Nouvelle Societe

14-12-08

Le biais médiatique

LE PROBLÈME

Parce qu’il ne veut plus croire ce qu’on lui dit, l’électeur ne peut plus voter pour une idée ou un programme; il en est réduit à voter pour une image et un visage: nous sommes en « démocratie cosmétique ». Mais un politicien a le visage et l’image de ses moyens et de ses appuis; appuis transparents, mais aussi parfois tacites, implicites et occultes

L’électeur qui en est réduit à voter pour des images tend naturellement à favoriser celles qui sont omniprésentes et le mieux fagotées. Si un parti ou un candidat peut consacrer à se faire connaître et complimenter 20 fois la somme dont disposent certains de ses adversaires, la lutte n’est pas égale. On a prétendu régler ce déni d’équité par la limitation des dépenses électorales, mais les dépenses électorales ne sont que la toute petite pointe de l’iceberg.

Ce n’est pas la publicité payée qui est vraiment efficace, mais la publicité gratuite faite par les médias, les commentateurs, les éditorialistes. La liberté de la presse – qui ne doit en aucun cas être remise en question – permet hélas de contourner facilement l’esprit de la limitation imposée aux dépenses électorales. On manipule comme on veut via les médias, et le politicien qui ne peut compter sur la bienveillance des médias n’a aucune chance.

Quand un chroniqueur consacre 5 colonnes en page 4 de La Presse à louanger une candidate, combien d’argent devraient dépenser ses adversaires pour rétablir l’équilibre? Quand les médias citaient Pierre, Jean, Jacques en oubliant commodément Michel, est-ce que Prescott, en 1998, avait une chance de devenir maire de Montréal? Comment, sans museler les médias, donner une couverture honnête à chaque parti et à chaque candidat ?

UNE SOLUTION : Un message pour chacun et moins de bruit pour tous

La couverture inégale que donnent les médias aux divers partis et aux divers candidats fausse le jeu électoral. On peut donner une chance honnête à chaque parti et à chaque candidat en rejetant l’approche marketing de la démocratie – laquelle vend comme du savon des idées creuses à une population distraite – et en la remplaçant par une obligation de l’État d’informer.

À chaque élection, l’État doit prendre en charge le coût de diffusion à l’échelle nationale, dans tous les médias écrits et télévisuels, du programme de chaque parti et du CV du chef de chaque parti. Chaque parti reconnu doit jouir aussi, aux frais de l’État, d’un envoi postal gratuit à tous les ménages de son programme et des curriculums des membres de son équipe. Chacun doit recevoir un même temps d’antenne à la radio et à la télévision. Un ou plusieurs débats télévisés doivent permettre aux chefs de tous les partis de s’affronter. Au palier des circonscriptions, les curriculums des candidats députés doivent aussi, en début de campagne, être publiés aux frais de l’État dans tous les journaux de la circonscription et faire l’objet d’un envoi postal gratuit à tous les ménages de la circonscription.

Ensuite ? Ensuite, on arrête et l’on se tait. Quiconque a un programme doit pouvoir le soumettre à la population sans que son message soit occulté, couvert par le vacarme des publicités payées. Aucune autre publicité gratuite ou payée que cette présentation unique des programmes et des curriculums ne doit être tolérée durant la campagne électorale. S’inspirant du ¨silence¨ médiatique que l’on fait déjà respecter la veille de l’élection, l’État doit mettre son veto à l’insignifiance durant toute la campagne électorale.

Restent les commentaires d’une presse qu’on veut libre. On peut rétablir l’équilibre entre les partis et les candidats sans priver les journalistes de leur droit de parole; il s’agit simplement de les forcer à passer aussi le micro. Que les journalistes continuent d’y aller de leurs commentaires sur les partis et leurs programmes comme sur les candidats; mais, dans la tradition du droit de réplique, tout article jugé critique par le Directeur général des élections doit donner lieu à une réponse de la partie présumée lésée. Quant aux articles et communiqués n’attaquant personne mais mettant en évidence un candidat ou un parti, il faut alors accorder à leurs adversaires un temps/espace équivalent pour qu’eux aussi puissent se faire connaître sous un jour favorable.

( Addendum 2007/04/05: Blogues et sites persos ouverts au public sont assimilés à des médias. Durant une campagne électorale, tout individu ou blogue qui diffuse une information politique doit ouvrir ses colonnes à tous les partis et à tous les candidats, accordant à chacun le droit d’y publier à la hauteur des normes et aux conditions que nous avons indiquées pour les medias )

Qu’on ne nous dise pas qu’il est inapproprié d’accorder à un parti marginal la même couverture qu’à un parti qui semble capable de prendre le pouvoir; c’est peut-être parce qu’il n’a pas cette couverture équitable qu’un parti demeure marginal, et seulement parce qu’il a cette couverture que tel autre parti apparaît comme prêt à former le gouvernement. C’est à la population correctement informée qu’il appartient d’en décider, pas à des chefs de pupitre.

Est-ce que cette approche ne serait pas juste ? Ou aurait-on peur que, privée du cirque médiatique qui l’entoure, une campagne électorale ne parlant que des vrais enjeux ne devienne ennuyeuse et que la population ne se désintéresse encore plus de la politique ? Si c’est le cas, il vaudrait mieux trouver une autre façon de l’intéresser que de lui rabâcher des slogans vides.

Pierre JC Allard

9 commentaires »

  1. Je partage votre constat mais votre solution me fait sourire surtout votre Addendum.
    Comment faites vous avec les blogs hébergés à l’étranger avec votre loi du QC ?

    Vous parlez de « nouvelle société » mais vos solutions utilisent les anciens schémas de pensée. La nouvelle société arrive mais elle n’utilisera pas les vieux outils juridiques censés assurés nos droits mais qui dans la pratique assure plutôt notre oppression par les plus riches. C’est un échec total et vous persistez dans cette voie ?! Je ne partage pas votre foie dans cette manière de régler les problèmes par la loi.

    Contrat d’amitié : vous êtes tenu de rester ami sinon des indemnités seront à verser …
    😀

    Commentaire par Paul de Montreal — 14-12-08 @ 8:09

  2. Bonnes observations qui furent vérifiées lors de la campagne de 2008. En effet, le PLQ a reçu plus de «coverage» que le PQ ou l’ADQ, Quant aux deux autres partis, ils sont loin derrière…
    Moi, j’aurais aimé recevoir, par la poste, une brochure de 12 pages, de chacun des 5 partis, m’expliquant les grandes lignes du programme de chacun ainsi qu’un bref résumé des réalisations de chaque candidat de mon comté.
    Le reste (TV, journaux, pancartes, Internet) je ne suis pas obligé de les consulter ni d’en tenir compte…

    Commentaire par Garamond — 14-12-08 @ 8:19

  3. Où l’on voit l’importance du quatrième pouvoir.

    Où l’on peut confirmer la raison pour laquelle elle appartiens à des intérêts privés pis encore associé secrètement aux médias nationaux. Radio-Canada-Gesca.

    Le complexe militaro-industriel possédant de grandes chaines de télé-radio-presse-cinéma. Pourquoi G.E.(NBC) Westinghouse(CBS) Figaro (Dassault), en autre, se sont porté aquéreur de grand médias nationaux?

    Voilà à mon avis le noeud Gordien de nos démocraties. Ce sont les nouveaux privilèges de la nouvelle noblesse, la riche bourgoisie, qui a la main mise sur l’opinion publique. Quel contre-poid utiliser? Devant quelle Bastille faudra-t-il ériger les nouvelles guillotines d’une vraie démocratie libre?

    Ce malheureux constat m’amène à penser que seule la force du peuple, encore une fois, pourra se défaire des pouvoirs de la richesse. Les Desmarais Power; à la lanterne.

    Commentaire par Denis Gélinas — 14-12-08 @ 11:45

  4. Allo ?

    « Le peuple » veut des réponses à ces questions !
    On l’ignore et ça l’agace prodigieusement. il va renverser ce pouvoir coupé des réalités terrestres. En France, c’était l’échafaud la sanction mais ils sont devenu beaucoup plus civilisé depuis la révolution.
    😀

    Commentaire par Paul de Montreal — 15-12-08 @ 8:45

  5. @ Paul de Montreal: La reponse toute pragmatique est qu’un blog ne peut avoir une influence que s’il se fait connaitre et se rend d’autant plus vulnerable qu’il gagne en importance. Les moyens de blackout existent… quand il vaut la peine de les appliquer.

    Ici, toutefois, le probleme ne se presentera, car on ne parle pas d’un message affriolant qu’on vodrait cacher a l’auditeur lequel ferait des efforts pour y acceder; c’est la saturation qu’on veut eviter… et l’auditeur NE VEUT PAS ETRE SATURE !

    On fera quelques « exemples » pour la forme, mais trichern’en vaudra pas la chandelle ar il n<en coutera rien de mettre un peu d’espace a la dispositions des autres partis et candidats

    Commentaire par PJCA — 16-12-08 @ 5:47

  6. @ Garamond: C’est bien ce qui est propose

    Commentaire par PJCA — 16-12-08 @ 5:48

  7. @ Daniel Gelinas: Je ne me prononce pas sur la guillotine; je constate, toutefois, qu’il s’est passe quelques annees et bien des peripeties entre le Jeu de Paume et les premieres charettes. Faison bien les premiers pas et il ne sera peut-etre pas necessaire de faire les derniers.

    Commentaire par PJCA — 16-12-08 @ 5:55

  8. @ Paul de Montreal(2): Ne croyez surtout pas ca!Les mecanismes sont plus longs a se mettre en place, justement parce que les intervenennts essentiels sont plus nombreux, ce qui est le propre de la democratie, mais si la Juggernauth commence a rouler elle sera au moins aussi impitoyables que celles quenous avons connues pas le passe.

    Commentaire par PJCA — 16-12-08 @ 5:59

  9. @ Paul de Montreal(2): Ne croyez surtout pas ca!Les mecanismes sont plus longs a se mettre en place, justement parce que les intervenennts essentiels sont plus nombreux, ce qui est le propre de la democratie, mais si la Juggernauth commence a rouler elle sera au moins aussi impitoyable que celles quenous avons connues pas le passe.

    Commentaire par PJCA — 16-12-08 @ 6:00


RSS feed for comments on this post.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.