Nouvelle Societe

19-12-05

11 La double arnaque

Filed under: Auteur — pierrejcallard @ 10:00

Le mot clef est : crédibilité. 

Un État fort et crédible déterminerait efficacement le rapport d’échange de sa monnaie aux biens à valeur consensuelle: il contrôlerait  l’inflation. Nous n’avons pas dit “supprimerait” ou “réduirait” l’inflation – une décision politique qui peut être opportune ou malvenue! – mais CONTRÔLERAIT l’inflation.

L’État n’exerce plus aujourd’hui ce contrôle, parce que les institutions financières – la « Banque » – utilisent la discrétion que leur en a laissée l’État pour créer une masse monétaire déraisonnable… et se l’approprier. 

Il existe diverses définition de la masse monétaire en circulation – M1, M2,M3… – qui cherchent à cerner le phénomène de l’émission de monnaie par les acteurs économiques autres que l’État.  Dans les faits, toutefois, ces distinctions se caractérisent maintenant par un arbitraire progressif et une disparition parallèle des contrôles d’émission.

Parce que l’inflation est à son plus bas depuis des lustres, on veut croire que l’État contrôle bien les fluctuations de la masse monétaire. C’est une erreur. En réalité, de M1 à M2 et de M2 à M3 on en est arrivé à un flou poétique qui attend qu’on lui donne un numéro pour tenir compte des activités hors-bilan des banques et du crédit qui en découle.

Notre système repose actuellement sur un  “M4″ inavoué, une richesse totalement virtuelle et occulte créée par les institutions financières et qui découle de la permission qu’on leur a donnée de se confirmer les unes aux autres cette richesse qui n’a d’autre matérialité que des cotes en bourses gonflées de manière fantaisiste et les opérations usuraires hors-bilan qui représentent 85% de leurs activités.

À l’avantage de prêter bien plus qu’elles ne possèdent, que l’État a toujours accordé aux banques, celles-ci ont ajouté cette subtilité de se “garantir” désormais les unes les autres et de prêter répétitivement “hors-bilan” sur la base de ces garanties. Les prêts ainsi consentis servent à acheter des propriété et des stocks, venant étayer le crédit de ceux qui prendront envers leur institution financière les engagements dont celle-ci s’autorisera pour accorder sa “garantie” à une autre institution, laquelle consentira un prêt formel sur lequel elle touchera un intérêt.  Le serpent se bouffant ainsi la queue, il peut se dévorer et devenir de plus en plus virtuel, ce qui – hélas! – ne l’empêche en rien d’être toujours aussi venimeux et d’avoir de plus en plus d’appétit.

Le véritable Pouvoir, celui des “acteurs économiques importants”, s’est octroyé simultanément a) une richesse symbolique monétaire sous forme de garanties bancaires hors-bilan libellées en monnaie, et b) une richesse symbolique à valeur consensuelle sous la forme de titres en Bourse à valeur gonflée.

En magouillant ainsi sur deux fronts, le Système a enrichi immensément ses gens, mais c’est aussi piégé, car la récolte périodique des profits par le passage de la monnaie “faible” à la monnaie “forte” n’est plus possible sans que les nantis ne sacrifient des sommes virtuelles colossales.

Réduisez les opérations hors-bilan, et le crédit pour maintenir le Dow Jones dans la stratosphère s’évapore. Ramenez les cours de la bourse à une valeur qui corresponde à une attente raisonnable de profit… et les garanties de la pyramide des emprunteurs hors-bilan disparaissent, amenant la faillite pure et simple des institutions financières.

Ne faites rien, et l’augmentation progressive de la richesse virtuelle mène à la catastrophe quand le bon peuple – à qui on ne PEUT pas donner sa part de la richesse virtuelle sans créer une inflation incontrôlable – se fâche vraiment contre les milliardaires virtuels dont la fortune est un outrage à sa misère… ou s’aperçoit que l’argent ne vaut rien. Quand l’argent ne vaut plus rien, notre structure de pouvoir basée sur la promesse et la corruption plutôt que sur la force brute s’effondre, ce qui est un pas en arrière pour l’évolution sociale.

Personne ne veut vraiment que le pouvoir reprenne sa place au bout d’un fusil, et moins que quiconque ceux qui détiennent aujourd’hui le Pouvoir.  Il y a donc une faible chance que Shylock négocie, si on lui montre une solution qui n’est pas revancharde. En attendant, le Pouvoir utilise la rumeur publique et la contrainte étatique pour faire vivre ces deux (2) entités nébuleuses que  sont la masse monétaire et la valeur virtuelle des stocks en Bourse.

L’arrimage entre ces deux systèmes symboliques devient de plus en plus nécessaire, mais de plus en plus pénible à réaliser, à mesure que l’on accélère la distribution du crédit et que les titres boursiers prennent du prix. Nous vivons donc une fuite en avant qui a pour objectif absurde de maintenir indéfiniment une croissance de la masse monétaire, sans une croissance comparable des biens… et sans une inflation qui remettrait en contact l’univers des symboles et celui des biens réels, mais ferait disparaître en fumée quelques trillions de dollars.

Personne ne veut vraiment “ajuster”, seulement déplacer ces nuées à son avantage. Ne nous étonnons donc pas que le ciel s’assombrisse et qu’on entende le tonnerre gronder. L’État ne contrôle pas l’inflation, il tente de la supprimer. Ce faisant, il ne compense même plus l’ajout totalement artificiel à la richesse que constitue la somme des intérêts payés, menaçant de donner ainsi une existence réelle au mythe marxiste de la concentration de la richesse: un état social moribond où, les besoins de tous ceux qui ont l’argent étant comblés et où ceux qui ont des besoins n’ayant plus d’argent, la machine s’arrête… ou explose.

Spéculation et création sans réserve de richesse symbolique créent un mélange détonnant; la crédibilité de l’État qui diminue, c’est la mèche qui brûle…. L’inflation semble jugulée, parce que la masse monétaire hors de contrôle n’a pas d’impact sur les prix à la consommation: elle reste aux mains des nantis qui ne la dépensent pas, mais la thésaurisent, sous la forme virtuelle et temporairement inoffensive de valeurs en bourse irréalistes.

Cette pseudo richesse qui s’appuie sur une illusion crée un pouvoir énorme de dépenser qui tient toute la société en otage. Sans l’accord des financiers, on ne peut plus reprendre contact avec la réalité. Nous sommes tombés dans un traquenard.

Pierre JC Allard

Publicités

4 commentaires »

  1. Je souscris à votre analyse.

    De fait, en terme de solution, vous devriez être sensible à la Théorie Relative de la Monnaie : http://www.creationmonetaire.info/2011/06/theorie-relative-de-la-monnaie-20.html

    Une introduction pourrait peut-être vous éclairer sur un point fondamental ici : http://www.creationmonetaire.info/2011/05/le-flux-lhomme-la-monnaie.html

    Il y a une solution, et comme le dit Olivier Auber c’est une révolution immobile « non revancharde » comme vous le dites si bien : http://www.creationmonetaire.info/2011/04/revenu-citoyen-attention-danger.html

    Commentaire par Galuel — 28-07-11 @ 3:05

  2. « L’inflation à son plus bas »… d’accord quand aux chiffe officiel, mais celle « vécue » me semble bien différente. seulement en regardant celle de l’immobilier! Et là est peut-être un point de contact entre la richesse virtuelle et la réelle, qui fait souffrir beaucoup de monde: acces à la propriété sur 30 ans, envolée des loyers.

    Commentaire par banyan — 28-07-11 @ 9:51

  3. … Mais surtout merci pour cette réflection de fond.

    Commentaire par banyan — 28-07-11 @ 10:12

  4. @ Banyan

    « peut-être un point de contact entre la richesse virtuelle et la réelle »

    OUI. c’est pour ça que c’est la crise des subprimes qui a tout déclenché
    https://nouvellesociete.wordpress.com/2008/10/28/194-la-crise-dans-le-miroir/

    pjca

    Commentaire par pierrejcallard — 29-07-11 @ 1:41


RSS feed for comments on this post.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.