Nouvelle Societe

28-04-12

Lettre ouverte à Messieurs Charest et Nadeau-Dubois

Classé dans : Actualité,Auteur — pierrejcallard @ 10:00

Il y a 15 ans que j’écris sur la Toile; je le faisais bien avant que le mot «blog» n’existe. Parfois je me répète. Je crois qu’il y a des choses qui méritent d’être redites et je sais qu’une redondance obstinée est la seule pédagogie qui vaille avec ceux qui ont remplacé toute reflexion par la culture en serres de leurs préjugés et leur total dévouement à leurs intérêts personnels. Je vais donc répéter ici des choses que j’ai déja dites. Dites il y a des années et redites il y a quelques semaines.

Je vais résumer beaucoup, ici, parce qu’il y a une crise à régler. Pour les détails, voir ce que j’en écrivais quand il n’y avait encore qu’une solution à apporter calmement à une crise évidente et incontournable qui se préparait, mais que personne ne voulait voir.

Voici.

1, Il faut, dans une société, une éducation générale commune qui serve de socle aux valeurs et à la culture. Une éducation générale commune qui transmette ce qui est  prérequis à toute formation spécifique au travail.   Ce tronc commun va jus’au point où il se scinde et apparaissent des options. La société doit donner gratuitement cette éducation générale à tous et agrandir ce tronc pour donner autant que sa richesse le lui permet. C’est ainsi qu’elle s’enrichira davantage et ses citoyens avec elle.

2. Cette éducation générale doit être complétés, cependant, par DES FORMATIONS SPÉCIFIQUES qui sont toutes nécessairementt différentes, puisqu’elles doivent être complémentaires.  Ces formations distinctes exigent des aptitudes différentes et confèrent des avantages inégaux.  Si la société paye le coût de ces formations, elle donne à certains plus qu’a d’autres, ce qui est fondamentalement INJUSTE.  En fait, elle fait payer par le citoyen à revenu moyen ce qui deviendra le fond de commerce de privilégiés qui gagneront parfois plusieurs fois son revenu.  Si elle investit dans ces formations au seul vu de ce que réclament ceux qui veulent y avoir accès, elle risque aussi que les compétences acquises ne correspondent pas aux besoins de la population et que les plus importants de ceux-ci demeurent insatisfaits

3. Une solution est que les besoins soient estimés, les capacités ajustées à ces besoins et les admissions déterminées par concours. Maisc’est un processus lourd et il n’est pas certain qu’en l’état actuel de la science nous puissions le conduire parfaitement. Une solution efficace plus facile est que les formations spécifiques soient payées entièrement, chacune au prix qu’elle coûte, par ceux qui en profitent et que l’on fournisse à ceux-ci les prévisions sur les besoins qui leur permettront de prendre des décisions raisonnables, tenant compte de la situation comme de leurs motivations.

4. Cette solution efficace n’est juste, toutefois, que si ceux qui ont le goût et le talent de poursuivre des études n’en sont pas empèchés par un manque d’argent. Il faut donc que quiconque veut poursuivre des études puisse disposer d’un revenu qui lui permette de vivre au-dessus du seuil de la pauvreté tout en assumant le coût de sa formation.

5. Tous les citoyens et les jeunes en particulier ne disposant pas de ce revenu, il faut qu’il soit prèté par l’État à l’étudiant. Immediatement. Sans discussions, sans autre condition que de RÉUSSIR les test d’admission puis les examens périodiques qui indiquent sa perséverance dans son projet.

6. Un prêt doit être remboursé. Le prêt consenti pour l’éducation professionnelle et universitaire devrait être remboursé par celui qui en a profité, en versant un pourcentage de son revenu entre l’âge de 45 et 55 ans. C’est la période de sa vie où sa formation aura produit son plein impact sur son revenu et où ce remboursement aura le moins d’effets négatifs sur ses autres objectifs de vie. Ceux qui auront choisi les professions les plus rémunératrices payeront ainsi davantage… et c’est bien ainsi que les choses devraient être.

7. Il y des détails a régler, dont les pourcentages de remboursement, l’exclusion de cette dette de toute faillite, la participation possible du gouvernement fédéral, les intérêts, qui doivent se limiter à une indexation de la dette (car le but n’est pas d’enrichir les banquiers ! ), les conditions pour celui qui, apres un échec, voudrait bénéficier à nouveau d’un prêt, etc, etc. Tout ça est négociable… le principe ne l’est pas.

Le principe, c’est que le premier bénéficiaire d’une formation doit en assumer le coût, mais que la collectivité en bénéficie aussi et que la société a donc la responsabilité de rendre effective la demande de ceux qui veulent s’instruire, en leur prêtant ce dont ils ont besoin pour vivre et étudier.

(Notons, en passant, qu’en traitant  ainsi la formation comme  un investissement, on supprime une dépense énorme et que le budget du Québec se retrouve miraculeusement équilibré… La société y gagne beaucoup)

Ne serait-il pas opportun que les parties en présence nous disent comment elles réagissent à cette proposition, laquelle règlerait cette crise pour laquelle il n’existe présentement aucun terrain d‘entente ?

Pierre JC Allard

About these ads

7 Commentaires »

  1. A croire que certains qui nous gouvernent ont laissé le champs libre à la gauche pour que la cacophonie qu’immanquablement elle propage dans l’enseignement désoriente les enfants qui leur sont confiés. En particulier par l’exemple qu’ils offrent tout les jours dans leurs comportements "fait ce que je dis et pas d’imitation de ce que je fait". En interdisant, surtout de façon dogmatique, à un enfant telle ou telle chose sans précaution, sans psychologie, immanquablement on le pousse à la faute, à croire qu’une jouissance sadique anime certains professeurs qui ont l’effigie de Marx en lieu et place de celle du Christ en tête de lit.
    Ceci permet à ces "élites autoproclamées" de récupérer ici et là ceux qui ont échappé à la pensée unique pour qu’ils puissent prendre leur succession, les autres … quoi les autres ? mais qu’ils continuent à manifester, ça les occupe!
    La modération est un art difficile, que d’excités nous entourent! Merci pour votre billet de n+1 rappels.

    Commentaire par zelectron — 29-04-12 @ 2:58

  2. @ Zelectron

    “fait ce que je dis et pas d’imitation de ce que je fait”. Bien sûr il y a des dissonances cognitives…

    Commentaire par pierrejcallard — 03-05-12 @ 12:23

  3. Vous dites: "Notons, en passant, qu’en traitant ainsi la formation comme un investissement, on supprime une dépense énorme et que le budget du Québec se retrouve miraculeusement équilibré… La société y gagne beaucoup". SVP, soyons claire. Le budget est de 70 milliards de $. Les frais de scolarités actuels représentent moins de 0.3% de cette somme. La gratuité scolaire coûterait moins de 1% de cette somme. On est loin d’équilibrer le budget du Québec en faisant payer leurs études aux étudiants, même à 40 ans…

    Commentaire par conscioussoul — 09-05-12 @ 7:52

  4. @ Conscioussoul.

    Il faut en effet être clair. Ce n’est pas les frais de scolarité actuels qui sont en cause quand on dit que c’est à l’individu d’assumer le coût de sa formation professionnelle: c’est toute la part du budget de l’éducation assignée à la formation professionnelle post secondaire. Je ne veux pas entrer dans une querelle de chiffres, mais pensez milliards plutôt que millions… L’imputation des coûts à l’utilisateur n’est que la premire phase d’un changement qui implique aussi: a) un passage à l’autodixaxie et à l"éducation a distance dans une nombre considérable de disciplines ou matières, et b) un salaire aux étudiants dans les professions a forte demande sociétale. Voyez le plan

    http://nouvellesociete.wordpress.com/education/

    pjca

    Commentaire par pierrejcallard — 10-05-12 @ 3:07

  5. @PJCA

    Nous entrons maintenant dans des commentaires, réactions, leçons de joueurs "adultes".

    Je souhaite vos commentaires suite à la lecture du texte qui suit:

    http://www.vigile.net/Adam-Smith-et-la-main-visible-de-l

    Merci.

    Commentaire par Jean-François Belliard — 13-05-12 @ 7:46

  6. @ JFB

    Je ne veux pas prendre goulument la "main invisible" qui m’est tendue; nous déborderions du sujet. Remontons seulement au Robbins Report en G.B. et à la distinction pertinente entre le "Pull" et le ‘Push’ en éducation. Il faut comprendre, comme le disaient les études de l’OCDE au début des années soixante ( Parnes, Schultz, Blum, Emmerij, etc et quorum pars parva fui :-) que la formation professionelle est une CAUSE du développement, mais que la formation culturelle en est une CONSÉQUENCE. On doit DONNER toute la formation culturelle que la richesse sociale permet, mais il faut dispenser prioritairement la formation professionnelle qui est la plus porteuse pour l’enrichissement collectif. Or, il n’y a pas concrètement de meilleure façon de choisir les priorités que de s’en remettre à la volonté de ceux qui peuvent en bénéficier d’en assumer le risque financier.

    PJCA

    Commentaire par pierrejcallard — 14-05-12 @ 12:07

  7. Je suis en parfait accord avec votre "recentrage". Je vais donc vous présenter la chose sur un autre terrain.

    Commentaire par Jean-François Belliard — 14-05-12 @ 7:31


Flux RSS des commentaires de cet article.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Thème Rubric. Create a free website or blog at WordPress.com.

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Joignez-vous à 48 followers