Nouvelle Societe

08-12-05

11 La production de l’éphémère

Filed under: Auteur — pierrejcallard @ 7:54

Pour promouvoir les événements qui constituent la culture éphémère, l’État peut intervenir à leur production et à leur diffusion, mais surtout, il peut agir au palier de leur consommation, le faisant alors sans déroger à son impartialité. Supposons un Crédit-culture annuel à chaque citoyen adulte, applicable à 50 % ou 75 % du coût des événements culturels de son choix… C’est indubitablement la contribution la plus efficace que l’État puisse faire à l’épanouissement de la culture, mais il peut agir plus ponctuellement pour mieux cibler ses efforts.

Ainsi, l’État peut ajouter une autre dimension à sa promotion de la culture en faisant sur son site Internet la publicité de tous les spectacles et événements littéraires et artistiques. Les journaux le font déjà, mais de façon bien incomplète et ils ne disposent pas, comme l’Internet, de la capacité d’adapter sans cesse la nouvelle à l’évolution de la situation. Quand on fait la promotion d’un spectacle ou autre événement sur l’Internet, on peut aussi montrer le plan de la salle, faire les réservations sur le champ et toucher en ligne le prix des billets… en appliquant sur demande un part au Credit-culture du client

On peut aussi, sur ce site internet, faire la critique de tout événement – comme de production artistique ou littéraire – et ne pas limiter cette critique à l’opinion supposée éclairée d’un ou plusieurs experts, mais ouvrir aussi le site aux commentaires de TOUS les citoyens- internautes qui souhaitent s’exprimer sur cet événement, à la seule condition qu’ils s’identifient.

On peut même faire plus et ouvrir systématiquement un forum de discussion sur chaque événement artistique ou littéraire: spectacle, vernissage, lancement de livre, etc. On peut le faire avant même que l’événement ait quitté l’étape de projet et faire donc de chaque forum du site un outil pour vérifier l’Intérêt que le projet suscite et décider de l’opportunité d’y donner suite .

Il n’y pas de limites, autres que celles dont on convient, quant au nombre de forums que le site culturel de l’État peut héberger et à leur taille. Puisque l’on procède par mots-clefs et engins de recherche, il est possible de structurer correctement l’information pour que l’on puisse, en tout temps, diriger les citoyens vers tous les forums auxquels ils s’intéressent. Le système peut même être facilement programmé pour faire apparaître automatiquement, à l’écran de chaque internaute, les nouvelles concernant les événements dont il a manifesté le désir d’être informé.

Pour aider davantage, il reste véritable défi qui est de favoriser la culture événementielle en général, mais sans substituer le jugement l’État à celui des citoyens. On peut s’attaquer à ce défi sans craintes, cependant, car grâce au dialogue établi avec la population sur le site Internet, on peut connaître facilement les préférences de la population et se donner pour objectif de répondre à sa demande. Quand on priorise selon ce critère objectif qui permet d’aider les créateurs sans discrimination, tout devient plus simple et équitable.

Il devient acceptable, par exemple, que l’État, sans tomber dans le piège de la subvention qui ouvre la porte au favoritisme, avance à une troupe prometteuse de novices qui risquent leur va-tout pour monter un spectacle, sans études de marché ni piston, sur la seule base de leur foi et de leur l’enthousiasme, l’argent pour une salle, des décors et ses frais de répétition. Une avance que celle-ci rembourserait à partir de ses premières recettes.

La demande pour cette assistance dépassera cependant sans doute ce qu’on voudra y consacrer. Comment choisir les élus ? Le dialogue engagé sur internet permet de prévoir non seulement les préférences de la population… mais aussi les recette à venir ! Plus que les prévoir, les connaître avec certitude, si est mis en place un Centre de réservations de l’État qui permet de suivre les imputations que font à leur credit disponible sur leur Carte-Étoile ceux qui font une réservation ferme pour un spectacle.

Ces montants imputés aux Cartes-Étoiles sont garantis par l’État. Ce sont des recettes sûres, à moins que les promoteurs du spectacle y renoncent. Une rare occurrence, car ceux-ci seraient alors solidairement responsables des avances reçues et réduiraient à néant leurs chances d’obtenir le financement éventuel d’autre projets. C’est un risque que l’État peut raisonnablement courir pour la culture.

L’État peut aussi aider ceux qui montent un spectacle en leur facilitant l’accès à ue salle idoine. Accès d’abord aux salles existantes – car le but n’est certes pas de ruiner les propriétaires de salles actuelles ! – mais aussi en créant au besoin d’autres petites salles expérimentales, de 100 à 150 places, où on pourra tester la réaction du public sans encourir de frais énormes. Dans ces petites salles expérimentales, on pourrait monter un spectacle par mois, avec l’option pour un spectacle de continuer ensuite sa carrière, peut-être dans une plus grande salle, si le nombre de réservations reçues au cours des quatre semaines initiales le justifiait.

Pour ce service aussi, la demande excédera l’offre. La priorité sera aussi accordée aux spectacles pour lesquels le Centre de réservations aura recu le plus de réservations fermes avec paiement garanti sur la Carte-Etoile. Les événements pour lesquels le plus de réservations ont été faites peuvent être présumés ceux que le public préfère. Ces réservation sont un estimateur efficace de la popularité de chaque événement et des recettes qu’on on peut espérer. Il semble équitable d’accorder la priorité aux équipes qui veulent les mettre en scène. L’arbitraire disparaît.

Pierre JC Allard

Publicités

Un commentaire »

  1. Super site

    Commentaire par Lovella Moxey — 02-04-15 @ 4:28


RSS feed for comments on this post.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.