Nouvelle Societe

30-09-08

Un monde pour usagers

Filed under: Auteur — pierrejcallard @ 9:17

Dans un système où la location est la façon normale de satisfaire un besoin, mais où il n’est tout de même pas interdit d’acheter, c’est le taux dégressif établissant de façon rationnelle et tout à fait empirique la valeur de location normale de tout véhicule usagé qui devient le déterminant de la valeur d’achat du produit et non l’inverse.

Des contrats de location de durées variables peuvent sans difficulté permettre des changements en cours de contrat, en échange naturellement d’une prime à payer. On peut prévoir le changement du modèle loué pour un plus récent après un an, deux ans, etc. On peut louer un modèle déjà usagé et en prévoir le remplacement, après des mois ou des années, par un autre, usagé également.

Des marchés distincts s’établissent donc pour ceux qui ne veulent louer que du neuf et pour ceux qui préfèrent renoncer au prestige et louer la voiture de deux, trois ou cinq ans d’âge. Pour ceux, aussi, qui cherchent une économie en louant des voitures de dix ou vingt ans, ce qui sera tout à fait raisonnable quand on construira des voitures pour qu’elles durent. Le parc automobile de Cuba a en moyenne plus de 40 ans d’âge !

Cette approche, en plus de ces avantages évidents, a deux (2) autres conséquences hautement bénéfiques. D’abord, celui d’intégrer tout le marché des véhicules usagés à celui des véhicules neufs, ce qui permet aux fabricants de raffiner encore davantage leurs plans de production pour tenir compte de l’amortissement optimal du parc des véhicules existants. Ensuite, de soumettre toutes les transactions touchant des véhicules usagés aux règles de garanties établies pour les véhicules neufs qui jouissent d’une caution de l’État, à la seule exception de la règle touchant la garantie légale de fonctionnement minimal de (10 ans, pour un véhicule), laquelle le commerçant locateur peut faire valoir contre le fabricant, mais non le consommateur contre le locateur.

En ce qui a trait à la relation entre l’usager et le locateur, la garantie légale du véhicule n’a plus d’importance. Le locateur est astreint à l’obligation plus exigeante de voir à ce que le locataire puisse retirer le service prévu du bien loué, quelle qu’en soit la vétusté. Le locateur d’un véhicule qui tombe en panne a la responsabilité d’en fournir un autre sur le champ au client et de dédommager celui-ci des inconvénients prévisibles qui résultent de cette panne.

On comprend qu’à ces conditions, le locateur décide lui-même d’envoyer à la casse les véhicules dont il estime que, compte tenu de la fréquence des avaries, il ne peut plus tirer un profit. Ce n’est plus le consommateur jocrisse qui doit prendre cette décision. En remplaçant vente par location, on permet donc aussi au système de gérer l’introduction raisonnable de l’innovation et l’on optimise le service qu’on retire des biens produits, ce qui sont bien des objectifs qu’une Nouvelle Société veut fixer à la production.

Nous avons mentionné les véhicules, mais le même scénario est possible pour les ordinateurs, les électroménagers, l’ameublement. Quand on pense à un système de production sur commande et à la location des biens semi-durables, on voit se profiler une amélioration qualitative stupéfiante des équipements. Lorsque le fabricant ne calcule plus la rentabilité de son entreprise en fonction du profit immédiat sur ses ventes, mais plutôt en tenant compte des coûts et bénéfices de fournir à ses clients un SERVICE permanent, durant une période illimitée, changeant au besoin les produits qui leur procure ce service, il a une nouvelle vision de sa mission. Et nous avons une économie sans gaspillage.

Pour les produits en évolution rapide, les prix de location tiennent compte d’une mise à jour biennale, voire annuelle de l’équipement. Faut-il souligner que les produits sont alors conçus pour faciliter cette mise à jour plutôt que pour encourager la mise au rancart ? Pour les produits dont la désuétude est moins rapide – et souvent planifiée aujourd’hui sans autre raison que de maintenir actif un marché autrement totalement saturé – c’est la pure qualité qui devient l’objectif, puisque l’entretien et les réparations deviennent les plus graves aléas du métier.

Il sera facile d’obtenir l’adhésion de la clientèle à cette transformation du marché des biens semi-durables, la garantie du CNAA venant pallier le manque de confiance qui s’est installé et qui détourne maintenant les consommateurs de la qualité. Celui qui aujourd’hui achète un réfrigérateur de 500 euros verra avec enthousiasme la possibilité de louer, pour 10 ou 15 euros par mois durant dix ans, un appareil haut de gamme qui en vaudrait de 1 200 a 1 800 à l’achat et dont on lui garantira de façon crédible l’entretien inconditionnel sauf sinistre, mauvaise foi ou grossière négligence.

Et quel mobilier pouvez-vous vous permettre, si on en étale le prix sur les 360 mensualités d’un contrat de location de 30 ans ? Surtout si vous pouvez, à peu de frais, changer votre simili Louis XV usiné, mais de haute qualité, pour un Queen Ann tout aussi manufacturé, mais de toute aussi bonne facture, votre commerçant ayant déjà la liste des propriétaires de Queen Ann qui voudraient du Louis XV ?

Cet échange de biens industriels semi-durables, devenant peu à peu durables parce qu’ils sont faits avec un souci de qualité qui leur confère progressivement une valeur autre qu’utilitaire, va incessamment se développer sur Internet ; il se développera mieux et offrira une meilleure protection au consommateur si en sont parties prenantes des fabricants et des commerçants reconnus.

Quand on échappe au miroir monétaire et qu’on voit la réalité des objets eux-mêmes, c’est cette amélioration de la qualité de tout ce qui est produit – et donc la possession croissante par tous et chacun de produits haut-de-gamme – qui est la conséquence bien tangible d’une nouvelle structure de production industrielle. Cette vision de la production comme un service nous conduit à parler maintenant de la production de l’intangible: les services eux-mêmes.

Pierre JC Allard

Advertisements

Laisser un commentaire »

Aucun commentaire pour l’instant.

RSS feed for comments on this post. TrackBack URI

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.