Nouvelle Societe

05-03-09

Le syndrome

Filed under: Actualité,Auteur,lesensdesfaits — pierrejcallard @ 2:36

Le Capital a choisi la voie du maternalisme. Une aberration qui ne pourrait conduire qu’à une longue marche vers la décadence. Notre société n’avait plus d’espoir et on lui avait enlevé sa raison d’être. Elle allait donc suivre la séquence des symptômes précurseurs habituels des fins de civilisation.

1. Les emplois traditionnels disparaissent progressivement et le chômage – occulté sous divers noms – va continuellement en augmentant. Il n’y aura plus jamais de reprise de l’emploi tel que nous le connaissons.

2. Le budget de l’État étant grevé, d’une part, des charges croissantes du maintien des exclus par la sécurité sociale et, d’autre part, du coût des intérêts sur la dette publique, cette dette publique va inexorablement en augmentant. Elle ne sera jamais remboursée au sens où l’économie classique aurait parlé de remboursement.

3. Ceux qui possèdent la richesse, même si le paiement des intérêts sur la dette publique leur assure artificiellement un rendement présumé acceptable, trouvent de plus en plus meilleur profit à utiliser leurs capitaux pour la spéculation, boursière ou autre, plutôt que pour faciliter des investissements productifs.

4. Le fardeau de cette dette qui va s’alourdissant est supporté par un nombre décroissant de travailleurs (inversement proportionnel à celui des exclus, évidemment), le vieillissement de la population aggravant le phénomène.

5. Parmi ces travailleurs en nombre décroissant qui constituent la classe moyenne, ce sont les plus pauvres qui écopent naturellement davantage de l’alourdissement progressif du fardeau fiscal, puisqu’ils ne disposent pas des abris fiscaux imaginés par les bien-nantis et introduits au système au profit de ces derniers.

6. En faisant reposer ce fardeau fiscal croissant surtout sur les travailleurs salariés et les petits commerçants, on contribue encore davantage à faire basculer les plus faibles de la classe moyenne dans une pauvreté relative, à réduire leur incitation au travail, à augmenter les disparités entre pauvres et riches et à promouvoir l’exclusion sociale.

7. Afin de ralentir la progression de leurs besoins financiers – pour faire face aux coûts croissants de l’exclusion et de l’intérêt sur la dette – les gouvernements réduisent brutalement les services – (justice, éducation, santé, soutien au revenu, etc) – sacrifiant les acquis du passé, créant la misère, détruisant surtout l’espoir d’un avenir meilleur.

8. Cette réduction des services entraîne, en plus d’une baisse de la qualité de la vie, la morosité, le pessimisme, la rupture de la solidarité sociale, le laxisme professionnel, le refus du risque, menant chacun à un repli vers soi et poussant la société au choix de la décroissance. Un choix FATAL, puisque l’économie, devenue très largement virtuelle, n’a d’autre équilibre qu’en mouvement, s’appuyant sur sa propre croissance.

9. Le choix de la décroissance, en plus d’un impact négatif sur la qualité de la vie des citoyens, accélère l’augmentation du chômage et la baisse de la consommation, cette baisse réduisant d’autant la demande pour les capitaux productifs, la richesse s’oriente encore davantage vers la spéculation plutôt que la production

10. Cette spirale de décroissance et de déflation mine la confiance en l’État et détruit le prestige de ceux qui gouvernent. Cette perte de confiance en l’État et cette perte de prestige des gouvernants tend à réduire l’intérêt des personnalités de valeur pour le service public; les charges publiques tendent donc à être occupées, de plus en plus, par des individus opportunistes, ambitieux, moins compétents, moins honnêtes.

11. La baisse de la qualité des homme publics, nonobstant les être exceptionnels qui peuvent encore s’y dévouer, se reflète sur la démocratie elle-même et a pour conséquence la répudiation cynique de toutes les promesses, la corruption, les scandales en chaîne, conduisant à un rejet global de la classe politique par les citoyens. Le processus démocratique devient alors un pur exercice de manipulation de l’information à des fins électorales.

12. La perte de foi en l’intégrité des politiciens et en l’autorité morale de l’État mène à une détérioration de l’éthique sur tous les plans. Bruler des récoltes – ou toute forme de désobéissance civile – apparaît tout à coup comme un geste courageux.

13. De ces phénomènes, comme des lenteurs de la justice, naît un doute sérieux en la capacité même de l’État de faire respecter la loi. Ceci conduit d’abord à une recrudescence de la violence et de la criminalité, puis à la recherche de solutions de rechanges. Port d’armes, gardes privés, villes murées…

14. On assiste ainsi à une mutation des valeurs, celles-ci s’accommodant de la nouvelle réalité qui n’est plus tout a fait celle d’un État de droit. Les modèles d’imitation changent. Les héros de la télévision deviennent des justiciers: les policiers et militaires qui font triompher la justice MALGRÉ les ordres reçus. Le Héros est celui qui fait cavalier seul et qui donne à chacun son dû, en triomphant du système et au mépris de la loi. Quand le mythe du justicier apparaît dans l’imaginaire collectif, c’est que le « système » est devenu l’ennemi.

15. Quand le système devient l’ennemi, une part croissante de la population ne se sent plus solidaire des efforts que doit consentir une société contre les éléments criminels dynamiques pour lesquels le désordre est une opportunité. Sans solidarité globale, se protéger par identification à un clan devient une solution crédible. On assiste donc à une fragmentation de fait de la collectivité, en petites entités en marge de la loi qui génèrent le sentiment d’appartenance que ne peut susciter une société désormais discréditée.

16. Quand ce point de non retour est atteint où l’État ne commande plus la loyauté des citoyens, ces entités hors la loi peuvent agir avec moins de retenue, de moins en moins d’égard pour l’individu. Elles s’affichent, deviennent ouvertement criminelles puis guerroient entre elles. Les services qu’on attend d’une société sont rendus avec de moins en moins d’efficacité, puis plus du tout. On entre en barbarie. C’est ainsi que meurent les sociétés.

Ce scénario n’est pas une fiction. Pour au moins la moitié de l’humanité, il a été mené à son terme et c’est bien ainsi que les choses se passent au quotidien: la fin du monde est arrivée. Pour l’autre moitié – incluant l’Occident – cette évolution est déjà bien en marche et l’on en vit les étapes. C’est le syndrome du désordre. Chaque année, se rétrécit l’espace dans le monde où l’ordre règne vraiment.

Pierre JC Allard

Publicités

2 commentaires »

  1. Ce scénario du pire, malheureusement plausible, aurait pu être sous-titré: Le syndrome « Mad Max »…
    La seule chose que vous avez oubliée (volontairement ?), c’est la responsabilité de la démographie galopante de l’humanité dans cette désintégration de la société.
    Avez-vous observé comment fonctionne une fourmilière ? Sa population croit tant que les ressources disponibles sont suffisantes. Dés que celles ci deviennent insuffisantes, le nombre d’individus diminue rapidement. Elles peuvent ainsi durer des années.
    C’est ce que l’être humain, dans son ego surdimensionné, ne sait pas faire…
    C’est ce que la Nature, dans sa grande sagesse, saura imposer, de gré ou de force, à l’Humanité…

    Commentaire par Alain — 28-08-11 @ 6:27

  2. J’ai laissé a l’écart la question de la démographie, car elle sera le thème numeo #1 d’une section « Hécatombe; l’abattage des vaches sacrées ». Si vous faites un bon papier sur la question, nous publierons dans CentPapiers et je serai heureux d’avoir un peu moins de travail…

    Le phenomène est relativement « soft’ dans une fourmilière, où les décisions sont, disons, « prises en haut »… Dans la situation plus « démocratique » d’un bouillon de culture, l’effet est plus radical …

    PJCA

    Commentaire par pierrejcallard — 28-08-11 @ 11:07


RSS feed for comments on this post.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.