Nouvelle Societe

07-02-05

T3 La haute technologie et le havre du tertiaire

Filed under: Auteur — pierrejcallard @ 9:16

Il y en a encore aujourd’hui des gens pour souhaiter  qu’on cherche la solution au problème du chômage dans une « création d’emplois » dans le secteur secondaire, dans le domaine de la « haute technologie » et des « secteurs de pointe ».  C’est une aberration.

C’est un non-sens de penser qu’on va utiliser une main-d’oeuvre abondante dans l’industrie de pointe, puisque le propre de la haute technologie est justement qu’elle n’utilise pas  une main-d’oeuvre abondante. Elle est introduite précisément pour qu’on n’ait PAS à utiliser une main-d’oeuvre abondante !

Ce qui ne signifie pas qu’il ne faille pas développer la haute technologie dans toute la mesure du possible, c’est-à-dire à la pleine mesure des investissements qu’on peut y affecter. Un pays doit le faire pour s’assurer une production à prix concurrentiel, pour rester dans la course à la productivité et maintenir sa place comme pays industriel. Ce faisant, il créera certes quelques emplois ; mais il ne doit pas le faire sous prétexte de créer ces emplois, car il en crée bien peu de cette façon…

Prenons l’exemple de l’Aluminerie Alouette, mise en place au Québec dans les années « 80, qui a coûté 1,6 milliard de dollars de l‘époque et créé 700 emplois permanents. Pour justifier cet investissement, on a laissé croire à la population que ce genre d’initiatives était la solution miracle pour remettre la main-d’œuvre au travail… Une absurdité, car avec plus de 2 millions de dollars d’investissement par poste de travail créé, comprend-t-on qu’il aurait fallu investir 20 fois le PIB du Québec pour remettre les sans-travail du Québec au travail dans cette « haute technologie » ?

Même en posant au départ l’hypothèse saugrenue que, cet investissement consenti, l’intensité-capital de la production n’augmenterait plus, on ne pouvait espérer  y arriver avant 100 ans. Un siècle, durant lequel il aurait fallu maintenir des niveaux inouïs d’épargne ou d’importation de capital et exporter presque totalement une production pour laquelle il n’existerait jamais une demande domestique suffisante…

Sous le masque d’un investissement en haute technologie, construire Alouette était une politique de pays tiers-mondiste exportant à son plus brut une ressource primaire, ici une capacité hydroélectrique. Sous prétexte de « création d’emplois », on bradait une ressource dont la valeur dépassait celle de tous les salaires qui seraient jamais payés à l’ensemble des travailleurs de l’entreprise. Bien sûr, personne n’a pensé sérieusement à multiplier les expériences du type Alouette et à en faire une stratégie globale de développement. Mais on l’a laissé supposer et ce mensonge n’était pas du tout innocent… En fait, seule une migration massive vers le secteur tertiaire permet de garder des emplois….  C’est l’évidente solution.

Presque toute la main-d’œuvre, en effet,  quitte bien le secondaire et passe au tertiaire. Non seulement il n’y a pas d’espoir d’une résurgence de l’emploi dans le secteur industriel, mais même le niveau actuel d’emploi n’y est maintenu que par des contraintes artificielles qui sont nuisibles. Subventions arbitraires, contraintes aux licenciement, fabrication  de l’inutile et du factice, souvent du dangereux…  Si on ne facilite pas la migration en bon ordre des travailleurs industriels vers de nouveaux défis dans le tertiaire, c’est en panique qu’on on risque de les voir presque tous chassés hors des usines où ils auront de moins en moins leur place.

C’est le choix à choix à faire, Il y a maintenant soixante-dix ans que la main-d’oeuvre abandonne le secteur industriel et migre vers les services.   Mais ce hâvre est-il sûr ? Moins qu’on  ne le pense et  il y a des questions à regler… D’abord, on a tort d’y voir une panacée pour la création d’emplois, car tous les travailleurs dont le travail est répétitif sont en sursis de chômage. Même dans le secteur tertiaire,  il y a toute une classe d’activités répétitives qui sont maintenant assimilables, pour les fins de l’emploi, à ces tâches du secteur secondaire qu’on confie aux machines. Ces activités ne seront plus une source d’emplois. Avec les progrès de l’informatique,  tous ceux dont le travail n’est qu’application d’une procédure immuable, ou qui vivent de faire des déductions logiques à partir de prémisses parfaitement connues, sont  aussi en sursis de chômage: la machine répète, applique et déduit plus vite que quiconque et elle ne fait pas d’erreurs.

En sursis aussi, tous ceux qui servent uniquement de courroies de transmission dans la chaîne qui va des décideurs aux exécutants , puisque, d’une part, l’exécutant est plus instruit, mieux formé, et travaille désormais de plus en plus sans supervision constante au simple su des objectifs.  Parce que, d’autre part, le contrôle du travail par l’examen des résultats est maintenant facilité par l’ordinateur. Le cadre intermédiaire est donc , comme le travailleur à la chaîne, une espèce en voie d’extinction.

Il ne faut pas présumer qu’on créera toujours des emplois dans le secteur tertiaire. Pour beaucoup d’activités du secteur tertiaire, la machine peut remplacer le travailleur.  Il y aura des tempêtes dans le havre du tertiaire. Il y aura toujours du travail dans le secteur des services – qui devient d’ailleurs par défaut la catégorie large de convergence de toutes les activités qui ne sont pas indiscutablement « industrielles » – mais, comme nous le verrons plus loin, ce travail ne prendra plus toujours la forme d’un EMPLOI….  Car quand une intervention humaine est nécessaire ou souhaitable, voulons-nous vraiment que ce soit des salariés qui nous les fournissent ? Hors de la fonction publique, il ne pourrait que, tous secteurs confondus, on ne crée plus que bien peu d’emplois dans une Nouvelle société.

Pierre JC Allard

Publicités

Laisser un commentaire »

Aucun commentaire pour l’instant.

RSS feed for comments on this post.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.