Nouvelle Societe

16-11-05

29 Le Ministère de l’Éducation

Filed under: Auteur — pierrejcallard @ 12:30

Le Ministère de l’Éducation coiffe la structure que nous avons vue dans les textes précédents de cette section. Il est un élément constitutifs de la structure de gouvernance dont on voit ailleurs l’organisation en ministères. Dans cette structure, l’éducation a pour triple but, nous l’avons dit, de transmettre des valeurs, une culture identitaire et une expertise qui en rend le possesseur apte a jouer un rôle dans le processus de production de biens et services.

Concernant les valeurs, ce sont transmises que celles qui sont consensuelles et elles peuvent être assimilées à la loi ; les autres valeurs ne sont pas dans l’espace sociétal. En ce qui a trait à la culture, celle qui intéresse directement le Ministère l’Éducation est celle qui sert d’identifiant et détermine l’appartenance de fait du citoyen à la société ; le reste de la culture, celle qu’on acquiert pour son plaisir est du ressort du Ministère des Loisirs et le Ministere de l’Éducation ne ne s’en mêle qu’en permettant l’accès à ses modules.

C’est aussi la tâche du Ministère de l’Éducation de transmettre à l’individu une expertise qui permet sa participation à l’effort productif commun. C’est la formation professionnelle, laquelle doit être réponse du Ministèree de l’Éducation aux demandes que formule le Ministère du Travail et de la Péréquation. Les liens intimes qui relient l’éducation au marché du travail exigent une coordination étroite entre ces deux ministères, avec un processus de feedback continuel dont résulte une politique des ressources humaines adéquate.

Le Ministère de l’Éducation met en place et gère, par le biais de ses bureaux régionaux, les infrastructures physiques et financières, logistiques et organisationnelles qui encadrent l’éducation au sens large et, particulièrement, le processus de transmission des connaissances. Il assure le cadre, l’intendance et fournit les ressources. Il définit les objectifs globaux et spécifiques de l’éducation. Les objectifs spécifiques mènent à la préparation des modules d’enseignement qui composent l’arbre des connaissances.

Ces modules, ordonnancés dans le cadre de programmes, correspondent aux exigences des postes de travail du système de production. Les mêmes modules, sans cet ordonnancement – mais complétés par d’autres dont la fonction professionnelle est toute théorique, mais l’intérêt pour la culture évident – constituent la maquette des cours disponibles au volet culturel de l’éducation.

Le Ministère s’assure que la maquette des programmes est parfaitement modulaire et de la totale accessibilité par Internet à un corpus complet des connaissances. L’intégralité doit en être disponible en forme programmée et être conforme aux principes de l’apprentissage autodidactique.

Dans cette optique, le Ministère s’occupe des contenus.. et des examens. Les modules sont construits et remaniés constamment par des équipes de conseillers pédagogiques, habilités par discipline dans ce dessein, ceux-ci s’appuyant sur le travail de tous les conseillers compétents dans une matière et mettant à profit les commentaires reçus des enseignants, des employeurs et autres intéressés.

Les modules sont rédigés de façon à ce qu’ils constituent l’outil suffisant pour l’apprentissage de la matière traitée. C’est le Ministère qui assigne les conseillers aux équipes de remaniement des modules et programmes et aux comités qui en assure la vérification finale.

Le Ministere a aussi la responsabilité exclusive de la reconnaissance des acquis culturels et professionnels de tous: c’est lui qui doit décerner toutes les attestations et tous les certificats. 

ll s’acquitte de cette responsabilité par un processus continu de tests par matières. Des tests modulaires pour chaque matière ont lieu à date fixe, normalement chaque mois, auxquels sont admis ceux qui y sont inscrits par un conseiller pédagogique après avoir réussi le pre-test que celui-ci leur a présenté, comme nous l’avons vu dans un autre texte.

Le Ministère crée les programmes et la docimologie. Il n’a toutefois AUCUNE responsabilité ni autorité sur la pédagogie. Dans une Nouvelle Société, c’est l’élève qui apprend. L’éducateur éduque d’abord, puis enseigne, mais l’enseignement consiste à personnaliser le contenu didactique pour établir des liens qui correspondent aux multiples objectifs, de multiples personnalités cheminant selon de multiples parcours.

L’enseignement est donc rarement magistral et ne l’est alors que pour des groupes restreints, servant de prélude à une « interformation » où les « apprenants » échangent leurs connaissances. Les objectifs de chaque module et de chaque programme étant fixés, l’enseignant a le choix absolu des méthodes d’enseignement, le Ministère ne contrôlant que le résultat de l’apprentissage.

Pierre JC Allard

Publicités

Laisser un commentaire »

Aucun commentaire pour l’instant.

RSS feed for comments on this post.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.