Nouvelle Societe

10-03-08

11 La mort des systèmes

Filed under: Auteur — pierrejcallard @ 4:05

Quand une société a établi un cadre légal à sa convenance et que s’y déroulent les activités d’enrichissement qui tirent le meilleur parti des circonstances au profit de sa majorité effective – ­ qu’il s’agisse de cultiver les bords du Nil ou de piller les tribus environnantes – le système mis en place va favoriser le maintien du statu quo. À la lumière de ce qui précède, on voit que ce que nous avons appelé le « système » n’est rien d’autre que l’ensemble des normes et mécanismes mise en place pour maintenir la suprématie de l’alliance dominante, son contrôle de la société et le partage entre ses propres membres des profits et avantages que peut procurer la société.

Le système ne demande qu’à être éternel, mais l’égoïsme naturel des sociétaires va veiller à ce que l’évolution continue. Une évolution qui va tôt ou tard la conduire à sa perte ou à une profonde métamorphose. L’alliance dominante qui gère la société, en effet, tend à optimiser les avantages pour ses membres: elle le fait en limitant ceux-ci au nombre minimum compatible avec l’atteinte de leurs objectifs communs. Dès que certains sociétaires ne sont plus indispensables pour assurer la supériorité effective de l’alliance sur ses opposants, ces sociétaires superflus sont donc évincés aussitôt que possible.

Ce processus d’exclusion de la participation à l’alliance dominante est complété par un autre processus plus subtil, mais qui mène au même résultat. Si le nombre des participants requis pour atteindre l’objectif est élevé, il est normal que certains d’entre eux ne soient pas indispensables à la gestion interne de l’alliance ; il va donc se constitue aussitôt, au sein de celle-ci, un « parti » restreint, plus exclusif et discret, ne regroupant que ceux qui se savent nécessaires à cette gestion interne et donc au contrôle de l’alliance elle-même. Ceux-ci retireront normalement de leur appartenance à ce « parti » au sein de l’alliance de plus grands avantages que les participants ordinaires.

A l’intérieur de ce parti, s’ils sont encore nombreux, la même tendance à l’exclusion va se manifester pour que s’y constitue un « groupe » encore plus restreint, encore plus puissant, dont les membres jouiront encore plus discrètement d’avantages encore plus importants. Au sein de ce groupe, des factions chercheront à se démarquer et à obtenir pour eux seuls encore plus de pouvoir… et ainsi de suite, palier par palier, jusqu’à un « saint des saints », un petit club ou toutes les décisions se prennent.

Un petit club de taille familiale, dont les membres ne sont ni nommés ni élus, mais se reconnaissent mutuellement comme ceux dont le pouvoir de chacun est suffisant pour que rien ne puisse être fait contre le gré d’un seul sans que tous en pâtissent. Lorsque ce point est atteint où tous les participants à ce « club » sélect sont – et se savent – ­ indispensables, on a un système stable et le processus d’exclusion peut s’arrêter. L’alliance, toutefois, n’en devient pas statique pour autant

Le système n’est pas au service d’un individu, ni des groupes et individus qui composent l’alliance dominante. Sa stabilité n’exige pas que tous ceux qui participent à l’alliance dominante y demeurent, ni que tous ceux qui n’y sont pas admis au départ en soient à jamais exclus… Pour qu’ils puissent tirer leur profit des normes et mécanismes en place, il suffit que le rapport des forces demeure en tout temps favorable à ceux qui constituent l’alliance, face à ceux qui n’en font pas partie. Or c’est le soutien à ces normes et mécanismes qui fait foi de l’appartenance à l’alliance et qui rend celle-ci dominante, quelle qu’en soit la composition.

Au sein de l’alliance dominante et de chacun des sous-groupes inclus qui s’y développent, de plus forts peuvent donc sans cesse remplacer ceux dont le pouvoir s’étiole: les individus changent, l’alliance se transforme, mais le système perdure. L’alliance dominante – et tous ceux aux divers paliers d’inclusion dont la coalition de fait constitue l’alliance dominante – peuvent donc, sans raffiner leur contrôle de la société ni modifier les conditions d’échange, se complaire dans un élitisme croissant et optimiser le profit et les privilèges de leurs membres, simplement par exclusion, en réduisant leurs effectifs à chaque palier. Ils peuvent le faire tout en utilisant le système et sans le remettre en cause.

Le système ne risque de s’effondrer que si l’alliance dominante commet l’erreur d’exclure un de ses éléments indispensable à sa dominance sur le reste de la société et que cette erreur n’est pas promptement corrigée. Cette erreur ne mène pas alors au simple remplacement d’un individu ou d’un groupe par un autre, selon des règles du jeu qui seraient loyalement respectées. Si un élément indispensable est exclus, il réagit en s’attaquant aux règles elles-mêmes qui on permis de l’exclure et, étant indispensable, il en obtient le changement.

Ce changement crée un déséquilibre qui peut mener à d’autres exclusions injustifiées, à d’autres modifications des règles, mettant en péril un système d’autant plus fragile qu’il aura atteint un plus grand raffinement et fonctionnera donc avec un minimum de ressources au profit d’alliances réduites à leurs éléments indispensables.

Si le déséquilibre est trop grand, les forces du changement pourront en profiter pour triompher de l’inertie inhérente à la structure en place et le système sera mis à jour. Mort ou métamorphose, mais ce qui suivra intégrera de nouveaux principes et de nouvelles technologies qu’on avait voulu occulter, permettant l’émergence de nouveaux acteurs dans des alliances nouvelles.

La séquence que nous venons de décrire s’applique à toutes les sociétés naturelles. Chacune a « son » système, portant sa spécificité propre, laquelle dépend de l’histoire, de la géographie, du hasard… et surtout des technologies dont elle dispose.

Pierre JC Allard

PrécédentSuivant
About these ads

5 commentaires »

  1. [...] Que vaut la parole du CPI ?  il suffit de voir la liste des organismes qui le soutiennent depuis sa création, il y a 20 ans, pour voir qu’on n’a pas ici des anarchistes barbus, mais la  fleur de l’Establishment..  Ce sont des capitalistes qui dénoncent. C’est une guerre civile au sein du Systéme dont je dis depuis  20 ans que c’est le seul événement qui nous en délivrera. [...]

    Ping par Ultime forfaiture du Capital « Les 7 du Québec — 10-05-09 @ 10:31

  2. « Le système ne risque de s’effondrer que si l’alliance dominante commet l’erreur d’exclure un de ses éléments indispensable à sa dominance »

    Quand la Chine s’éveillera…

    Commentaire par alpha — 26-05-09 @ 9:04

  3. @ Alpha: La Chine, dès son réveil, a développé son propre capitalisme dont on a souhaité qu’il s’integre à celui qui gère la planète, comme les Tata et les Mittal en Inde, qui se sont insérés sans difficultés. La grande inconnue, quand on parle de la Chine, c’est qu’on ne sait pas si la composante nationaliste/raciale sera aussi facilement évacuée par la solidarité de classe. On fait comme si… mais quand on projette notre expérience occidentale de la nature humaine il n’est pas certain qu’elle soit transférable intégralement sur la psyché chinoise. Si on se trompe, on n’aura pas droit de reprise.

    PJCA

    Commentaire par pierrejcallard — 26-05-09 @ 1:41

  4. [...] Que vaut la parole du CPI ?  il suffit de voir la liste des organismes qui le soutiennent depuis sa création, il y a 20 ans, pour voir qu’on n’a pas ici des anarchistes barbus, mais la  fleur de l’Establishment..  Ce sont des capitalistes qui dénoncent. C’est une guerre civile au sein du Systéme dont je dis depuis  20 ans que c’est le seul événement qui nous en délivrera. [...]

    Ping par Ultime forfaiture du Capital « Les 7 du Québec — 04-06-09 @ 7:31

  5. […] Que vaut la parole du CPI ?  il suffit de voir la liste des organismes qui le soutiennent depuis sa création, il y a 20 ans, pour voir qu’on n’a pas ici des anarchistes barbus, mais la fleur de l’Establishment.  Ce sont des capitalistes qui dénoncent. C’est une guerre civile au sein du Systéme dont je dis depuis  20 ans que c’est le seul événement qui nous en délivrera. […]

    Ping par LE SENS DES FAITS – Volume 3 | Pierre JC Allard — 16-06-14 @ 11:39


Flux RSS des commentaires de cet article. TrackBack URI

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Thème Rubric. Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 49 autres abonnés