Nouvelle Societe

10-03-08

04 Le pouvoir

Filed under: Auteur — pierrejcallard @ 3:43

On se met en société pour travailler . Un peu paradoxal, car chacun ne cherche rien tant qu’à satisfaire ses besoins avec un minimum de travail. On se met en société pour avoir plus, mais travailler moins. Il faut donc qu’une société soit efficace : c’est sa raison d’être.

L’efficacité exige, d’abord, que chacun accomplisse la tâche complémentaire pour laquelle il est qualifié. Il va de soi que si la division du travail ne mène pas à ce résultat, elle ne joue pas son rôle. L’efficacité, cependant, ne s’arrête pas là. Le bon usage de la complémentarité est l’essentiel, car c’est de la ressource travail que naît finalement toute richesse, mais il y a du travail caché. L’efficacité, c’est donc aussi d’être économe des matières premières qu’on utilise, puisqu’il faut les chercher les trouver, les amener à pied d’oeuvre, et que cela aussi exige du travail.

De même pour les outils et équipements, qui représentent eux aussi un investissement travail en amont. On n’est pas efficace, non plus, si on ne tient pas compte des priorités et si on n’affecte pas le mieux possible le travail, les ressources naturelles et ce capital que sont les outils, mais aussi les réserves sans lesquelles demain le travailleur ne mangera pas et ne travaillera pas. L’efficacité exige que l’on s’organise ou qu’on soit organisé. Il faut organiser la production.

Il y a toujours des volontaires pour prendre charge de l’organisation de la production, pour deux raisons. La première est que quiconque « organise » le travail de la société, peut le faire en privilégiant ses propres intérêts. La deuxième, c’est que, lorsqu’on répartit tâches selon les compétences, il y a une préférence pour les tâches qui ne consistent pas tant à travailler qu’à faire travailler. Faire travailler se confond vite avec organiser et c’est la compétence que s’arroge le plus fort.

Le plus fort assume le leadership, exige l’obéissance, organise la production en fonction de ses intérêt et assure assez d’ordre et de sécurité, pour que ses intérêts ne soient pas mis en péril. Parfois, dans sa mansuétude, il en fera plus, mais rien n’est moins sûr.

Dans toute société, il y a donc des inégalités et l’injustice est la règle. Au départ, elle est totale. Quand la société grandit, toutefois, le moment vient ou nul ne possède plus seul la force d’agir à sa discrétion.. La primauté de la force ne disparaît pas quand une société grandit et devient plus complexe, mais la manière d’utiliser la force doit changer, car même le plus fort se sent faible s’il doit affronter plusieurs adversaires. Dans une société mature, la véritable force cesse d’être celle qu’on peut exercer soi-même pour devenir la somme des forces qu’on peut rallier et contrôler. Ce sont les ALLIANCES qui deviennent la clef du pouvoir.

Ces alliances se font et se défont à tous les paliers d’une société. Elles se recoupent et se chevauchent, imbriquées comme des poupées-gigognes: moi et mon frère contre mon cousin; moi et mon cousin contre le voisin; nous et nos voisins contre l’étranger…. Toutes les combinaisons de « nous » contre « eux » apparaissent, l’objectif demeurant pourtant toujours d’unir des forces diverses en une force commune, laquelle sera supérieure à celle des opposants et permettra aux « alliés » de constituer une « majorité effective », un groupe dont les membres ont, ensemble, la force d’imposer leur volonté.

Ce jeu des alliances constitue la dimension politique de l’activité humaine. Une dimension toujours présente à tous les paliers, mais dont la manifestation la plus ambitieuse est la construction, au sommet de la pyramide, d’une alliance dominante qui possède la force de diriger la société. Il y a toujours une alliance dominante dans toute société. L’injustice fondamentale demeure, mais pour que se maintiennent les alliances sur lesquelles repose son appartenance à cette majorité effective, quiconque y détient une parcelle de pouvoir doit dès lors respecter ses accords, ou du moins donner à penser qu’il les respectera .

La majorité effective y ayant intérêt, un consensus s’établit pour affirmer qu’il serait « juste » qu’ils le soient ; l’honnêteté gagne soudain à être ostensible et devient une vertu. La morale s’installe. Un « contrat social » tacite s’établit entre ceux qui gouvernent et ceux qui sont gouvernés, fixant les condition auxquelles ils le seront. La morale est un grand pas en avant, dont on voit tout le mérite quand la société grandit.

Quand elle grandit, on constate qu’une majorité effective est bien fragile si les alliances varient uniquement au gré des intérêts. Jouer de sa force au cas par cas ne permet pas l’exercice serein du pouvoir. On peut contrer cette instabilité en élargissant la majorité, mais il devient vite plus rassurant pour tout le mode, dans une société complexe, que des règles soient acceptées par tous à la défense desquelles chacun apportera le soutien de la force dont il dispose. Le pouvoir circonstanciel cherche donc à devenir permanent et la société évolue vite vers la mise en place d’un cadre « stable » et « légal » de marchandage qui donnera une légitimité à l’inégalité. On explicite le contrat social

Pierre JC Allard

Précédent Suivant
Advertisements

8 commentaires »

  1. Je crois de plus en plus qu’une nouvelle société ne pourra naître sans la prise de conscience qu’il faille agir selon le bien commun. Je crois aussi que sans une sorte de nouvelle philosophie ou même, une certaine spiritualité, cela restera utopique, connaissant la nature humaine. Qu’en pensez-vous?

    Commentaire par Rémi — 04-10-08 @ 1:21

  2. @ Rémi

    Il faut une nouvelle conception de la solidarité et, « la nature humaine » étant ce qu’elle est, il serait utopique de penser qu’elle viendra rapidement par le biais d’une nouvelle philosophie ou d’une nouvelle spiritualité. Elle viendra par la prise de conscience de l’INTERDÉPENDANCE entre les acteurs d’une société complexe qui rend chaque élément plus important et lui confère donc plus de pouvoir, menant à une société nécessairement plus consensuelle. Ce n’est pas l’altruisme, mais le bon sens, qui force les voyageurs d’un canoe a se tenir tranquille, à se parler gentiment et à pagayer de façon concertée.

    Il faut que nos structures sociales et politiques reflètent cette interdépendance, que celle-ci- soit inculquée par le système d’éducation et montée en épingle par les médias. Il faut sortir d’une vision individualiste de la société – dont les USA sont le meilleur exemple – parce qu’elle mène a une catastrophe, mais en maintenant à tout prix une attitude entrepreneuriale. C’est cette apparente contradiction que tentent de résoudre les articles du site Nouvelle Société

    PJCA

    Commentaire par pierrejcallard — 04-10-08 @ 6:32

  3. @ Pierre: Il me semble que je vois difficilement les gens prendre conscience de leur interdépendance. Nous vivons à l’ère de l’individualisme et à moins d’une catastrophe, les gens semblent vouloir continuer sur la même voie qu’en ce moment, même en voyant que cela ne mène nul part…

    Je ne veux pas être pessimiste, mais j’ai l’impression que tout doit s’effondrer pour que les gens comprennent.

    Commentaire par Rémi — 04-10-08 @ 10:04

  4. La crise financière actuelle EST la catastrophe. Tout EST à s’effonder. L’argent ne vaut plus rien; on a simplement mis un embargo sur l’annonce officielle. Sans l’argent comme référentiel, le systeme ne repose plus que sur l’autorité des gouvernements qui vont devoir devenir plus autoritaires. Des gouvernements « non-démocratiques » vont procéder aux changements. Le défi est de définir les nouvelles regles du jeu – on y travaille tous les jours – ensuite de rétablir une démocratie plus efficace dans une société nécessairement plus consensuelle.

    PJCA

    Commentaire par pierrejcallard — 05-10-08 @ 5:35

  5. En effet, tout s’effondre et on vois les conséquences du système économique pro-profit que nous avons.

    Il y a un documentaire excellent sur le sujet http://video.google.com/videoplay?docid=7065205277695921912

    Commentaire par Rémi — 05-10-08 @ 3:37

  6. […] le nombre des individus dans chaque faction. La force brute ne perd pas toute importance, mais le pouvoir réside de fait dans les alliances.  Disons que qu’une majorité de gros biceps constitue une « majorité effective » et […]

    Ping par Cette mocheté de démocratie ! « Les 7 du Québec — 18-05-09 @ 12:03

  7. […] Précédent Suivant Ce contenu a été publié dans 7 au Front, Non classé par Pierre JC Allard. Mettez-le en favori avec son permalien. […]

    Ping par 05 La loi et le marché | Les 7 du Québec — 25-04-13 @ 10:47

  8. […] le nombre des individus dans chaque faction. La force brute ne perd pas toute importance, mais le pouvoir réside de fait dans les alliances.  Disons qu’une majorité de gros biceps constitue une « majorité effective » et confère […]

    Ping par LE SENS DES FAITS – Volume 3 | Pierre JC Allard — 16-06-14 @ 11:39


RSS feed for comments on this post. TrackBack URI

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.