  Un précipité au sens strict: un corps insoluble dans la nation pakistanaise.

Ce “corps insoluble” inspire un sentiment d’appartenance plus fort que celui envers l’État à une large partie de la population pakistanaise. Une cinquième colonne omniprésente rend donc vaine toute tentative pour contrer les Taliban.  On ne peut même penser à une situation de guerre civile, car, au contraire des pays du Moyen-Orient où Chiites et Sunnites s’opposent  dont on peut mettre à profit les dissensions, il n’existe pas au Pakistan un autre fanatisme d’intensité  équivalente à opposer aux Taliban.

Il n’y a, face aux Taliban, que des politiciens discrédités par la corruption et le népotisme, don’t la laïcité discrete cadre mal avec les fondements de la nation pakistanaise bâtie sur sa spécificité religieuse dès le depart et avec l’État lui-même qui s’affirme islamique dans sa constitution.  Les Taliban sont le résultat tout a fait prévisible des forces qui ont été mises en action au Pakistan.

Le précipité est devenu la masse. Le gouvernement d’Islamabad ne fait pas marcher l’armée contre les Taliban parce qu’on ne sait pas  – ou l’on sait trop bien –  de quel côté, mise à part une petite garde prétorienne, la majorité des troupes se rangerait si l’on en arrivait à un affrontement. C’est ce que viennent de signifier les Taliban, en marchant sur Islamabad, puis en se retirant à leur convenance et sans que le moindre effort ait été fait pour les y contraindre par la force militaire.

Si les Taliban n’ont pas encore pris formellement le pouvoir au Pakistan, c’est qu’ils ont plus a tirer des concessions qu’on leur fait pour qu’ils ne le prennent pas.   Nous ne connaissons pas ces concessions, mais il n’est pas impossible que les Taliban reviennent au pouvoir en Afghanistan, dans un gouvernement de coalition don’t on polira l’image pour qu’il semble présentable. Il n’est pas impossible que le contrôle du Pakistan même leur soit abandonné, pour autant qu’ils veuillent bien prétendre ne pas avoir ce contrôle et qu’ils ne touchent pas l’arsenal nucléaire.

Le monstre qu’on a nourri grandit.  Il a atteint la taille où il doit être amadoué. Le défi des USA, maintenant, est de faire en sorte que cette défaite apparaisse comme une victoire.   Des cheveux blancs pour Obama.

 

Pierre JC Allard

Publicités

Laisser un commentaire »

Aucun commentaire pour l’instant.

RSS feed for comments on this post.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.