Nouvelle Societe

11-03-08

136. L’hommage-lige

Filed under: Auteur — pierrejcallard @ 6:39

Même si l’Évangile déconseille fermement de servir deux maîtres, le système féodal a joué à fond la carte des multiples allégeances, permettant à tout vassal d’optimiser ses avantages et ses soutiens en « rendant hommage » à plusieurs suzerains, aux uns comme aux autres, selon ses intérêts. Ces loyautés partagées ont rendu le Moyen âge intéressant et conduit aux fourberies et intrigues raffinées de la Renaissance.

Partager sa loyauté, toutefois, exige parfois des décisions cornéliennes. Pour s’y retrouver et choisir entre ses divers suzerains sans devenir félon, il était recommandé que chaque vassal ne rende qu’à l’un d’eux l’ « hommage-lige », l’engagement ultime envers celui auquel il serait fidèle advenant quelque mésentente entre ses divers patrons

Quand Hugo Chavez parle d’une « Grande Colombie » bolivarienne avec la Colombie et l’Equateur, il rend hommage à une idée qui a sa valeur et qui n’est toujours, d’ailleurs, qu’à une victoire près en Colombie de l’opposition politique ou du FARC de devenir une option immédiate bien réaliste.

Quand plus tard il se joint à la Bolivie et à Cuba, dans un cartel restreint des gauches continentales, c’est une autre loyauté qu’il développe, d’autant plus significative qu’il fait en même temps des appels du pied a la Chine, laquelle est de loin sa meilleure alternative pour des exportations de pétrole ailleurs qu’aux USA.

Enfin, il y a juste trois (3) semaines, quand, il s’engage avec le Brésil et l’Argentine dans une alliance qui donne au Mercosur les moyens financiers d’envoyer paître les USA et leur projet de zone de libre-échange (ZLEA), c’est encore une autre loyauté qu’il développe et qui a aussi beaucoup à offrir. Où Chavez met-il ses priorités ?

C’est à cette question qu’il vient de répondre en se précipitant au chevet de Fidel Castro, qu’on peut présumer moribond, pour être adoubé comme son fils spirituel et héritier idéologique. Chavez a choisi d’aller à La Havane rendre son hommage-lige au vieux lion. Ce faisant il prend des mains de ce dernier le flambeau de la Gauche. Alea jacta est.

Il n’est pas sans conséquences que ce soit le Venezuela – riche de tout ce pétrole qui est le produit ubiquitaire dont le contrôle permet au Système de tirer sa livre de chair de tout le monde — ­ qui prenne le leadership de la gauche en Amérique latine. Une gauche riche n’est plus du tout la même gauche bien gentille mais un peu jocrisse qu’on a vue si souvent. Comme personne ne pense plus que les gens de Dubaï ou du Qatar soient seulement des gardiens de chèvres.

Une gauche qui a des moyens n’est plus naïve ni velléitaire. Elle peut faire bien des choses. Elle peut obtenir du Brésil, par exemple, qu’il tolère les nationalisations de la Bolivie… et obtenir de la Bolivie que celle-ci prenne le risque de tirer la queue du tigre américain afin de tester les réactions du félin.

Elle peut obtenir de l’Argentine qu’elle reste sagement collée au Brésil dans Mercosur, au lieu de se plier aux diktats des USA, comme le Chili. Elle peut financer une option politique de gauche en Colombie qui puisse constituer une troisième voie, en alternative au duel FARC-Uribe: un parti qui pourrait prendre le pouvoir et accepter cette Grande Colombie qui lancerait en Amérique latine une dynamique d’intégration sans les USA.

Le Vénézuela, avec le pétrole, peut se faire une alliée de la Chine et devenir donc intouchable. A moins qu’il ne devienne une monnaie d’échange dans un jeu plus vaste, bien sur, mais les risques qu’il soit bradé sont minimes, si le Brésil est solidement avec lui.

Chavez, en riche héritier de Castro, peut surtout, ultime provocation aux USA, donner à Cuba les moyens de rester socialiste apres Castro et de ne pas devoir se jeter aux pieds des Américains en reconnaissant ses « erreurs » et en implorant leur pardon.

Si le Venezuela de Chavez devient chef de file de la gauche, la gauche devient solvable… et bien des scénarios captivants deviennent possibles. Peu de ces scénarios, cependant, iraient dans le sens des intérêts du Système néo-libéral. Souhaitons donc une longue vie au Président Chavez. Et espérons qu’il soit bien prudent.

Pierre JC Allard

Précédent Suivant
Publicités

Un commentaire »

  1. Intéressant, nous attendons la suite…
    Bien cordialement

    Commentaire par fontibus — 17-09-11 @ 9:38


RSS feed for comments on this post. TrackBack URI

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.