Nouvelle Societe

28-03-05

13 L’espace libertaire

Filed under: Auteur — pierrejcallard @ 8:43

La démocratie, malgré tout le bien qu’on en dit, n’a qu’un rôle supplétif à jouer.  Les individus, doivent pouvoir prendre eux-mêmes les décisions qui ne regardent qu’eux-mêmes. Une Nouvelle Société va rénover la démocratie, mais, même si on lui donne sa forme optimale, évitons le piège de croire que la démocratie va tout régler. La démocratie ne suffit pas à garantir la liberté au quotidien, car la pression de la majorité peut limiter indûment la gamme des choix concrets que l’individu doit pouvoir faire à l’aune de sa propre spécificité.

Sur un socle démocratique, il faut laissser se construire un piano nobile : un « espace libertaire ». La démocratie n’offre qu’un premier niveau bien sommaire de liberté, désormais insuffisant.  Au respect de la démocratie qui permet que l’individu participe au mieux à la prise des décisions collectives, il faut ajouter, pour que la liberté y trouve pleinement son compte, la volonté de réduire la masse de ces décisions collectives qui sont imposées à l’individu par une majorité dont il n’est pas toujours partie prenante. La liberté se situe au-delà de la démocratie.

Une Nouvelle Société élargira l’espace de « non-gouvernement », l’espace de « l’an-archie ». 

Il y a des choses qu’il faut faire ensemble et le contrat social confiera à l’État la responsabilité de gérer ces activités collectives.  Ce sont celles qui ne peuvent être faites qu’ensemble et, aussi, celle garantissent à tous un seuil minimal de bien-être, au vu de la richesse que la société produit et a accumulée. C’est un droit pour l’individu d’avoir sa part de cette richesse. C’est son héritage.

L’espace démocratique ne représente cependant qu’une petite part des activités auxquelles s’affairent quotidiennement les citoyens d’un État post-industriel. La plus grande partie de ces autres activités n’exigent pas cette unité de direction qui est le rêve des États totalitaires, mais peuvent très bien, au contraire, s’accommoder de la diversité.

Ceux qui s’objectent à ce que l’on accepte cette diversité le font pour deux raisons. D’abord, parce qu’ils craignent de mettre en péril la cohésion de l’édifice social, mais aussi, souvent, parce qu’ils reculent devant le problème logistique de traiter la population autrement que comme un tout homogène.

 Ce sont deux objections qu’il faut revoir à la lumière de la technologie moderne.

Une société moderne dispose de moyens de captage de l’information, de stockage des données et de communication qui rendent incommensurablement plus facile qu’autrefois le contrôle par l’État de ce qui est vraiment essentiel à la collectivité. Ces mêmes moyens rendent possible, sur le plan organisationnel et financier, la mise en place et le fonctionnement simultané de multiples modes administratifs distincts.

Le lit de Procuste n’est plus nécessaire. L’exceptionnel est devenu moins onéreux et peut désormais être apprivoisé.  

Il y a une propension universelle à utiliser les connaissances que l’on a et les moyens qui en sont l’application pratique ;  si les moyens plus efficaces de contrôle dont nous disposons ne sont pas mis à profit pour gérer une diversité accrue, ils serviront, du seul fait qu’ils existent et que leur effet n’est pas compensé, à imposer une conformité plus grande. C’est l’approche totalitaire et nous croyons que le totalitarisme est un cul-de-sac que doit éviter une Nouvelle Société.

Il y a l’alternative d’une approche libertaire qui est celle que que nous préconisons: tolérer et même encourager le développement parallèle de schèmes d’action distincts au sein de la société.

 Vus les moyens de contrôle dont nous disposons maintenant, cette diversité ne met plus en péril l’essentiel collectif qui correspond à l’espace démocratique, ni donc la cohésion de la société. Une Nouvelle Société doit accordera droit de cité à tout mode de vie, tout schème d’action et tout comportement qui ne contrarie pas la liberté des autres.

Ceci exigera certains arbitrages et on les fera, mais l’autorité de l’État pour les faire doit apparaître clairement au contrat social. S’ils n’y ont pas été prévus, ils ne pourront se faire que de l’accord des parties ou moyennant compensation. 

 Le contrat social doit donner à l’État démocratique le mandat formel de s’occuper d’un champ d’activité … ou de ne plus s’en mêler. C’est quand plane une ambiguïté quant à la pertinence d’une intervention de l’État dans un domaine que cet arbitrage prête à controverses.

Accepter une plus grande diversité au sein d’un société, toutefois, exige que des limites soient posées à cette diversité et que ces limites ne puissent JAMAIS être transgressées.  Une société, comme l’image inversée d’un milieu carcéral, ne peut se permettre d’accomoder les préférences en sont sein que si la barrière autour de l’ensemble est elle-meme étanche.

Entre citoyens, il faut avec une grande permissivité ; la tolérance des préference, des fantaisies et des caprices… Mais il faudra que ne soient citoyens que ceux dont on sait qu’une similitude culturelle de départ  verra à ce que leurs exigences soient suportables à une très vaste majorité de la population.  Toute autre approche mène à l’explosion d’une société.

Dans cette optique, on comprend que l’on puisse tolérer que des segments de la population aient leur langue, leur religion, leurs coutumes et refuser de leur imposer une uniformité qui nuirait  à leur bonheur et à notre épanouissement collectif….   Mais, pour que cette  tolérance soit acceptée, il faut que le consensus soit parfait au palier du  socle commun sur lequel elle repose.  L’insupportable doit été refusé à l’entrée.  Pour que chacun puisse choisir son menu, il ne faut pas qu’il y ait de cannibales à la table.

Pierre JC Allard

Advertisements

Laisser un commentaire »

Aucun commentaire pour l’instant.

RSS feed for comments on this post.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.