Nouvelle Societe

04-09-08

14. 15 besoins à satisfaire

Filed under: Actualité,Auteur — pierrejcallard @ 6:27

Nous avons tous les mêmes besoins essentiels et, pour la majorité d’entre nous, même nos désirs se ressemblent. Chaque individu, par exemple, veut être nourri, vêtu, logé… et cherche le plaisir, le bonheur et la satisfaction de devenir « plus ».

Quand il vit en société, l’individu veut que la paix, la sécurité, la justice y règne, tout en conservant la liberté de poursuivre à sa guise cette recherche du plaisir, du bonheur et d’un développement personnel dont il déterminera lui-même la nature. Il veut sa liberté.

La nature nous offre de quoi satisfaire beaucoup de nos désirs en transformant peu ou prou, par un travail, les biens qu’elle nous offre en ceux que nous voulons. Le travail étant le seul vrai prix à payer, le harnachement de diverses sources énergies et les méthodes de production industrielle ont facilité cette transformations des produits de la nature et créé les conditions de l’abondance matérielle.

Dans une société industrielle mature, deux besoins fondamentaux peuvent être considérés comme raisonnablement satisfaits : l’approvisionnement en matières première qui est le domaine du secteur primaire et la « production » des biens tangibles qui est celui du secteur secondaire.

Il reste encore dans notre société industrielle mature, surtout dans les marches éloignées de l’Empire des individus qui sont privés de nourriture, de vêtements, d’un logement adéquat ou des produits matériels nécessaires à une vie satisfaisante, mais la cause en est TOTALEMENT politique. Ce problème ne peut être réglé que par une action politique. Il DOIT l’être, mais ceci n’a pas d’incidence directe sur ce dont nous traitons ici, alors que nous parlons du tertiaire, des services, de la production et consommation de l’intangible.

Quand une société devient postindustrielle, il ne reste, par définition, qu’à satisfaire les besoins et les désirs que la machine ne peut PAS satisfaire, mais dont la satisfaction exige au contraire une intervention humaine spécifique. La plupart des services requis pour le faire sont de ceux qu’on regroupe par convention dans le secteur tertiaire et dont nous voulons ici identifier et décrire sommairement quelques-uns.

Pour l’objectif que nous visons, qui est une prise de conscience et une mise en situation, je pose (15) de ces besoins que je traite comme autant de catégories fonctionnelles empiriques. Rien qui se veille définitif; nous sommes au palier des illustrations et six autres volumes devraient suivre. Je ne me pendrai pas au grenier si on me dit qu’il y en a seize; j’accorderai l’attention requise au seizième, sans penser pour autant que la démarche générale que je suggère en est irrémédiablement viciée

Certains de ces services que j’identifie sont essentiels pour qu’une société existe, se maintienne et se développe ; ce sont des structures d’encadrement que la société met en place pour le bien commun et dont chacun profite, parfois sans en être même bien conscient. D’autres correspondent plutôt à ce que souhaite l’individu pour optimiser son plaisir, son bonheur et son développement personnel.

Distinguer formellement ceux-ci de ceux-la serait largement arbitraire et donc trompeur. Les services qui visent la gestion du milieu sociétal, en effet, n’en servent pas moins finalement l’individu, tandis que ceux qui cherchent d’abord l’amélioration de la qualité de vie personnelle profitent aussi, indirectement, è la société.

Tout dépend de l’angle sous lequel on voit ces services. Le meilleur exemple de cette double finalité est peut-être l’éducation, laquelle sert d’abord au développement de l’individu concerné, mais constitue aussi, sous son aspect formation, un élément indispensable du système de production et avantage donc toute la collectivité.

Dans les textes qui suivent, j’identifie donc bien sommairement 15 catégories de services qui répondent à autant de besoins et la manière dont il me opportun semble d’en encadrer la création et la distribution.

Les quinze (15) catégories de besoins à satisfaire et donc de services à rendre que j’ai identifiées sont les suivantes et ils ne sont pas classés par importance, nous faisant l’économie d’un débat que je trouvais inutile.

– GOUVERNANCE ET ADMINISTRATION
– ORDRE ET SÉCURITÉ
– RÉSOLUTION DES CONFLITS
– PÉRÉQUATION ET ASSURANCE
– INFORMATION/COMMUNICATION
– COMMERCE
– SERVICES FINANCIER8
– RECHERCHE ET DÉVELOPPEMENT
– EDUCATION
– SANTÉ
– SERVICE CULTURELS
– REPARATION, MAINTENANCE ET ENTRETIEN
– GUIDANCE
– SERVICES ANCILLAIRES
– LOISIVETÉ

Nous ne faisons qu’indiquer ici des ligne directrices. Qu’on ne s’étonne donc pas si bien des questions y sont formulées qui demeureront pour l’instant sans réponses. A toute question soulevée dans la série Nouvellle Scociété, une réponses sera toujours apportée… ou un aveu d’ignorance inscrit au dossier, en toute franchise et humilité. Si nous glissons rapidement sur un thème, c’est que nous en discuterons d’abondant ailleurs. Ainsi, un volme entier de cette série sera consacré à la problématique de la santé qui ici est évoquée.
c’est quand nous reprendrons en détails les questions que nous abordons ici que nous pourrons voir le profil de base de ceux qui doivent offrir ces services, à qui ils les rendent, dans quelles circonstances et comment ils le font. Nous verrons comment un service offert ne l’est pas toujours exclusivement en réponse à un seul besoin ni à un seul bénéficiaire, mais peut, au contraire, simultanément ou en séquence, en satisfaire plusieurs.
Celui qui rend un service peut aussi assumer divers rôles. Pensons seulement aux « services ancillaires » que rend la mère au foyer et qui peuvent se muer en « services de guidance», quand, tout a coup, la progéniture a besoin d’orientation, bien plus que le foyer n’a besoin de soins ménagers…

Dans ces textes qui suivront, nous indiquerons qui paye pour les services rendus. Dans une société de services, nous l’avons dit et le répétons, l’État, a la responsabilité d’en assurer la disponibilité. Quand il s’agit de services définis comme essentiels, cette responsabilité peut impliquer celle d’en assumer le coût. Un nouveau rôle crucial de l’État qu’il sera important de préciser.

Publicités

Laisser un commentaire »

Aucun commentaire pour l’instant.

RSS feed for comments on this post.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.