Nouvelle Societe

04-09-08

Réparation, maintenance et entretien

Filed under: Auteur — pierrejcallard @ 10:36

Il est important de prendre soin et de conserver. Les Hindous en pensent assez de bien pour avoir créé un avatar de Dieu dont c’est la seule mission ! Il fut un temps où l’on préservait tout, puisque tout était rare. Puis les machines sont venues… et il est devenu normal de ne rien garder trop longtemps.

D’abord parce que les choses se démodent, que les techniques évoluent et que ce que l’on fait maintenant devrait été mieux que ce que l’on a fait hier. Ensuite, parce que le cout du travail augmentant, sans cesse, le rapport de sa valeur à celle de la matière monte en flèche… tout ce qui exige qu’un être humain et non une machine s’en occupe coûte cher. Alors maintenance, réparation et entretien, un minimum… L’économie est devenue de ne PAS garder les choses et la poubelle est le premier choix.

Ça, c’était hier….

Puis, le vent a encore tourné On va manquer de ressources! Gaïa est aux abois… récupérons !…. Et si la vérité n’était ni ici ni là ? Uniquement bien variable, selon les circonstances et le bon filon qu’ont trouvé ce jour là ceux qui nous font notre croyance quotidienne, comme ils nous font la liste de ceux qui sont supposés nous avoir avoir offensés et à qui il ne faut jamais pardonner. Aujourd’hui ? lisez les journaux du matin…

Parce que tant d’argent dépend de l’attitude qu’on prend concernant la mise au rancart accélérée ou l’entretien soigneux des choses , le service qui vient s’y greffer participe du même manque de transparence qui a imposé la surconsommation pendant des générations. Une simple variante, donc, sur un thème connu, transposé dans l’univers d’une société tertiaire.

D’ailleurs, l’équivoque oblige à se poser une question préalable qui a son importance. Ces services sont-ils vraiment des services ? Est-on vraiment dans le tertiaire? Comment peut on d’un même souffle parler d’un « service », dont on dit qu’il est intangible, quand on a devant soi l’image du travailleur, marteau ou tournevis en main, travaillant indubitablement sur la matière, rafistolant une vieille lampe une potiche ou une voiture ?

On ne peut le faire qu’en établissant un distinguo entre ce qu’est ce travail et ce à quoi il sert, ce qui vaut pour tout ce qu’on peut réunir sous les vocables, maintenance, entretien, réparations… La frontière entre l’artisan – qui illustre le volet non industriel du secteur secondaire – et celui qui tout en posant les mêmes gestes prend sa place au tertiaire se situe, nous dit-on, au niveau de leurs intentions.

Toute explication vaut si elle fait consensus, mais ne nous cachons pas l’ambiguité qui demeure. Les colonnes Buren avec des coussins pour s’y asseoir deviendraient-elles des produits industriels utilitaires ? Ne pas leur en avoir mis fait-il la preuve indéniables qu’elles n’en sont pas ? Il y a beaucoup de subventions qui tournent autour de ce qui est production industrielle, artisanale ou simplement entretien… Réparer, entretenir, conserver sont bien des SERVICES qu’on veut rendre et recevoir. Mais faire un fauteuil tout fin neuf n’a-t-il pas la même intention ?

Le bons sens nous dit que maintenance, réparation et entretien sont des fonctions utiles, nécessaires, parfois irremplaçables… mais aussi parfois des attrape-nigauds. Peut-être la confusion se terminera-t-elle quand aura lieu le changement dont je parlais dans un article précédent. Je soulignais l’évolution probable d’une industrie qui aujourd’hui veut vendre des produits, vers une industrie qui n’en céderait plus que l’usage pour un temps défini. Voire pour un temps indéfini, le concept de remplacement y étant intégré et seule la satisfaction inhérente a son usage devenant l’objet de la transaction.

Si la distinction tangible-intangible s’estompe quand on parle d’un « service d’entretien et de maintenance » ce n’est pas le tangible qui reprend de l’importance, c’est qu’il est devenu un simple détail. C’est le triomphe ultime du tertiaire: La boucle bien-service se referme, la chose elle-même perdant toute importance.

Réparer ou ne pas réparer. Nous avons souligné les considérations environnementales qui en s’imposant pourraient donner à la récupération et à la réparation une importance perdue depuis longtemps, le rafistolage devenant une mission, une dignité, une mystique. peut être… Mais le plus probable est que ce sont les critères pratiques de coût qui feront pencher la balance. Choisir de réparer ou remplacer deviendront alors des décisions totalement utilitaires…

Sauf, naturellement, dans la mesure où un attachement sentimental à l’objet – qui n’a plus alors aucun rapport avec le service réel qu’on en tire – pourra intervenir pour lui conférer une valeur. Dans ce scénario, ce qui est banal et commun n’est entretenu et maintenu que minimalisent à peu de frais et n’est jamais réparé. L’usiné, le multiplié devient jetable, une camelote.

Le service de maintenance, réparation et entretien n’en sera pas moins disponible et d’une extreme importance, car il ne restera évidemment de nous et de notre culture que ce que nous prendrons la peine d’en garder, mais ce service ne s’appliquera que si le produit prend valeur spéciale d’oeuvre d’art ou d’objet de mémoire, individuel ou collectif.

Il prend sa prendra valeur d’oeuvre d’art par son unicité ou sa rareté artificiellement bâtie en brisant le moule… Il deviendra objet de mémoire par l’attention que VOUS ou d’autres lui porterez… Le fait que vous puissiez être nombreux ou que vous soyez le seul a l’apprécier ne changeant pas le principe….

Réparer l’oeuvre d’art ou l’objet de mémoire deviendra « restaurer » et l’on y aura recours uniquement dans la mesure ou le faire participera de l’originalité d’une démarche qu’on ne pourra pas programmer. Un service a surveiller.

Pierre JC Allard

Publicités

Laisser un commentaire »

Aucun commentaire pour l’instant.

RSS feed for comments on this post.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.