Nouvelle Societe

14-04-09

Les compétences maison

Filed under: Actualité,Auteur,lesensdesfaits — pierrejcallard @ 12:04

Ceux qu’il sera plus difficile de persuader, ce sont ceux dont la compétence est si intimement liée à un poste de travail que le poste n’existe pas sans eux… et que, sans le poste, ils ne sont plus très sûrs d’avoir encore une raison d’être en production….

Le système de formation actuel propose des programmes de formation qui correspondent à sa vision des besoins des entreprises. Parfois, une analyse des tâches est faite qui permet de définir la compétence qu’exigent les divers postes de travail, mais, le plus souvent, surtout pour les petites entreprises, leurs besoins sont assimilés à ceux d’autres postes semblables dans des entreprises dont les effectifs plus nombreux ont justifié qu’on fasse cette l’analyse. C’est ainsi qu’on définit les modules de formation qu’on souhaite capables d’enseigner les compétences qu’exigent les activités du système de production.

Ce faisant, on accepte de ne PAS former pour les besoins des petites entreprises, lesquels sont fondamentalement différents, puisque leur taille rend toujours nécessaire que certaines fonctions soient regroupées. Pour cette raison et pour les exigences de la demande, ces petites entreprises, surtout dans les services, ont été amenées à se doter de structures qui ne correspondent pas à celles des manuels d’organisation et dans lesquelles les tâches sont dévolues de manière tout à fait pragmatique. Certains aspects de leur organisation nous échappent, et les modes d’apprentissage qui permettraient l’acquisition formelle des compétences qui répondent aux besoins particuliers de chacune d’elles nous échappent évidemment tout autant.

Dans une société où la formation détermine un palier de qualification par aptitudes voulues polyvalentes, sans faire la plupart du temps référence à une capacité précise vérifiée par une analyse concrète pour accomplir des tâches clairement identifiées, c’est sur le marché du travail, dans les cadres de l’emploi, que le travailleur acquiert ce qui le rend vraiment utile. Cela vaut pour presque toutes les formations professionnelles.

Il s’est donc développé, au sein du système de production, des apprentissages menant à des compétences qui apportent les réponses adéquates aux problèmes bien particuliers des petites entreprises comme des autres, mais ces compétences sui generis ne découlent pas de l’assemblage méthodique de connaissances reliées à un tronc commun. Elles reflètent seulement la façon de produire spécifique à une entreprise, une manière de faire conditionnée par la taille de cette entreprise, ses conditions d’approvisionnement, la concurrence à laquelle elle fait face, voire les idiosyncrasies de ses dirigeants.

La capacité de répondre à ces situations particulières à une entreprise a été, la plupart du temps, acquise par des travailleurs qui se sont joints jeunes à cette entreprise avec une formation de base succincte et y ont développé ensuite sur le tas cette compétence maison, unique et sur mesure. Les conditions de cet apprentissage ne nous sont pas parfaitement connues et, parfois, il n’est même pas certain que cette compétence puisse faire l’objet d’un apprentissage formel. Cette compétence du travailleur est bien réelle, mais la plupart du temps ne lui est pas formellement reconnue. Elle demeure un non-dit.

Acquérir cette compétence sui generis a pu demander bien des efforts, mais elle n’est pas aisément clairement identifiable et exportable…. Ceux qui l’ont acquise se sont dotés d’une compétence bien pointue, mais tranchée, si l’on peut dire, dans le mauvais sens du gâteau. Parce qu’elle n’a été qu’un agencement opportuniste de connaissances disparates, la formation qu’ont reçue ces travailleurs ne vaut qu’à la maison et n’a pas d’application universelle. Ils sont donc à la merci de leur employeur qui, bien sûr, ne les en aime pas davantage.

L’utilité de leur compétence ne se manifeste pleinement que dans le seul contexte de l’entreprise où elle leur a été transmise et n’est de nature à intéresser qu’un seul « client » … qui est justement leur employeur. C’est le flou même de leur compétence composite, en fait, qui leur sert aujourd’hui de seule protection, impliquant souvent une multitude de décisions qui dépendent chacune de facteurs dont l’appréciation est si subtile que l’on ne sait pas vraiment si la programmation en est possible ni surtout rentable.

Dans une structure du travail en rapide transformation, cette compétence maison basée sur une connaissance de procédés empiriques peut vite cesser d’être un atout, toutefois, pour devenir un simple obstacle au changement. L’employeur peut donc chercher à profiter du moindre prétexte pour mettre fin au statut de salariés de ceux qui ont ce type de compétence et les transformer en travailleurs autonomes, afin de ne plus les payer qu’en fonction du travail effectué.

La porte de l’autonomie est grand ouverte pour ces travailleurs, mais, en l’absence d’autres débouchés pour leur compétence bien ciblée, on comprend que cette «autonomie » dont ils jouiront, quand elle leur échoira, ne leur ouvrira que des perspectives bien limitées. Si on en fait des travailleurs autonomes, il leur sera bien difficile d’offrir leur compétence sur le marché ; ils constituent donc, en quelque sorte, une main-d’œuvre captive. Quand la sécurité du revenu remplace la sécurité d’emploi et qu’est enlevée toute contrainte au licenciement, ce sont surtout ces travailleurs qui semblent en position difficile,

Les travailleurs à compétence maison sont bien nombreux. Tant qu’une Nouvelle Société n’aura pas établi une procédure de reconnaissance universelle des acquis professionnels dans un système de formation professionnel collant au marché du travail, ils représenteront la majorité des travailleurs sans statut professionnel.

Le travailleur Dupont qui devient autonome, avec pour tout bagage une compétence « maison » d’utilité restreinte, voire douteuse, a comme tout autre travailleur la responsabilité personnelle d’en acquérir une meilleure : une Nouvelle Société est entrepreneuriale et veut pousser à l’initiative.  Il est peut-être le moins aimé des mal-aimés. Dans l’immédiat, toutefois, au moment de son licenciement et de son retour comme autonome sur le marché du travail, sa situation est-elle si mauvaise ?  Il faut voir comment en pratique les choses se passeront.

Pierre JC Allard

Publicités

Laisser un commentaire »

Aucun commentaire pour l’instant.

RSS feed for comments on this post.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.