Nouvelle Societe

18-06-04

626  LA DEMOCRATIE EN OUI OU NON

Filed under: Auteur — pierrejcallard @ 3:04

 

Ce n’est qu’en échappant au déterminisme de son essence que tout in-dividu – et l’Être lui-même sans doute – peut trouver un sens à son existence que sa conscience lui présente comme devenir, un flux (Tao) qu’on peur appeler Vie. Rien d’étonnant, donc, a ce que toute entité privilégie, au-delà de cette vie même, sa propre indétermination qu’on peut appeler « Liberté » et sas laquelle sa durée dans une infinie passivité peut n’apparaitre que comme un inconvénient.

On pourrait dans le contexte d’une réflexion plus ambitieuse montrer le lien de cette liberté au « non serviam » luciférien et au ‘Vous serez comme des dieux  » du Serpent, lequel prend alors un caractère facétieux . Mais écoutons Apelle, ce peintre qui disait que le cordonnier qui critique est le bienvenu… mais devrait s’en tenir à opiner de la forme de la chaussures et restons en à parler politique..

Restons en à l’usage de la notion de liberté dans l’exercice de la gouvernance sous son masque démocratique. N’oublions pas, toutefois, que l’idée de liberté a des racines profondes en que dans la sphère de la gouvernance elle n’est pas qu’un caprice . Le temps qu’on met a convaincre le citoyen qu’il se gouverne à sa guise n’est pas une simple coquetterie. Si le citoyen perd la foi en la démocratie, les jours de tyrannie seront lourds avant q’une croissante complémentarité n’impose à tous le respect de chacun. Que pouvons-nous faire pour rendre notre démocratie plus crédible tout en la gardant efficace ?

Répétons, d’abord, qu’il est exclus que quidam lambda puisse passer du droit de dire ce qu’il veut à un droit de décider de la façon de l’obtenir. Seuls les experts idoines peuvent le lui obtenir. Le citoyen ne peut avoir qu’un droit de regard sur les moyens utilisés pour ce faire, une regard qui lui permet de mieux voir et au besoin de réévaluer la pertinence des voeux qu’il a exprimés. De réfléchir surtout à l’intensité de ses désirs, et leur importance relative au vu des conséquences des gestes qui devraient être posés pour les satisfaire.

De ce droit de regard sur les moyens à prendre doit découler un droit de veto sur les décisions elles-mêmes. Un droit de dire NON dès le départ à ce que le gouvernement propose – c’est ce droit qui a été bafoué lors du Traité de Lisbonne, péché originel dont la rédemption ne se fera pas sans grands sacrifices – mais le droit, aussi, de dire NON en cours de route, si et quand le peuple veut que s’éloigne de lui un calice dont il prend conscience qu’il n’avait pas imaginé toute l’amertume. C’est ce droit de veto, imprescriptible qui est l’essence même de la vraie démocratie. C »est ce droit de veto qui est le seul exercice possible et nécessaire du seul pouvoir qu’il est raisonnable que le DEMOSdétienne. Et il faut expliquer clairement au peuple que si l’exercice de ce droit signifie un dédit ou un changement de parcours, il a toujours un coût qui n,est pas nul.

Ce pouvoir de veto – en fait, une responsabilité d’acquiescence formelle, car on ne devrait pas présumer ici que celui que ne dit mot consent ! – doit être la pierre angulaire d’une reconstruction de nos institutions qui redonnera sa valeur à notre démocratie. Il faut que le peuple puisse toujours dire OUI ou NON et, surtout, qu’il comprenne que le peuple ne doit jamais dire que « oui » ou « non » à quoi que ce soit.

Comme le démontre bien tout ordinateur, une séquence de 0 et de 1 peut décrire toute la complexité de l’univers… Mais c’est dans les détails de ces combinaisons et des amalgames qu’on peut en faire que « se cache le Diable », comme disent les Anglais. Toute la fourberie des futés et des élites autoproclamées se délecte de ces choses ambiguë qu’on ajoute au « oui ou non » et qui font qu’on peut toujours faire voter une population pour ou contre n’ importe quoi. N’IMPORTE QUOI, car les mots ont tous les sens que veut Humpty Dumpty, la majorité, c’est la moitié plus un… et la moitié d’une population normale, par définition, a une intelligence inférieure à la moyenne. La plus belle fille du monde ne peut donner que ce qu’elle a.

Défendre la démocratie contre les manu imputations de ceux qui en abusent, c’est refuser qu’on demande au peuple autre chose que OUI ou NON. Libre aux questionneurs de poser plus de questions. mais toujours sous le même contrainte d’un chox sans ambiguité et qu’il soit toujours clair que « OUI, SI…  » veut dire NON. Non, aussi longtemps que le « si » n’aura pas été défini. précisé et ne sera par devenu un élément inconditionnel du choix à faire.

Cela bien compris, on peut intercaler des choix démocratique à toutes les étapes et à tous les segments du processus décisionnel de la gouvernance, sous réserve de me pas chercher a extrapopler à un ensemble plus vaste les souhaits exprimés par une de ses composantes, et a ne surtout pas permettre que soit appliquée au palier d’une partie une politique donc certaisn aspects contrediraient celle globale au palier de l’ensemble de référence.

La démocratie est optimale quand elle permet le maximum de dissidence que la société peut pratiquement accepter, mais refuse complètement toute incohérence. Démocratie aléatoire clérocratie, stochocratie, bien des vocables et des idées circulent, dont celle de Chouart qui a eveillé récement beaucoup d’intérêts.

Ci-dessous, une de ces propositions à faire qui me semble repondre aux besoins. . Parce qu’elle a été conçue d’abord dans le cadre d’une démarche pour identifier et corriger les failles d’un systeme réel et en exploitation (Québec) , elle revêt la forme  d’un processus électoral dont il faut corriger les sept (7) imperfectionss et de réponses à des questions alors posées.  On pourrait  la présenter autrement, mais celle-ci a été bien accueillie par les milliers de citoyens qui en ont pris connaissance. J’ai décidé de la conserver jusqu’à ce que je vois clairement qu’il serait opportun de remplacer cette présentation par une autre.

Publicités

Laisser un commentaire »

Aucun commentaire pour l’instant.

RSS feed for comments on this post.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.